De longues tranchées transversales à la route 321 peuvent être observées depuis quelques semaines, entre les tronçons de la montée Désabrais et la côte à Groulx.

Nettoyage de fossé controversé à Lac-Simon

Des travaux de nettoyage de fossés effectués par le ministère des Transports du Québec (MTQ) aux abords de la route 321, à Lac-Simon, sèment l'inquiétude chez des résidents de la municipalité qui craignent pour la survie des milieux humides entourant le secteur de la Baie-Groulx.
De longues tranchées transversales à la route peuvent être observées depuis quelques semaines, entre les tronçons de la montée Désabrais et la côte à Groulx. Ce site est pourtant caractérisé comme étant un milieu humide à valeur écologique élevée, selon un rapport commandé en 2010 par Lac-Simon auprès du Groupe Hémisphère, une firme d'experts dans le domaine.
L'une des tranchées, qui s'étend sur plusieurs centaines de pieds sur un terrain privé, relie le fossé de la voie publique au ruisseau Raphaël-Pilon, lequel se déverse dans la Baie-Groulx. Paul Malouf, ancien conseiller municipal et actuel propriétaire riverain de Lac-Simon, a déposé une plainte auprès du ministère de l'Environnement, vendredi dernier, afin d'informer les autorités de la situation. Celui-ci a également fait part de ses doléances au conseil municipal lors de la séance du mois de juillet. Il craint que ces transformations au niveau du sol aient des conséquences environnementales néfastes sur le secteur.
«C'est primordial qu'on protège les milieux humides autour du Lac-Simon, clame M. Malouf. C'est sûr qu'une pratique comme celle-là va finir par assécher le milieu humide et avoir des impacts négatifs sur l'écosystème.»
Du côté du MTQ, on explique que ces travaux de nettoyage, réalisés dans la semaine du 30 juin, servent à drainer adéquatement l'eau de pluie. Ces derniers ont été faits selon les règles et aucune demande de certificat d'autorisation n'avait besoin d'être réclamée, indique la porte-parole du ministère, Karine Sauvé.
«Lors de ce type de travaux, le MTQ s'assure de suivre la procédure, c'est-à-dire d'enlever uniquement le tiers de la terre que l'on retrouve dans le fond des fossés. La végétation sur les parois des fossés reste intacte», précise-t-elle. Le MTQ a également obtenu l'autorisation écrite du propriétaire du terrain privé sur lequel l'excavation a eu lieu, ajoute-t-elle.
Le directeur général de Lac-Simon, Benoît Hébert, indique pour sa part que tout est dans l'ordre. De toute manière, la municipalité n'a pas d'autorité sur le MTQ, souligne-t-il. «Dans ce dossier, tout est correct. On peut parfois arriver et donner un avertissement si on pense que quelque chose est problématique, mais dans ce cas ici, le travail a été bien fait. Il n'y a rien qui nous dit que ça peut causer des préjudices sur l'environnement.»