La direction du parc national de Plaisance s’est dite peu étonnée de l'engouement pour cette première fin de semaine de réouverture des installations, même s’il n’y avait que les sentiers d’accessibles.
La direction du parc national de Plaisance s’est dite peu étonnée de l'engouement pour cette première fin de semaine de réouverture des installations, même s’il n’y avait que les sentiers d’accessibles.

Fin de semaine achalandée au parc national de Plaisance

Le premier week-end de «réouverture partielle et progressive» du parc national de Plaisance, dans la Petite-Nation, a suscité l’engouement des amateurs de plein air qui se sont déplacés par centaines sur le vaste site naturel géré par la Société des établissements de plein air du Québec.

La directrice du parc national de Plaisance, Isabelle Croteau, s’est dite peu étonnée de la réponse du public pour cette première fin de semaine de réouverture des installations, même s’il n’y avait que les sentiers d’accessibles. Mesures sanitaires obligent, aucun bâtiment de services sur les lieux, ce qui inclut les salles de toilette, n’est ouvert aux visiteurs, rappelons-le.

Les parcs nationaux du Québec ont ouvert leurs sentiers aux randonneurs pédestres et aux cyclistes mercredi dernier et déjà à ce moment, le volume de visiteurs était important. Une cinquantaine d’adeptes de la nature s’étaient déplacés à Plaisance pour apprécier les grands espaces verts du parc, le 20 mai au matin.

«Notre stationnement à l’accueil, pendant la fin de semaine, a été pratiquement plein les deux journées. On a dû avoir environ entre 50 et 60 voitures. Si on calcule environ deux personnes par véhicule, on peut dire qu’il y avait peut-être entre 100 et 150 personnes dans le parc par jour», a indiqué Mme Croteau, soulignant au passage qu’avec la migration des oiseaux actuellement, c’est la saison de l’ornithologie, une période généralement très achalandée au parc.

La situation n’a pas occasionné de problème au niveau du respect de la distanciation physique, ce week-end, puisque la configuration des lieux permet d’accueillir plusieurs personnes à la fois sans qu’il y ait entassement, note Mme Croteau.


« Comme les gens ont bien répondu à la première réouverture, ce matin, on a ouvert les mises à l’eau. Les gens qui veulent venir au parc avec leur canot, leur kayak ou leur embarcation peuvent le faire. »
Isabelle Croteau

«La plupart de nos sentiers sont assez larges. On a deux endroits où on a dû mettre des sens uniques. C’est le cas notamment du trottoir flottant de 400 mètres, dans le sentier La Zizanie-des-Marais, où c’est trop étroit. Sinon, les gens respectent très bien les règles», a mentionné la directrice du parc national de Plaisance.

Quant à l’autre mesure obligatoire mise en place par la Sépaq, celle de l’achat obligatoire des droits d’accès en ligne, elle a aussi été respectée à la lettre par les usagers.

«C’est un comportement qu’on doit changer chez les gens et ça semble fonctionner. Nos gardes-parcs ont fait les vérifications et pratiquement 100% des gens avaient leur carte du parc ou avaient acquis leurs droits en ligne. Nous sommes vraiment contents que les visiteurs respectent les règles», a affirmé Mme Croteau.

La Sépaq attend toujours le feu vert de la Santé publique avant d’annoncer d’autres réouvertures de services. Les sites de camping et les centres touristiques de la société d’État sont toujours fermés.

«Comme les gens ont bien répondu à la première réouverture, ce matin (lundi), on a ouvert les mises à l’eau. Les gens qui veulent venir au parc avec leur canot, leur kayak ou leur embarcation peuvent le faire. On fait vraiment tout par petite étape pour s’assurer d’y aller de façon sécuritaire», a précisé Mme Croteau, lundi.