La vice-première ministre du Québec et ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation, Dominique Anglade, et le préfet de la MRC de Papineau et maire de Thurso, Benoît Lauzon

Le développement économique mis de l’avant

La MRC de Papineau veut faire du développement économique son fer de lance à courte échéance et cela passera en grande partie par la mise sur pied d’une structure et d’un incubateur d’entreprises sur son territoire.

C’est essentiellement le message qu’a lancé le préfet de la MRC de Papineau et maire de Thurso, Benoît Lauzon, lundi matin, lors de la première édition du déjeuner économique de la Municipalité régionale de comté, qui avait lieu au Complexe Whissell, à Saint-André-Avellin. Plus de 130 élus et représentants du milieu des affaires de la Petite-Nation étaient réunis pour l’occasion afin notamment de venir entendre une allocution de la vice-première ministre du Québec et ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation, Dominique Anglade.

Benoît Lauzon a profité de l’événement pour lancer un message clair aux gens d’affaires de la région. La MRC de Papineau prend dès aujourd’hui « le leadership » en matière de développement économique, a-t-il martelé.

« Vous êtes le cœur. Vous êtes le poumon économique de notre milieu et ce matin, je vous tends la main afin que nous soyons partenaires pour notre avenir », a lancé ce dernier au public présent.

Depuis l’abolition du CLD de Papineau en 2015, la MRC a hérité de la gestion du développement économique, sans toutefois mettre en place une direction précise. Le conseil des maires en place depuis novembre dernier a déjà amorcé des changements pour remédier à la situation, a rappelé M. Lauzon. À titre d’exemple, le gouvernement régional a aboli l’ensemble de ses comités dans les derniers mois pour remplacer ceux-ci par cinq commissions qui pilotent les grands dossiers régionaux. Parmi celles-ci, la nouvelle commission de développement économique, dont le logo a d’ailleurs été dévoilé lundi matin lors de l’événement, est responsable du développement des affaires, industriel, touristique, agricole et technologique.

« Le gouvernement du Québec nous a donné des responsabilités en développement économique. Le gouvernement du Québec nous a reconnus comme gouvernement de proximité. Pouvons-nous prendre nos responsabilités et les mettre en place ? Ce n’est pas juste un titre qu’on nous a donné. [...Le pouvoir de s’investir, ce n’est pas seulement investir de l’argent, c’est investir du temps, c’est de mettre en place une structure et c’est de supporter le développement économique et c’est ce que nous allons faire dans la MRC de Papineau », a affirmé M. Lauzon.

Pour arriver à mousser l’économie du territoire, la MRC de Papineau projette de créer prochainement un poste de directeur de service du développement économique et de mettre en place un incubateur d’entreprises qui regroupera sous un même toit de multiples services pour les entrepreneurs en démarrage à la recherche de soutien dans leur projet.

Une étude a également été commandée pour quantifier l’achalandage d’automobilistes sur les différents liens routiers du territoire. Avec l’arrivée de l’autoroute 50 ouverte sur toute sa grandeur depuis 2012, les habitudes de déplacement ont de toute évidence changé, selon Benoît Lauzon.

«On sera capable à partir de ces chiffres-là d’accompagner des développeurs qui s’en viennent chez nous. Si une industrie veut venir s’installer dans notre MRC, on doit l’envoyer dans la municipalité où elle sera capable de survivre», a lancé celui-ci, précisant que la Petite-Nation doit profiter de sa proximité avec les grands centres urbains que sont Ottawa, Gatineau et Montréal.

Ce dernier estime que le succès de cette «vision» passera par la collaboration de tous les élus de la région. «Il faut amener les 24 municipalités à travailler ensemble. Je pense que ce sera ça, le défi», a noté M. Lauzon.

La ministre Anglade, qui a pris la parole pour offrir un discours sur l’économie du Québec et pour répondre aux questions des participants, a salué l’initiative de la MRC de Papineau.

«S’il n’y a pas de régions, il n’y a pas d’économie au Québec. La place [des régions] est essentielle et fondamentale. Surtout, ce qui est important à mon avis, c’est que les MRC et les différentes régions se prennent en main. Aujourd’hui, ce que nous avons, c’est un exemple d’une MRC, la MRC de Papineau, qui a décidé d’agir», a indiqué Mme Anglade, après l’événement.

«À partir du moment où la MRC développe à l’intérieur de son organisation du développement économique, nous sommes capables d’établir des partenariats pour créer ces projets-là», a-t-elle ajouté.