Christian Beauchamp soutient que le système de réfrigération au fréon doit notamment être changé d'ici 2020, tout comme la dalle de béton et l'isolation de l'édifice qui doivent être refaites en neuf.

L'ancien dg laisse tomber l'affaire

Un chapitre est bouclé dans la saga entourant le congédiement de l'ancien directeur général de Papineauville, Slim Oueslati. L'ex-gestionnaire a abandonné la poursuite de près de 200000$ qu'il avait intentée contre la municipalité en décembre 2013 auprès de la Commission des relations de travail du Québec.
Le maire de Papineauville, Christian Beauchamp, confirme que le dossier est maintenant clos. M. Oueslati réclamait la somme de 100000$ à la municipalité à titre de dommages moraux pour abus de droit. Il demandait également à Papineauville de lui verser 75000$ pour dommages punitifs et exemplaires et de payer l'ensemble des honoraires extrajudiciaires liés à l'affaire.
M. Oueslati a été remercié le 16 décembre 2013 par voie de résolution du conseil qui s'est soldée par un vote serré de trois contre trois au cours duquel le maire a dû trancher. Le directeur général était en poste depuis janvier 2012. Les motifs du licenciement n'ont jamais été divulgués publiquement.
Le maire Beauchamp soutient qu'il s'agit d'un dénouement heureux dans les circonstances. «En ce qui concerne le dossier de la municipalité, tout est fermé. Il n'y aura pas d'autres dépenses d'engendrées. Nous sommes contents parce qu'on s'évite de la cour et des frais d'avocat», a-t-il commenté.
Les élus avaient réservé un budget de 30000$ pour régler ce dossier et cette somme ne sera pas dépassée, a assuré le premier magistrat. L'administration municipale pourra recouvrir une partie de l'argent injecté par l'entremise de sa couverture d'assurances.
Bsabourin@ledroit.com