Au lendemain de la publication du dossier de l’annulation du dôme sportif à Limoges dans les pages du Droit, la municipalité de La Nation a publié un message affirmant que les citoyens n’ont pas à craindre du manque de transparence de son conseil.

La Nation tente de rassurer ses citoyens

Le conseil municipal de La Nation s’est voulu rassurant, mercredi matin, en clarifiant les raisons qui le poussent à dissimuler des informations au public dans le dossier du dôme sportif abrogé.

Au lendemain de la publication du dossier de l’annulation du dôme sportif à Limoges dans les pages du Droit, la municipalité de La Nation a publié un message affirmant que les citoyens n’ont pas à craindre du manque de transparence de son conseil.

« Nous aimerions vous assurer que toute l’information qu’il nous est possible de divulguer vous sera toujours partagée », peut-on lire sur la page Facebook de La Nation.

Le conseil justifie la non-divulgation de certaines informations par la Loi de 2001 sur les municipalités. Celle-ci indique, entre autres, que les réunions du conseil peuvent ne pas être ouvertes au public s’il est question de litiges actuels ou éventuels, y compris des employés de la municipalité. Le conseil est aussi protégé par le secret professionnel de l’avocat.

C’est pourquoi il est impossible de connaître la nature du paiement de 253 000 $ de La Nation dans le compte à payer au bureau d’avocat. Toutefois, la description incomplète de la facture indiquant « 10-19 SPORTS D » et « SETTLEMENT AS PER CLOSED SESSION » démontre clairement que l’accord, conclu en huis clos, était en lien avec le dôme sportif.

La municipalité a par ailleurs affirmé que les projets d’un complexe sportif et d’un centre communautaire à Limoges iront de l’avant. « Lors de la réunion du Conseil du 7 janvier 2019, le conseil municipal a annoncé que les quatre firmes d’architectes qu’ils ont choisies et approuvées seront maintenant invitées à soumettre une proposition pour la construction du complexe sportif et du centre communautaire. »

Il a aussi été établi que la date prévue pour la fin des travaux serait le 31 décembre 2020.

Présent à toutes les réunions du conseil municipal depuis six ans, le résident de Limoges Dave Mushing affirme que depuis le début des discussions d’un dôme sportif en mai 2016, 58 réunions ont nécessité des rencontres à huis clos, durant lesquelles 95 sujets inaccessibles au public ont été discutés.

« Un nombre beaucoup trop élevé », déplore l’ex-candidat défait au poste de conseiller municipal de Limoges.

Les données qui sont disponibles au public dévoilent qu’en 2018 seulement, 83 % des réunions ordinaires du conseil municipal de La Nation ont nécessité une rencontre à huis clos. Au cours de ces 20 rencontres en privé, 41 sujets ont été discutés.

Dans les municipalités avoisinantes, ces données sont différentes. À Russell, par exemple, 71 % des réunions ordinaires du conseil ont nécessité des rencontres à huis clos. À Casselman, les 15 réunions effectuées à huis clos ont fait l’objet de 22 sujets abordés en privé.

Le conseiller de Limoges, Francis Brière, explique que ces données ne sont que coïncidence. « Si tu étales ces données sur quatre ou cinq ans, je pense qu’on est dans la moyenne. Cette année on a eu des litiges qui devaient être réglés de façon confidentielle. »