Le lac Donaldson, à L’Ange-Gardien

Excréments dans le lac Donaldson: des riverains en ont ras-le-bol

Des riverains du lac Donaldson, à L’Ange-Gardien, en ont ras-le-bol de voir du fumier provenant d’une exploitation agricole du voisinage être balayé dans le plan d’eau depuis déjà plusieurs années et demande à la Municipalité d’intervenir afin de corriger la situation.

Une pétition lancée au printemps dernier par l’Association des résidents et riverains du lac Donaldson (ARRLD) et noircie de quelque 70 signatures a été déposée auprès du conseil municipal de L’Ange-Gardien, lors de l’assemblée du mois de novembre.

« En notre qualité de résidents et riverains du lac Donaldson, nous vous demandons de prendre toutes les mesures énergiques pour contrer ce phénomène inacceptable », peut-on lire dans le document qui a été soumis aux élus municipaux.

Selon l’ARRLD, des ruptures de barrage de castors situés en amont du lac Donaldson et des épisodes de pluies abondantes provoquent depuis des années l’inondation d’une terre agricole sur laquelle plusieurs moutons et chiens cohabitent, aux abords du plan d’eau.

Au moins une fois par année, c’est un déversement de « milliers de litres d’excréments d’animaux » qui survient dans le lac Donaldson, avance le président de l’ARRLD, Luc St-Denis.

« Quand on a eu les pluies diluviennes au printemps dernier, la terre agricole est devenue inondée. Ça soulève les excréments, ça passe dans les calvettes et ça envahit une partie de la baie Tesk, mais ça envahit surtout le lac. Pendant plusieurs jours, l’eau était brune et on voyait les étrons flotter », peste M. St-Denis, en entrevue avec Le Droit.

Les résidents du secteur soulignent que la situation s’est détériorée depuis que L’Ange-Gardien a modifié les calvettes du chemin longeant les terrains bas de la baie Tesk. « Ces actions favorisent grandement l’évacuation rapide des eaux gorgées d’excréments », note-on dans la pétition.

« Ce qu’on demande, c’est que la Municipalité prenne les mesures appropriées. L’environnement et la sécurité publique ne sont pas avertis quand ça arrive. Personne ne nous dit de ne pas nous baigner ou de ne plus pomper l’eau du lac. [...] Tout ce qu’on veut, c’est que ça arrête. C’est une atteinte à notre santé et à l’environnement », plaide M. St-Denis.

Droits acquis ?

Le maire de L’Ange-Gardien, Marc Louis-Seize, soutient que le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques a déjà été avisé dans le passé de ce dossier qui date de plusieurs années. Selon la loi en vigueur, le propriétaire de la terre agricole à l’origine du problème dispose d’un « droit acquis » qui lui permet d’avoir des animaux, fait valoir le maire Louis-Seize. Le terrain en question est conforme à l’usage prévu au schéma d’aménagement municipal.

« La personne qui est propriétaire de l’endroit possède un droit acquis. Oui, il y a du fumier à cet endroit et quand il y a de grosses pluies, ça ramasse le purin, mais le ministère a constaté que la personne est dans la légalité », a indiqué M. Louis-Seize.

Ce dernier précise toutefois qu’un inspecteur du service de l’urbanisme de L’Ange-Gardien se rendra prochainement sur les lieux pour évaluer ces nouvelles plaintes. « On a pris acte de la pétition. Si jamais il y a une non-conformité, on va faire le suivi approprié et informer le ministère. »

Le maire Louis-Seize rappelle que L’Ange-Gardien a adopté en 2009 une série de mesures afin de stopper la détérioration de la qualité de l’eau du lac Donaldson. Un règlement de contrôle intérimaire interdit notamment, depuis 10 ans, toute nouvelle construction à moins de 30 mètres de la rive du lac.