Le maire Jean-Pierre Girard se dit soulagé que cette saga tire à sa fin.

Lochaber-Ouest fait son mea culpa

La municipalité de Lochaber-Ouest présente des excuses publiques à son ancienne directrice générale, Chantal Dubé, dont le dossier a été fortement médiatisé ces dernières années.
Dans une lettre envoyée lundi au Droit, Lochaber-Ouest fait son mea culpa auprès de l'ancienne gestionnaire qui a été en fonction de janvier à juin 2013.
« Le conseil municipal de la Municipalité de Lochaber Partie-Ouest souhaite vous présenter, au nom du conseil municipal précédent, des excuses officielles pour tous les torts et inconvénients qui ont pu vous être causés dans le cadre de l'exercice de vos fonctions de directrice générale », peut-on lire dans la missive. 
Le directeur général actuel de Lochaber-Ouest, Alain Hotte, explique que ces excuses publiques découlent d'une entente à l'amiable confidentielle qui a été conclue entre les deux parties, le 10 juillet dernier, au terme de longues délibérations devant les tribunaux. Il s'agissait d'une requête du clan de Mme Dubé. Cette entente hors cour confirme du même coup la fin du lien d'emploi qui unissait Mme Dubé à Lochaber-Ouest.
Au total, Lochaber-Ouest a dû débourser 83 739 $ en frais d'avocats pour régler ce litige, confirme M. Hotte. Un montant compensatoire a également été versé à Mme Dubé. Celui-ci fait toutefois l'objet d'une clause de confidentialité.
Lors de la réunion du conseil de ville tenue la semaine dernière, les conseillers Pierre Renaud et Lise Charron se sont opposés lors d'un vote portant sur l'entente à ce que la valeur du dédommagement demeure confidentielle. La résolution a malgré tout été adoptée à quatre votes contre deux. Pour l'élue Lise Charron, il s'agit d'un non-sens.
« C'est un chiffre qui devrait être rendu public parce que ce sont des fonds publics qui proviennent de tous les citoyens. Je crois que tout le monde devrait savoir combien tout ça a coûté », clame-t-elle.
De son côté, le maire Jean-Pierre Girard trouve regrettable que la facture finale soit si salée, mais il se dit soulagé que cette saga tire à sa fin. 
« Je suis content que ce soit fini et réglé. Je ne ferai pas plus de commentaires que ça. Les deux parties ont signé une entente hors cours avec non divulgation et tout le monde est heureux avec ça », a-t-il dit.
Rappelons que Mme Dubé a quitté son poste de gestionnaire de la petite municipalité de la Petite-Nation en juin 2013, dans la tourmente, à un moment où le conseil de Lochaber-Ouest, sous le régime de l'ancien maire Michel Labrecque, était sous haute tension. Son cas se trouvait devant les tribunaux depuis ce temps, elle qui avait quitté en congé de maladie.
Des échevins reprochaient à Chantal Dubé, lorsque celle-ci était en poste, de ne pas vouloir leur transmettre certains documents relatifs aux affaires municipales. En avril 2013, Mme Dubé avait d'ailleurs déposé une plainte de harcèlement contre le maire actuel Jean-Pierre Girard qui occupait à ce moment un siège de conseiller. Aucune accusation n'avait finalement été portée contre ce dernier. 
En septembre 2015, la Commission des relations du travail (CRT) avait finalement blâmé la municipalité de Lochaber-Ouest et le conseil de l'époque pour le harcèlement psychologique dont avait été victime l'ancienne directrice générale dans le cadre de son travail.