La direction du Château Montebello, dont les portes sont fermées depuis dimanche en raison de la pandémie de la COVID-19, a décidé d’offrir la nourriture périssable qu’elle avait en stock à la Banque alimentaire de la Petite-Nation.

Élan de générosité à l’endroit de la Banque alimentaire de la Petite-Nation

La direction du Château Montebello, dont les portes sont fermées depuis dimanche en raison de la pandémie de la COVID-19, a décidé d’offrir la nourriture périssable qu’elle avait en stock à la Banque alimentaire de la Petite-Nation (BAPN). Un don qui a permis à l’organisme de renflouer ses coffres de denrées alors que la demande pour les dépannages alimentaires, sur le territoire, a considérablement augmenté depuis quelques jours.

«Avec ce qu’ils nous ont donné, on a des denrées pour préparer plein de paniers pour environ deux semaines. C’est beaucoup. Des poches de patates, des poches de carottes, des oranges, des pamplemousses, des carottes, des caisses de melons d’eau et de cantaloups. Ça nous permet d’offrir de très bons dépannages», affirme la directrice générale de la BAPN, Julie Mercier.

Cette aide en provenance du complexe hôtelier est d’autant plus appréciée que le nombre de demandes pour des dépannages alimentaires a augmenté d’environ 50% depuis le début de la semaine à la BAPN, note Mme Mercier. Si l’organisme, qui dessert 21 des 24 municipalités de la MRC de Papineau, offre en temps normal une douzaine de dépannages par jour, ce nombre frôle depuis lundi les 20 distributions et plus quotidiennement.

En plus des mesures de confinement et de distanciation sociale imposées par le gouvernement provincial dans le but de limiter la propagation de la COVID-19, la BAPN doit jongler avec le défi géographique qui lui est propre, précise la directrice générale.

«On livre 20 dépannages partout sur le territoire avec un seul véhicule. C’est demandant. Normalement, on livre entre 7 et 10 paniers par jour, et pour le reste, les gens viennent les chercher ici. Là, on n’accepte plus que les gens viennent à la banque alimentaire, donc c’est très exigeant», explique Mme Mercier.

Depuis lundi, les pompiers du Service de sécurité incendie de Saint-André-Avellin prêtent main-forte aux livreurs de la BAPN pour couvrir au moins le secteur de cette municipalité.

En plus du Château Montebello, plusieurs autres restaurateurs de la région qui ont dû fermer leurs portes temporairement ont donné de la nourriture à la banque alimentaire. C’est le cas notamment de l’École hôtelière de l’Outaouais, de la cabane à sucre Chez Ti-Mousse, à Papineauville, et du restaurant Au Moulin du temps, à Namur.

Grâce à ces dons, la BAPN devrait être en mesure de poursuivre ses opérations normalement sans faire appel à Moisson Outaouais pour les trois semaines à venir, mais la situation pourrait se corser par la suite, affirme la directrice de la banque alimentaire basée à Ripon.

«Nous sommes vraiment chanceux d’avoir toute cette aide de nos hôtels et restaurants. J’essaie de laisser aux autres banques alimentaires de la région ce que Moisson Outaouais ramasse, mais c’est sûr qu’éventuellement, on devra aller se ravitailler auprès d’eux si on continue à un rythme de 20 dépannages par jour.»