Les résidents de Notre-Dame-de-la-Salette pourront profiter gratuitement des aménagements du lac de l'Argile.

Renouer avec le lac de l'Argile

Finie l'époque où les résidents de Notre-Dame-de-la-Salette devaient payer pour profiter de la plage du lac de l'Argile.
La municipalité de Notre-Dame-de-la-Salette, Parkbridge Lifestyle Communities, propriétaire du lieu de villégiature Royal Papineau, et l'entreprise Leisure Days, ont annoncé vendredi une entente de partenariat qui assurera dès le printemps prochain un accès gratuit à la plage du lac de l'Argile, pour les Salettois.
Depuis que le site de villégiature est passé des mains de la Société des établissements de plein air du Québec au secteur privé, « il y a deux générations », la proportion de résidents de Notre-Dame-de-la-Salette qui se rendaient au lac de l'Argile était devenue de moins en moins importante, a souligné le maire de la municipalité, Denis Légaré.
« Ça coûtait 12 $ de la tête. Pour une famille de quatre, quand ça te coûte une cinquantaine de dollars pour aller te baigner, ça commence à être cher. Le lac de l'Argile, avec la plage, ça fait partie du patrimoine des gens de Notre-Dame-de-la-Salette. Avec cette entente, on ne peut pas demander mieux », a mentionné M. Légaré. 
À noter que les résidents de la municipalité devront se faire produire une carte d'accès dès le printemps prochain.
L'entreprise Parkbridge travaille actuellement sur un projet de développement chiffré à 30 millions de dollars qui s'étalera sur huit à dix ans. 
Au terme de l'expansion du site, le nombre d'espaces dédiés au camping Royal Papineau devrait passer de 326 à 1032.
Des premiers travaux de modernisation évalués à plus de trois millions de dollars ont déjà été réalisés en 2016 sur le domaine de 1000 acres. 
Une grande marina a été aménagée aux abords du lac, l'aire d'accueil du camping a été agrandie et un système de traitement des eaux a aussi été construit sur le site. 
« C'est important de faire bénéficier les gens alentour de nous, pas juste au niveau économique, mais aussi par rapport à l'accès à des services d'un centre de villégiature qui va juste prendre de l'ampleur », a indiqué le directeur régional chez Parkbridge, Sylvain Gauthier, à propos de ce nouvel accès gratuit à la plage.