Depuis quatre ans, le nombre de fermes en démarrage louant une parcelle de terre certifiée biologique au sein de la plateforme est passé de 7 à 14.

La Plateforme agricole élargit son offre

La Plateforme agricole de L’Ange-Gardien, qui héberge cette année 14 entreprises locataires, verra sa capacité d’accueil augmenter pour les prochaines années alors qu’un projet d’agrandissement de l’incubateur sera réalisé cet été.

Profitant du lancement de la neuvième saison d’opérations de la Plateforme agricole de L’Ange-Gardien, le Centre de recherche et de développement technologique agricole de l’Outaouais (CREDÉTAO) a annoncé plus tôt cette semaine avoir obtenu une aide financière d’environ 40 000 $ de la part du Mouvement Desjardins.

Avec cette aide, la plateforme pourra agrandir la capacité d’irrigation de ses installations, lesquelles permettent aux jeunes agriculteurs de démarrer leur entreprise par le biais d’un espace clé en main abordable mettant à leur disposition de la machinerie et des infrastructures communes. Le modèle d’incubateur permet notamment aux apprentis agriculteurs de développer leur clientèle, de dresser leur historique financier et d’acquérir une expérience de gestion d’entreprise, sans avoir à s’endetter avec l’achat immédiat d’une propriété.

Depuis quatre ans, le nombre de fermes en démarrage louant une parcelle de terre certifiée biologique au sein de la plateforme est passé de 7 à 14. La popularité de l’endroit ne cesse de croître saison après saison. Ce sont 28 des 42 acres disponibles qui sont maintenant cultivées, si bien que l’accès à l’eau est devenu au fil des ans de plus en plus problématique, fait valoir Rudi Markgraf, chargé de projets en recherche et innovation au CREDÉTAO.

« Avec 14 entreprises en ce moment, nous sommes vraiment à la limite. On a des limitations sur le site, que ce soit l’espace en serre, l’espace en tunnel, l’espace de rangement, mais le facteur limitant numéro un pour nous, c’est l’irrigation pour les fermes. L’eau, c’est la biomasse pour les fermiers et la biomasse pour eux, c’est de l’argent », explique-t-il.

L’ajout futur d’un deuxième puits artésien sur le site devrait permettre à la plateforme de voir son nombre de fermes grimper entre 15 et 20 ces prochaines années, espère M. Markgraf. Déjà pour 2019, deux entrepreneurs ont soumis leur candidature pour y louer une parcelle de terre.

Depuis son ouverture, la Plateforme agricole de L’Ange-Gardien a accueilli 38 entreprises en démarrage. De ce nombre, 10 ont réussi à prendre leur envol de façon autonome, ce qui représente des investissements de l’ordre de 2 millions de dollars pour la région de l’Outaouais, selon les chiffres avancés par le CREDÉTAO.