Robert Goulet, maire de L'Ange-Gardien, Richard Lehoux, président de la Fédération québécoise des municipalités et Paulette Lalande, mairesse de Plaisance et préfète de la MRC de Papineau.

Paulette Lalande veut s'assurer que les investissements promis aillent en région

La préfète de la MRC de Papineau, Paulette Lalande, estime que les 100 millions de dollars annoncés récemment par Québec pour soutenir le développement des régions ne devraient pas servir aux grandes villes que sont Montréal et Québec.
Mme Lalande, qui est aussi mairesse de Plaisance, a fait cette déclaration vendredi, lors du passage à Papineauville du président de la Fédération québécoise des municipalités (FQM), Richard Lehoux, qui sillonne la province dans le cadre des Rendez-vous du président. Le maire de L'Ange-Gradien, Robert Goulet, était aussi de la rencontre avec M. Lehoux. 
« Ce que je comprenais au départ, c'est que ces 100 millions $ allaient aux régions, ce qui ne comprend pas Montréal, ni Québec. Quand on parle des régions, on sait qu'on fait référence au secteur rural», a fait valoir Mme Lalande.
Moins catégorique, le président de la FQM croit qu'une somme importante de l'enveloppe budgétaire doit aller aux régions.
« On espère qu'une part importante du montant ira aux régions parce qu'il y a un besoin criant. Dans toutes les régions du Québec, il y a des besoins pour soutenir le développement économique, mais aussi le développement social », a souligné M. Lehoux.
Industrie forestière
Le dossier du bois-d'oeuvre a aussi été abordé par le président de la FQM alors que des négociations canado-américaines se poursuivent toujours afin d'en arriver à un nouvel accord. 
«C'est évidemment un dossier qui nous interpelle parce que le FQM compte plus de 200 municipalités qui ont comme principale activité la foresterie », a fait valoir M. Lehoux. Il en va du maintien de l'employabilité dans nos municipalités. On tient à être au moins autour de la table pour bien défendre l'ensemble de nos plus petites municipalités ou l'industrie forestière est le moteur économique», d'ajouter M. Lehoux.