Au terme des onze journées de programmation ponctuées de compétitions équestres, de musique et d’humour, le village de Saint-André-Avellin retrouve ainsi son calme habituel.

Les cowboys quittent Saint-André-Avellin

Les cowboys et caravaniers ont repris le chemin de la maison à l’issue du 18e Festival western de Saint-André-Avellin qui s’est soldé en fin de journée dimanche avec la présentation de la dernière ronde de rodéo professionnel au Stade Desjardins.

Au terme des onze journées de programmation ponctuées de compétitions équestres, de musique et d’humour, le village de Saint-André-Avellin retrouve ainsi son calme habituel. Le président de l’événement, Sylvain Maheux, soutient qu’il est encore trop tôt pour dresser un bilan exhaustif du festival. Si l’organisation n’était pas en mesure hier de fournir de statistiques d’achalandage. M. Maheux se disait malgré tout satisfait de cette édition 2018.

« Ce que nous avons remarqué, c’est que la première fin de semaine a été beaucoup plus achalandée que par les années passées. On a eu une deuxième grosse fin de semaine aussi avec les rodéos. Il faudra voir pour les résultats, mais ce qui nous a frappés cette année, c’est que l’achat de billets à la porte a été très populaire. Notre prévente a été tranquille, mais c’est incroyable le nombre de gens qui ont acheté à la dernière minute », a indiqué le président du festival.

Jean-Pierre Ferland, La Chicane, Kaïn, Alain Choquette, Irvin Blais et plusieurs autres artistes ont défilé sous le gigantesque chapiteau du Complexe Whissell depuis la soirée d’ouverture du 19 juillet. Le spectacle de l’humoriste Rachid Badouri, le 23 juillet, a notamment été présenté à guichet fermé.

Côté météo, le Festival western de Saint-André-Avellin n’a pas totalement échappé aux aléas de mère Nature.

Graciée par cette dernière durant les deux week-ends de festivités, l’organisation a dû procéder à des réparations d’urgence sur le terrain du stade compétition en raison des fortes pluies enregistrées en milieu de semaine passée, mais la situation n’a eu aucun impact sur le déroulement des opérations.

« Le timing a été bon parce que nous n’avions rien de prévu au stade lors des journées de pluie. On a pu drainer le terrain sans perdre d’achalandage et on n’a pas eu à annuler rien », a souligné M. Maheux.

Le comité organisateur prendra maintenant quelques jours afin de réaliser un bilan complet de cette 18e mouture.

En 2017, ce sont environ 75 000 personnes qui s’étaient déplacées pour assister aux différentes activités reliées à l’événement, selon les chiffres fournis par le festival.