Menaces à l'endroit du maire de Thurso: l'accusé récidive

Le résident de Thurso accusé de menaces à l’endroit du maire Benoit Lauzon et de sa famille ne s’est pas empêché de faire la moue et de fixer l’élu du regard dans le box du palais de justice, mardi.

Donald Beaulne, 74 ans, a comparu pour de nouveaux chefs d’accusation liés à son comportement troublant à l’endroit du premier magistrat de Thurso.

Le septuagénaire est retourné derrière les barreaux parce qu’il n’a pas respecté l’ordre du tribunal de rester loin du maire, de sa résidence et de sa famille.

L’homme de 74 ans aurait récidivé, les 24 juillet et 26 octobre, en approchant la résidence du maire.

Donald Beaulne a été accusé après la plus récente campagne électorale municipale. À ce moment, il avait envoyé une lettre menaçante adressée à la conjointe du maire.

Dans cette missive, il faisait allusion au jour où son conjoint se déplacerait en fauteuil roulant, s’il refusait de retirer sa candidature.

Selon le maire Lauzon, le résident a rôdé sur sa propriété, samedi dernier.

L’affaire a été remise à ce mercredi. La Couronne s’est opposée à sa remise en liberté, lors de la comparution de mardi.

Avant de reprendre le chemin de sa cellule, l’accusé a regardé dans la salle d’audience, où le maire assistait à la comparution.

Le septuagénaire, menottes aux poignets, a regardé le maire en faisant quelques mimiques et en fronçant les sourcils. Le maire n’a pas réagi.

L'accusé dans cette affaire, Donald Beaulne.

En entrevue avec Le Droit, mardi, le maire Lauzon a mentionné que Donald Beaulne avait été aperçu sur sa propriété, samedi soir, entre 19 h et 20 h. 

Une personne du voisinage a alerté M. Lauzon par téléphone, puisque celui-ci était à l’extérieur de la région avec sa famille.

M. Lauzon a alerté les autorités dimanche matin. Il soutient que sa famille et lui vivent de grands moments d’inquiétude depuis le début de cette histoire. Ce nouveau bris de condition ajoute à l’« anxiété » vécue par la famille, souligne-t-il.

« Les conditions ne sont pas respectées et ce qui est surtout inquiétant, c’est qu’il s’est rendu chez nous, sur mon terrain. On a eu une entrée par effraction cet été et nous ne sommes pas capables de prouver qui en est à l’origine. Il y a aussi le fait qu’il s’est approché de la résidence cet été. On ne connaît pas ses intentions, mais ce qu’il avait mentionné dans la deuxième lettre que j’avais reçue de lui, c’était que quelque part durant le mandat de quatre ans, qu’il était pour passer à l’action. C’est toujours inquiétant de voir qu’il rôde autour de la résidence chez moi », a confié M. Lauzon.

Ce dernier dit faire confiance au tribunal dans cette affaire et affirme que sa famille a hâte de tourner la page.

« L’accusé, à mon avis, ne s’aide pas avec ses non-respects d’engagement et ce sera au juge de décider de la suite », a ajouté M. Lauzon.

Retour au tribunal

Le retour de M. Beaulne au tribunal, mercredi, pourrait être de courte durée.

En principe, il devait assister aux représentations sur sa peine dans le dossier principal remontant à 2017. Les récents événements pourraient ralentir le processus judiciaire.