L’opération de surveillance des cerfs est prolongée jusqu'en décembre.

L’opération de surveillance des cerfs est prolongée pour un mois

L’opération visant à limiter les risques de propagation de la maladie débilitante chronique (MDC) des cervidés en nature sauvage se poursuivra jusqu’au milieu de décembre.

Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) a indiqué par voie de communiqué, mardi, que les opérations de surveillance et de contrôle de la MDC dans la zone d’intervention contrôlée seraient prolongées d’un mois.

« Les résultats des analyses réalisées jusqu’à maintenant permettent de conclure que la maladie, si elle est présente dans la ZIC (zone d’interdiction de chasse) ou la zone de surveillance rehaussée, n’a pas contaminé un grand nombre d’animaux sauvages et, surtout, qu’elle n’est pas établie depuis de nombreuses années dans ces secteurs. Cela nous indique qu’il est toujours possible de contrer l’établissement et la propagation de la maladie, ce qui n’aurait pas été envisageable si elle avait été répandue dans la faune environnante », peut-on lire dans le communiqué émis par le ministère.

En date d’aujourd’hui, trois cas de MDC ont été identifiés dans un élevage de Grenville-sur-la-Rouge, dans les Laurentides. Le cheptel composé de 3000 cerfs rouges devait être abattu, avait annoncé le gouvernement fédéral au début octobre. Aucun animal porteur du pathogène n’a encore été trouvé en forêt.

Le MFFP rappelle dans son communiqué que « le retrait des animaux potentiellement affectés et la diminution des populations de cervidés dans la ZIC permettent de réduire les risques de propagation de cette maladie insidieuse et sont nos seules armes contre elle ».

« Les opérations d’abattage actuelles se poursuivront selon les méthodes les plus efficaces jusqu’à la mi-décembre de cette année. Cependant, il est possible que des opérations additionnelles, adaptées au comportement des cerfs et en fonction des nouvelles informations disponibles, soient réalisées au-delà de cette date. Le résultat des opérations en cours influencera les modalités de chasse qui seront mises en place dans ces secteurs l’an prochain », poursuit le ministère.

Les interventions des agents de la faune se déroulent dans un périmètre de 400 kilomètres carrés regroupant les zones de chasse 9 ouest et 10 est, en Outaouais et dans les Laurentides.

Le MFFP affirme avoir reçu 1200 résultats d’analyses en laboratoire effectuées à partir de prélèvements.