Sur la photo, de gauche à droite: Marc Yelle, propriétaire de la Villa des aînés de Buckingham, Rudi Markgraf, coordonnateur de la Plateforme agricole de L'Ange-Gardien, Luc Prud'homme, conseiller municipal, Robert Goulet, Marie-Joelle Tremblay, directrice de Champboisé, François Rochon et Nadine St-Onge, directrice générale du CPE Le Lièvre et la tortue.

L'Ange-Gardien veut devenir le chef de file en compostage domestique

L'Ange-Gardien envisage de devenir la première municipalité au Québec à atteindre les objectifs de réduction des déchets fixés par la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles, sans avoir à instaurer chez elle une collecte de type porte-à-porte à trois voies.
L'administration de L'Ange-Gardien compte plutôt miser sur le compostage domestique et communautaire pour répondre à l'obligation du gouvernement du Québec qui prévoit le bannissement des matières putrescibles dans les sites d'enfouissements d'ici 2020.
C'est que ce qu'a annoncé le maire de la municipalité, Robert Goulet, jeudi, en conférence de presse, soutenant que cette avenue représentait une solution beaucoup plus économique et environnementale que la traditionnelle collecte effectuée aux portes.
« On travaille pour sauver la planète, mais nous sommes prêts à mettre des camions qui crachent du CO2 dans l'air pour venir ramasser le compost et aller porter ça à l'enfouissement. Les sites sont très loin et ça coûte une fortune. C'est épouvantable l'essence qu'on dépense. [...] Nous pensons que nous sommes capables de faire beaucoup mieux et que nous sommes capables d'éviter tout ce transbordement-là », a-t-il affirmé.
Selon les chiffres mis de l'avant par L'Ange-Gardien, il en coûte 285 $ la tonne métrique à la municipalité pour faire enfouir ses matières résiduelles à Lachute.
La localité de la MRC des Collines-de-l'Outaouais avance que près de 30 % de sa population adhère déjà au compostage domestique. Grâce à son plan d'action dévoilé hier, L'Ange-Gardien entend réduire jusqu'à 60 % de l'enfouissement des matières organiques générées par sa population, d'ici la date butoir imposée par Québec.
Un projet pilote visant à tester différents équipements de compostage auprès de certaines institutions du territoire fait entre autres partie de son plan d'action. La Villa des aînés de Buckingham, le CPE Le Lièvre et la tortue, la Plateforme agricole de L'Ange-Gardien et le Centre de ressourcement Champboisé ont déjà confirmé leur volonté de prendre part au projet et de promouvoir la pratique du compostage domestique.
« Éventuellement, nous allons donner un coup de barre au niveau des industriels, des commerçants, des restaurateurs et des autres institutions. C'est important que tous ces partenaires embarquent avec nous », a lancé le directeur de l'urbanisme et du développement durable de L'Ange-Gardien, François Rochon.
Une vaste campagne de sensibilisation sera déployée au sein de la population. 
Des formations personnalisées sur le compostage seront également offertes aux citoyens. Lorsqu'un permis de nouvelle construction est délivré sur le territoire de la municipalité, il est déjà stipulé que le futur propriétaire doit faire l'achat d'un composteur. Cette mesure sera maintenue. 
Des récompenses monétaires pourraient aussi être attribuées aux résidents méritants, a laissé entendre M. Rochon. 
Un règlement municipal interdisant la mise aux ordures des matières organiques sera finalement adopté à court terme.