Le conseiller gatinois Martin Lajeunesse rappelle que rien n’a été décidé quant au projet de deux glaces dans le secteur Buckingham.

Lajeunesse fait le point sur le projet de deux glaces à Buckingham

Le projet de deux glaces aux abords de l’école secondaire Hormisdas-Gamelin que caresse Martin Lajeunesse reste pour le moment un « souhait » et rien n’a encore été décidé, clame l’échevin du secteur Buckingham.

Invité par Le Droit à réagir à la sortie publique faite la veille par le vice-président de la Commission scolaire au Coeur-des-Vallées, Sylvain Tremblay, M. Lajeunesse s’est défendu jeudi d’avoir moussé publiquement un projet de futur aréna à proximité de bâtiment d’Hormisdas-Gamelin.

« Je ne veux pas outrepasser mon pouvoir. Ce sont les commissaires de la commission scolaire qui ont le pouvoir. Je n’ai pas mis le couteau sur la gorge de personne. C’est sûr qu’il faudra négocier avec la commission scolaire si on décide d’aller de l’avant avec cet emplacement. Mais avant ça, il faudra premièrement que je fasse mes devoirs et que je présente mes argumentaires au conseil municipal pour convaincre mes collègues », a commenté M. Lajeunesse, rappelant au passage qu’il a fait campagne en 2017 en proposant de détruire le Centre sportif de Buckingham, de rénover et maintenir ouvert le Centre sportif Robert-Rochon, à Masson-Angers, et de construire un futur aréna à côté de l’établissement d’Hormisdas-Gamelin.

« C’est comme si moi, comme élu municipal, je ne pouvais pas avoir des rêves ou suggérer des idées. Moi, ma suggestion, c’est qu’on fasse le complexe deux glaces à côté de la polyvalente. Ensuite, ce n’est pas moi qui vais prendre la décision finale », a ajouté M. Lajeunesse.

Ce dernier n’écarte pas la possibilité de rencontrer les élus scolaires prochainement afin d’expliquer son point.

Mercredi soir, en pleine assemblée de la CSCV, Sylvain Tremblay, en son nom de commissaire, a demandé au conseiller Lajeunesse de cesser de discuter publiquement d’un potentiel projet de deux glaces à proximité de l’école secondaire de Buckingham, sur un terrain propriété de la commission scolaire. M. Tremblay a reproché à Martin Lajeunesse de manquer de respect envers la CSCV puisqu’il a récemment accordé des entrevues à des médias de la région à ce sujet, sans qu’il n’y ait eu de discussions formelles entre les parties dans ce dossier.