Les résidents de l’Ange-Gardien devront absorber une hausse de taxes de 2,5 %.

Hausse de taxes à L’Ange-Gardien

Pour la première fois en dix ans, les contribuables de L’Ange-Gardien verront leur compte de taxes foncières augmenter au-dessus de la barre des 2 % en 2019.

Le conseil municipal a adopté, jeudi soir, un budget de fonctionnement chiffré à 7 649 670 $ auquel se greffe une hausse du taux de taxation foncière de l’ordre de 2,5 %. Le budget d’investissement de L’Ange-Gardien s’établira pour sa part à 1 873 725 $.

Par tranche de 1000 $ d’évaluation, les taux pour la prochaine année seront donc fixés à 6,77 $ pour les immeubles résidentiels, à 6,34 $ pour les immeubles agricoles, à 12,60 $ pour les immeubles commerciaux et à 13,77 $ pour les immeubles industriels.

En somme, avec cette augmentation du compte de taxes, les propriétaires d’une maison moyenne évaluée à 281 668 $ devront payer 40 $ de plus sur leur facture en 2019.

La tarification pour la cueillette et le traitement des matières résiduelles demeure inchangée à 223 $ par logement. En ce qui concerne la tarification pour le programme de vidange des fosses septiques, celle-ci passe de 108 $ à 100 $.

Le maire de L’Ange-Gardien, Marc Louis-Seize, soutient que ce budget a été plus difficile à élaborer que les précédents, en raison notamment de l’augmentation de plus de 10 % des quotes-parts de la municipalité destinées à la MRC des Collines-de-l’Outaouais pour la prochaine année. Cette hausse représente 150 000 $ supplémentaires qui devront être versés à la Municipalité régionale de comté, a-t-il tenu à préciser.

« Sans cette hausse de la quote-part, nous aurions probablement eu un budget en bas de l’Indice des prix à la consommation qui est à 1,7 % », a affirmé M. Louis-Seize.

Ce dernier attribue également en partie cette augmentation de taxes au fait que la construction résidentielle a enregistré un léger recul en 2018 sur le territoire de la municipalité, à l’instar du parc industriel qui n’a pas suivi la cadence des dernières années en matière de développement.

Parmi les projets d’investissement retenus pour la prochaine année, L’Ange-Gardien procédera à l’achat d’un nouveau poste de commandement mobile pour le service de protection contre les incendies et des premiers répondants. L’équipement en place était « en fin de vie », a souligné M. Louis-Seize.

Des travaux de réparations de fossés et de remplacement de ponceaux totalisant 170 000 $ et des travaux de réfection sur plusieurs chemins de la localité seront aussi réalisés.

Nouvelle taxe pour les immeubles vacants

Par ailleurs, L’Ange-Gardien prévoit introduire dès 2019 une nouvelle taxe sur les immeubles vacants de plus de 10 acres. Cette taxe de 5 $ par acre s’appliquera à l’ensemble du territoire, à l’exclusion des zones agricoles. L’administration estime que la mesure, rendue possible grâce au projet de loi 122 sur l’autonomie municipale, lui permettra d’engranger des revenus supplémentaires annuels de 75 000 $.

« La direction générale, avec les nouveaux pouvoirs de taxation, a étudié ce qui pouvait être taxé. On a beaucoup de propriétés vacantes [...] et ça va nous permettre d’aller chercher des revenus supplémentaires pour réduire la charge fiscale des citoyens », a expliqué le maire Louis-Seize.

Taxer les terres agricoles en friche n’est pas dans les cartons pour l’heure, mais la question pourrait éventuellement se rendre à la table du Comité consultatif d’urbanisme, une fois que le bilan du Plan de développement de la zone agricole aura été dressé, a laissé entendre le magistrat.