Le Château Montebello, qui s’occupait de déverser le Bti sur ses terrains, continuera par ailleurs de traiter ses propriétés puisque la décision du conseil n’implique pas la mise en place d’un règlement municipal.
Le Château Montebello, qui s’occupait de déverser le Bti sur ses terrains, continuera par ailleurs de traiter ses propriétés puisque la décision du conseil n’implique pas la mise en place d’un règlement municipal.

Pas d’insecticide Bti à Montebello cet été

Benoit Sabourin
Benoit Sabourin
Le Droit
Montebello n’ira pas de l’avant avec l’épandage de l’insecticide Bti sur son territoire en 2020, a tranché à la majorité le conseil municipal lors d’une réunion extraordinaire tenue jeudi dernier en visioconférence.

À quatre contre deux, les échevins du pôle touristique de la MRC de Papineau ont refusé d’accorder un contrat de 3500$, taxes exclues, à G.D.G. Environnement, afin qu’elle procède à l’épandage de Bacillus thuringiensis israelensis (Bti) dans le but de contrôler les populations de moustiques cet été à Montebello.

Ce larvicide largement utilisé depuis 40 ans au Canada commence à susciter des inquiétudes sur ses possibles impacts sur les écosystèmes. À Montebello, l’entreprise G.D.G. Environnement se charge depuis une dizaine d’années de l’épandage de l’insecticide dans la localité. Initialement, un contrat de cinq ans avait été signé entre la Municipalité et l’entreprise, mais depuis les cinq dernières années, le mandat était renouvelé à la pièce annuellement.

G.D.G. Environnement concentrait essentiellement ses opérations d’épandage dans la montagne, à un jet de pierre du golf du Château Montebello, sur le bord de la voie ferrée de la municipalité, où il y a de l’eau, ainsi qu’à proximité du petit ruisseau longeant une partie de la voie ferrée, à l’est du village. 


« Le conseil commence à prendre une conscience sociale et environnementale qui est importante. »
Martin Deschênes

Toutefois, les récentes craintes de la communauté scientifique entourant l’usage du Bti ont guidé le conseil municipal à «pencher sur le côté environnemental», souligne le maire de Montebello, Martin Deschênes.

Le conseil devra rediscuter de la question de l’épandage de Bti en 2021, mais le produit ne sera pas utilisé cette saison, a affirmé le premier magistrat.

«Est-ce qu’on veut y aller pour une qualité de vie en se disant qu’il n’y aura pas d’insectes piqueurs? Est-ce qu’on veut éliminer le risque du virus du Nil ou bien on pense sur le long terme à l’environnement? Les débats ont porté là-dessus. Le conseil commence à prendre une conscience sociale et environnementale qui est importante. Nous sommes élus pour quatre ans, mais nos décisions vont au-delà de notre mandat et je pense que cette décision est une belle preuve de cette prise de conscience», a commenté le maire Deschênes.

Le Château Montebello, qui s’occupait de déverser le Bti sur ses terrains, continuera par ailleurs de traiter ses propriétés puisque la décision du conseil n’implique pas la mise en place d’un règlement municipal.

«On ne vient pas faire un règlement interdisant le Bti. On vient seulement dire que Montebello ne contribuera pas à l’épandage de Bti sur son territoire, mais on ne peut pas empêcher quelqu’un de le faire sur son terrain privé. C’est au Château Montebello de prendre une décision sociale de continuer ou pas de le faire», a précisé M. Deschênes.