Un changement de zonage permettant de construire des condos dans une partie de la municipalité de Lac-Simon cause de la grogne chez certains citoyens d'autant plus que personne ne sait qui a effectué ce changement.

Projet de condos mal vu à Lac-Simon

Un changement de zonage permettant de construire des condos dans une partie de la municipalité de Lac-Simon cause de la grogne chez certains citoyens d'autant plus que personne ne sait qui a effectué ce changement.
Auparavant, il était possible de bâtir seulement une unité par lot dans la partie 27-P de Lac-Simon où se trouve la mairie. Cependant, depuis l'adoption du nouveau plan d'urbanisme en octobre 2012, l'érection de quatre unités est permise.
La refonte des nouveaux règlements a été pilotée par le comité consultatif d'urbanisme (CCU). La conseillère Lise Villeneuve représente la municipalité à ce comité. «Pendant les réunions et les consultations publiques, il n'a jamais été question de ce secteur puisqu'aucun changement n'y était prévu, raconte-t-elle. Puis, une semaine avant d'adopter le plan, nous avons remarqué le changement d'une à quatre unités. Nous avons demandé à la municipalité de ramener ça à une. Pensant que c'était fait, les élus ont adopté le plan alors qu'il était encore à quatre.»
Tout le processus menant à l'adoption de ce document de 280 pages a été géré par Sébastien Dumas de la firme IBI/DAA.
«C'est quelqu'un de la municipalité qui m'a demandé d'augmenter ce chiffre, mais je ne me souviens pas qui, explique-t-il. Pour moi, c'était une modification parmi tant d'autres et je n'ai jamais eu vent de ramener ce chiffre à un.»
Le maire Gaston Tremblay n'a rien vu passer. «C'est sûrement une erreur, dit-il. Une enquête interne est en cours pour comprendre ce qui s'est passé.»
12 condos et une marina
La grogne a commencé à se faire sentir chez les citoyens lorsqu'une pancarte annonçant la possibilité de construire 12 condos et une marina de 90 bateaux a été installée sur un terrain à vendre.
L'Association des propriétaires de Lac-Simon (APLS) s'oppose, pour des raisons environnementales, à ce projet qui a reçu toutes les autorisations pour se concrétiser.
De plus, des citoyens trouvent bizarre que le courtier immobilier du projet, Luc Poupart, soit le responsable de la campagne électorale de l'ancien directeur général de la municipalité, Jacques Maillé, qui a démissionné au printemps dernier pour se présenter à la mairie. M. Maillé souligne toutefois que tout a été fait dans l'ordre. «Je n'ai jamais participé à la rédaction de ça puisque c'était le CCU qui était responsable de ce dossier, souligne-t-il. De plus, nous avons envoyé les documents à la MRC Papineau pour obtenir un certificat de conformité, et dans ces papiers, c'était mentionné quatre logements.»
Nouveaux contribuables
De son côté, M. Poupart soutient que l'idée d'une malversation dans ce dossier est la chose la plus farfelue qu'il ait entendue. Il ajoute qu'il est primordial de faire du développement durable qui respecte l'environnement pour permettre aux résidents moins nantis de rester à Lac-Simon. «Les coûts vont continuer à grimper au fil des ans, affirme-t-il. Il faut donc amener de nouveaux contribuables dans la municipalité pour partager la facture, sinon, les gens moins fortunés devront se départir de leur résidence.»
M. Tremblay s'opposera au projet de condos. «Tant que je serai maire, il n'aura pas lieu, car ce n'est pas un endroit pour ça», déclare-t-il. Il en discutera en plénière avec les élus la semaine prochaine et présentera le compte rendu de cette rencontre à la séance municipale le 6 septembre.
Pour remodifier le zonage, les élus devront procéder à des consultations publiques. Ce processus, qui risque de prendre plusieurs mois, ne devrait pas être terminé avant les élections municipales.
Pour l'instant, seul M. Maillé a mentionné son intention de briguer la mairie.