Le maire de Notre-Dame-de-la-Salette, Denis Légaré

Notre-Dame-de-la-Salette doit se trouver un autre DG

La municipalité de Notre-Dame-de-la-Salette, dans la MRC des Collines-de-l’Outaouais, vient de perdre un troisième directeur général en six mois.

Frédérick Lee, qui tenait les rênes de la petite localité de quelque 750 âmes depuis le 17 septembre, a quitté son poste de directeur général par intérim à la fin de la semaine dernière après avoir accepté un emploi à la municipalité de Baie-Trinité, dans la région de la Côte-Nord.

M. Lee avait été embauché pour diriger Notre-Dame-de-la-Salette en vertu d’un contrat d’une durée prévue de six mois, après le départ de René Tousignant qui avait lui-même succédé en juin à la directrice générale Mylène Groulx, laquelle avait quitté dans la tourmente un mois plus tôt, justifiant son départ par les sautes d’humeur répétées et le caractère bouillant du maire Denis Légaré. 

« Je quitte parce que je suis tannée de la chicane avec monsieur le maire. C’est la raison de mon départ », avait confié Mme Groulx au Droit, en mai dernier.

Depuis la démission de cette dernière, Notre-Dame-de-la-Salette avait fait appel à la Fédération québécoise des municipalités afin de lui dénicher un directeur général spécialisé en développement économique.

Afin de pallier à court terme au départ de M. Lee, un employé sera embauché à raison d’une journée par semaine afin de soutenir l’administration salettoise au niveau de la reddition de comptes, a indiqué lundi le maire Légaré, affirmant au passage que la démission de M. Lee n’avait aucun lien avec les tensions qui persistent à l’hôtel de ville de Notre-Dame-de-la-Salette depuis l’élection du conseil actuel en novembre 2017.

« Il a eu une opportunité d’emploi ailleurs où on lui offrait de nouveaux défis et il a accepté. M. Lee a fait un excellent travail pour nous pendant deux mois, entre autres pour départager les tâches de travail et pour améliorer l’organisation du travail », a mentionné M. Légaré.

Les élus de la municipalité devraient maintenant embaucher un nouveau gestionnaire d’ici les 30 prochains jours, selon M. Légaré qui précise que la situation actuelle n’engendrera pas de problématique même si le budget de la municipalité doit être adopté le mois prochain.