François St-Amour, maire de La Nation

Possibles changements dans La Nation: les résidents de Limoges furieux

Plus de 20 ans après la fusion de trois cantons et du village de St-Isidore, l’organisation des quartiers de la municipalité de La Nation ravive encore des frustrations.

Une centaine de résidents de la municipalité de La Nation étaient rassemblés, mercredi soir, pour assister à une consultation publique portant sur les changements qui pourraient être apportés aux limites des quartiers.

Mécontents des options proposées par la firme Watson & Associates Economists LTD, responsable d’étudier les quatre quartiers actuels, ces résidents ont été des dizaines à exiger des réponses du consultant et des élus municipaux.

« Pourquoi ne pas ajouter un quartier, plutôt que de réorganiser les quartiers existants ? », ont martelé plusieurs d’entre eux.

Trois options leur ont été présentées, mais aucune d’entre elles n’incluait l’ajout d’un nouveau quartier avec un conseiller municipal additionnel.

Même si toutes les options présentées par le consultant ont été rejetées par les résidents présents, il faut tout de même agir, jugent les élus.

Actuellement, presque la moitié des résidents de La Nation habite dans le « quartier 4 », soit celui de Limoges. La population devrait augmenter de façon exponentielle au cours de la prochaine décennie, avec près d’un millier de nouveaux ménages prévus dans ce quartier.

Comme plusieurs résidents qui craignent que les propositions actuelles ne sont que des moyens de diluer le caractère urbain de Limoges, Éric Cantin affirme que son patelin a besoin d’une voix de plus au sein du conseil. « Le but ultime c’est de voir La Nation grandir, mais présentement, je me sens comme si on est retenu par les autres. »

« Je n’aurais pas voté pour aucune de ces options », s’est pour sa part exclamé l’ex-maire de La Nation, Denis Pommainville.

Celui-ci était en poste lors de la fusion des quartiers de La Nation, en 1997. Il affirme que Limoges était l’hôte de moins de 1000 résidents à cette époque. Aujourd’hui, le quartier en comporte près de 6000. « Nous sommes sous-représentés. Vous devez retourner à la table de travail, a-t-il sommé. Essayez de trouver une solution pour le quartier 4, qui sera éventuellement sous-divisé, pour inclure les alentours de Casselman. La décision qui sera prise doit être assez bonne pour les dix prochaines années. »

Le conseiller municipal de Limoges, Francis Brière, et le maire de La Nation, François St-Amour, affirment qu’ils s’allieront aux commentaires de la population et qu’il faudra respecter l’opinion de tous les résidents.

Le responsable de l’étude, Robert Williams, invite la communauté à remplir le sondage, et affirme que les commentaires seront pris en compte dans l’élaboration des prochaines options.

Ces dernières devraient être présentées d’ici les six prochaines semaines.