Le Centre de recherche et de développement technologique agricole de l'Outaouais (CREDÉTAO) a procédé vendredi, en compagnie de ses partenaires financiers, au lancement officiel de la saison 2017 de l'incubateur qui sert de « lieu de production clé en main » pour les jeunes agriculteurs démarrant leur entreprise.

La Plateforme agricole gagne en popularité

La huitième saison d'opération de la Plateforme agricole de L'Ange-Gardien prend son envol avec à son bord 12 entreprises, un sommet depuis la mise sur pied du projet.
Le Centre de recherche et de développement technologique agricole de l'Outaouais (CREDÉTAO) a procédé vendredi, en compagnie de ses partenaires financiers, au lancement officiel de la saison 2017 de l'incubateur qui sert de « lieu de production clé en main » pour les jeunes agriculteurs démarrant leur entreprise. 
S'ils n'étaient que cinq entrepreneurs à utiliser l'outil en 2011 lors des balbutiements de l'incubateur, ils sont désormais 12 à louer quelque 29 acre de terrains sur la propriété du chemin River, à L'Ange-Gardien, et à profiter du même coup d'un accès à des infrastructures et de la machinerie commune. 
« C'est le plus grand nombre de fermes que nous avons accueillies en une année à la Plateforme agricole, a mentionné lors du lancement le coordonnateur de l'incubateur, Rudi Markgraf. On s'attend à avoir 30 employés à temps plein et temps partiel qui vont travailler sur le site durant l'été. »
Le directeur du CREDÉTAO, Vincent Philibert, a pour sa part rappelé l'importance pour le développement de l'agriculture en Outaouais de ce tremplin qu'est la Plateforme agricole. 
Depuis huit ans, neuf fermes qui ont démarré leur projet de production maraîchère à L'Ange-Gardien et qui ont par la suite acquis une terre en Outaouais. Selon les chiffres du CREDÉTAO, ces neufs histoires à succès représentent plus de 3 millions de dollars en investissements pour la région.
« L'agroalimentaire est un secteur rempli de potentiel pour l'Outaouais. Peu importe le type de production, le marché n'est pas saturé et il y a cette proximité avec Gatineau et Ottawa. Il faut trouver une façon d'inciter le développement d'entreprises agricoles. Un outil comme ça, ça permet aux jeunes promoteurs de se lancer en affaires en n'ayant pas à assumer tous les frais en commençant », a indiqué M. Philibert.
Le CREDÉTAO affirme avoir hébergé 32 projets d'entreprises depuis les débuts de la Plateforme agricole.