L’administration municipale a avisé sa population « qu’il est prévisible et probable que la neige ne soit pas ramassée aussi souvent et même que la neige soit éventuellement soufflée sur les propriétés dans certains secteurs ».

Pas de place pour stocker la neige à Papineauville

Exploitant depuis des années un dépôt à neige « non-conforme », selon le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC), la Municipalité de Papineauville risque de devoir souffler les surplus de neige tombée au sol sur des propriétés privées, cet hiver, puisqu’elle ne sera pas en mesure d’assurer une collecte régulière de celle-ci.

Le MELCC a avisé l’administration de Papineauville, en mars dernier, que son dépôt à neige situé à l’extrémité de la rue Joseph-Lucien-Malo n’était pas conforme aux exigences gouvernementales. Le vaste emplacement loué depuis plus de 25 ans par la Municipalité qui y stocke chaque hiver ses neiges usées a été désigné comme étant contaminé, selon le ministère.

Papineauville tente présentement de négocier avec le MELCC pour maintenir l’emplacement de façon temporaire, en attendant de trouver un nouveau site, affirme le maire Christian Beauchamp, mais pour le moment, aucune solution concrète n’a été identifiée.

Par le biais de sa page Facebook, l’administration municipale a d’ailleurs avisé sa population, la semaine dernière, « qu’il est prévisible et probable que la neige ne soit pas ramassée aussi souvent et même que la neige soit éventuellement soufflée sur les propriétés dans certains secteurs » lors de la prochaine période hivernale.

« Actuellement, on n’a pas d’endroit. On a un peut-être un plan B et nous sommes en discussions avec le ministère pour essayer de maintenir le dépôt actuel. On veut bien se conformer, mais ça prend du temps, des analyses et surtout, ça coûte cher. Ce qu’on veut faire comprendre au ministère, c’est que de faire aménager un site de dépôt à neige comme dans les grandes villes, ce n’est pas quelque chose de faisable à court terme. Ça varie selon le type de sol, mais ça peut coûter au-delà du demi-million de dollars pour un aménagement », explique M. Beauchamp.

Emplacement non-conforme

C’est une plainte d’un citoyen qui a mené les inspecteurs du ministère à se rendre au dépôt de la rue Joseph-Lucien-Malo, le printemps dernier. Selon les normes gouvernementales, les dépôts à neige municipaux doivent notamment disposer de bassins de rétention et doivent être situés à plus de 30 mètres de cours d’eau. Le lieu utilisé par Papineauville depuis le milieu des années 1990 ne respecte pratiquement aucun des critères exigés par le MELCC, confirme le maire Beauchamp qui demeure malgré tout sceptique face à la thèse de la contamination mise de l’avant par le ministère.

« On avait l’obligation de nettoyer le site après la fonte des neiges, ce qui a toujours été fait. Nous avons fait analyser les sols et ce que les tests nous disent, c’est que les sols sont à peine contaminés et qu’ils peuvent être réutilisés pour n’importe quel type d’usage », souligne-t-il

Dans la foulée, les élus de Papineauville n’écartent pas la possibilité d’adopter prochainement une résolution afin de demander à Québec un assouplissement des règles d’aménagement des dépôts à neige pour les petites municipalités qui doivent jongler avec des réalités géographiques et démographiques différentes des grands centres urbains.

« En 2012, on a cherché un nouvel emplacement, mais Papineauville est entourée de zones agricoles, de ruisseaux et de rochers, donc il n’y a pas de multiples endroits où on peut aménager un tel site », plaide le premier magistrat.