Plus de 126 000 $ pour la télé Basse-Lièvre

La plus vieille télévision communautaire au Québec pourra prendre le virage numérique au cours des prochains mois. Le ministre responsable de l'Outaouais, Stéphane Bergeron, a procédé vendredi après-midi à l'annonce d'un octroi de 126 500 $ pour la TVC Basse-Lièvre.
L'enveloppe, qui provient du Programme d'aide aux immobilisations, couvre 80 % du coût total du projet de modernisation de l'équipement télévisuel de l'organisme qui a pignon sur rue à Buckingham. Le conseil d'administration de la TVC devra exercer ses méninges afin de récupérer l'autre partie des 158 220 $ nécessaires pour boucler le budget.
« Ancrée dans son milieu depuis plus de 40 ans et reconnue comme la plus ancienne des télévisions communautaires au Québec, la TVC Basse-Lièvre joue un rôle indispensable dans l'éventail médiatique en complétant la programmation des grands réseaux de télévision par un apport original à travers lequel les gens de la région se reconnaissent », a lancé le ministre Bergeron.
Avec cet argent, le seul réseau de télévision communautaire en Outaouais pourra se doter d'un nouvel aiguilleur vidéo, en plus de passer de la technologie analogique à la haute définition (HD). L'organisme fera notamment l'achat de caméras HD. L'évolution technologique des dernières années a forcé la note vers ce changement, estime le directeur général de la TVC Basse-Lièvre, André Soucy.
« Nous devons nous adapter parce que si nous ne le faisons pas, nous n'aurons plus d'endroit où diffuser. Nous devions renouveler l'équipement et il faut penser en haute définition. Tout le monde doit faire ça aujourd'hui », a-t-il indiqué.
La transition ne se fera pas immédiatement puisque la TVC Basse-Lièvre ne dispose pas pour le moment d'une chaîne permettant la présentation de contenu HD. Elle continuera d'opérer sur la chaîne 09. Cependant, le contenu de ses émissions diffusées sur le réseau MAtv - Outaouais devra obligatoirement être en haute définition à compter de l'automne prochain. La TVC Basse-Lièvre compte plus de 1200 membres dans ses rangs.
Des annonces préélectorales ?
Plus tôt dans la journée de vendredi, le ministre Bergeron a procédé à la coupe de ruban officielle de la Place des aînés Berthiaume à Plaisance. Cette maison, opérationnelle depuis déjà 18 mois, n'avait jamais été inaugurée après que le gouvernement libéral de l'époque ait octroyé une subvention de 66 000 $ pour la mise à niveau des lieux. Cet ancien salon funéraire a été offert par la famille Berthiaume pour en faire un endroit destiné aux aînés de la municipalité de Plaisance.
Une demande d'inauguration pour le bâtiment a été effectuée à l'automne dernier par la mairesse de Plaisance, Paulette Lalande. La requête aurait dû même coup été refusée à ce moment puisque la campagne municipale battait son plein.
M. Bergeron s'est malgré tout défendu d'être en mode préélectoral, soutenant qu'il en était à sa 30e visite en Outaouais depuis septembre 2012. Selon lui, la quantité d'annonces effectuée ces dernières semaines n'est pas plus élevée qu'à l'habitude. « Nous nous sommes engagés au départ à répondre aux besoins de la population et c'est ce que nous faisons depuis notre élection », a-t-il affirmé.
Le député libéral de Papineau, Alexandre Iracà, voit la situation d'un autre oeil. « Il faudrait être un peu naïf pour ne pas voir que nous nous dirigeons vers élections. C'est de bonne guerre de faire des annonces en vue d'un scrutin et les gouvernements antérieurs l'ont aussi fait, mais on s'en va effectivement en élections. Il n'y a pas de doute là-dessus », a-t-il dit.