Le maire Marc Louis-Seize est satisfait du budget présenté à ses concitoyens de L’Ange-Gardien qui subiront une hausse de taxe foncière de 1 %.

Hausse de taxes de 1% à L’Ange-Gardien

Les citoyens de L’Ange-Gardien verront leur compte de taxes augmenter de 1 % pour l’année 2020. À l’unanimité, les élus municipaux ont adopté jeudi soir un budget de fonctionnement de 8 056 167 $, ce qui représente une hausse d’un peu plus de 400 000 $ par rapport au budget 2019.

Pour la prochaine année, le taux de taxation des Angelois sera fixé à 6,84 $ par tranche de 1000 $ d’évaluation pour les immeubles résidentiels. En somme, cela se traduira par une hausse de la facture de foncière d’environ 37 $ pour une maison de valeur moyenne évaluée à 290 000 $.

Les taux pour les immeubles agricoles, commerciaux et industriels se chiffrent respectivement à 6,40 $, 12,73 $ et 13,91 $, toujours par tranche de 1000 $ d’évaluation.

La tarification pour la cueillette et le traitement des matières résiduelles passe de son côté de 223 $ à 235 $ par foyer. La tarification dédiée au programme de vidange des fosses septiques subira quant à elle une légère hausse de 5 $ pour s’établir à 105 $ par fosse.

Le maire de L’Ange-Gardien, Marc Louis-Seize, se dit satisfait de ce budget dans le contexte où la Municipalité doit composer cette année avec une hausse de sa quote-part de 6,4 % à payer à la MRC des Collines-de-l’Outaouais, ce qui représente plus de 108 000 $ d’augmentation en comparaison avec 2019.

« On parle de 1 % de hausse de taxes, ce qui est en dessous de l’Indice des prix à la consommation (IPC). C’est un excellent budget, surtout avec tous les travaux qu’on va réaliser cette année dans la Municipalité. Les citoyens vont voir un impact direct », a-t-il commenté.

Le budget d’investissement de L’Ange-Gardien, qui s’élève à 2,8 millions de dollars, sera majoritairement consacré à la réfection des routes. Au total, 78 % des sommes réservées dans celui-ci serviront à améliorer le réseau routier du territoire. Plusieurs chemins seront retouchés, dont les chemins Belter, Assad et Lonsdale. Le désormais bien connu chemin Cadieux, qui a terminé au huitième rang du palmarès 2019 des pires routes de la province, selon CAA-Québec, en juin dernier, sera rechargé et pavé en entier. « Il fallait absolument qu’on investisse et qu’on règle les problèmes de certains chemins qui sont en fin de vie. C’était vraiment devenu une priorité », a indiqué M. Louis-Seize.

La controversée taxe directe sur les immeubles vacants, mise en place en 2019, sera par ailleurs maintenue et indexée en fonction de l’IPC. Depuis un an, cette mesure, appliquée en vertu de la Loi provinciale 122 sur l’autonomie municipale, permet à la Municipalité de taxer à raison de 5 $ par acre les lots vacants de 10 acres et plus, à l’exception des propriétés situées en zone agricole et en zone d’extraction. L’Ange-Gardien estime que cette taxe spéciale lui rapportera un peu moins de 75 000 $ dans ses coffres pour l’année à venir.