La MRC de Papineau demande à Hydro-Québec d’être consultée, tout comme les municipalités concernées, avant que la société d’État procède à la vente de terrains excédentaires sur son territoire.

La MRC de Papineau veut être consultée avant la mise en vente de terrains d'Hydro-Québec

La MRC de Papineau demande à Hydro-Québec d’être consultée, tout comme les municipalités concernées, avant que la société d’État procède à la vente de terrains excédentaires sur son territoire.

Les maires de la Municipalité régionale de comté ont adopté une résolution en ce sens, mercredi soir, dans la foulée de la mise en vente par Hydro-Québec de terrains en bordure de la rivière Rouge, dans les Laurentides.

Rappelons que la localité de Grenville-sur-la-Rouge et la MRC d’Argenteuil ont demandé au gouvernement du Québec, plus tôt ce printemps, de faire stopper la vente de terrains par Hydro-Québec auprès du secteur privé puisque deux entreprises récréotouristiques de rafting ont des ententes avec la société d’État pour utiliser ses lots. Advenant une transaction, ces deux entreprises risqueraient de perdre l’accès à la rivière Rouge, craignent les deux gouvernements locaux.

Le préfet de la MRC de Papineau, Benoît Lauzon, soutient que l’objectif de la résolution adoptée cette semaine par lui et ses collègues élus est d’appuyer la MRC d’Argenteuil, mais aussi de permettre à sa MRC et aux municipalités qui pourraient être potentiellement affectées par la vente d’une propriété d’Hydro-Québec de pouvoir évaluer l’impact d’une telle vente pour le milieu. Lundi dernier, la MRC de Papineau a d’ailleurs demandé à Hydro-Québec, par le biais d’une lettre écrite, qu’elle lui fournisse la liste complète des terrains excédentaires lui appartenant, qu’ils soient à vendre ou non.

L’initiative s’inscrit dans le cadre de la vision d’aménagement du territoire du gouvernement régional, fait valoir le préfet.

«À partir du moment où on reçoit la liste et qu’on prend connaissance des lots à vendre, on va évaluer la possibilité de faire des démarches pour les acquérir. C’est certain qu’on va aller consulter les municipalités où sont situés ces terrains-là pour voir s’il y a de l’intérêt. On sait qu’avec la stratégie de conservation de la biodiversité, on doit protéger des espaces sur le territoire de la MRC de Papineau. On ne veut pas être obligés de commencer à protéger par exemple certaines rives alors que des terrains d’Hydro-Québec ont été vendus à du privé. À partir de ce moment-là, on ne sera plus capable de faire de la protection», explique M. Lauzon.

Dans sa résolution, la MRC de Papineau souligne que «la vente de terrains excédentaires par Hydro-Québec n’est pas une intervention visée à l’article 149 de la Loi sur l’aménagement et l’urbanisme duquel la société d’État n’a aucune obligation de consulter la MRC en obtenant son avis sur la conformité de cette intervention aux objectifs de son Schéma d’aménagement et de développement révisé».

Une copie de la résolution a été notamment acheminée au premier ministre du Québec, François Legault, de même qu’au ministre responsable de l’Outaouais et député de Papineau, Mathieu Lacombe.