Le président de la Commission scolaire au Coeur-des-Vallées, Éric Antoine

École à l’Ange-Gardien: un nom avant le feu vert de Québec

Si Québec accorde le financement à la Commission scolaire au Coeur-des-Vallées (CSCV) pour la construction d’une nouvelle école primaire à L’Ange-Gardien, celle-ci portera le nom de l’école des Grands-Pins.

La CSCV a dévoilé vendredi le nom du futur établissement primaire attendu à L’Ange-Gardien, même si le dossier est toujours à l’étude au ministère de l’Éducation et que le feu vert pour une construction éventuelle n’a toujours pas été donné par Québec. 

Le président de la CSCV, Éric Antoine, espère que cette démarche de dénomination hâtive servira la cause du projet lorsque le ministère tranchera sur les différentes demandes de financement pour les nouvelles écoles, dans les prochaines semaines.

« On pense que c’est une bonne idée de nommer l’école tout de suite. On regarde d’autres commissions scolaires où on dépose des projets d’écoles 036 ou 041 par exemple. Quand vient le temps de prendre une décision au ministère, refuser un projet avec un nombre est peut-être plus facile que de refuser un projet nommé école des Grands-Pins », a indiqué M. Antoine.

« On a déjà un nom, le terrain est prêt à être creusé, au niveau des démarches administratives, nous sommes blindés. Au niveau politique, on a fait tout ce qu’on devait faire, et même plus, pour donner les outils à notre député (Mathieu Lacombe) de défendre cette demande », a-t-il ajouté.

Le choix du nom

À la fin janvier, la CSCV avait lancé un concours à travers tous les établissements primaires de son territoire afin de trouver un nom pour la future école de L’Ange-Gardien. Les élèves intéressés devaient fournir leur suggestion qui devait faire allusion à un lieu champêtre, à la nature ou à l’environnement. Au total, 125 propositions ont été reçues par la commission scolaire. C’est la suggestion de la jeune Aurélie Joanisse, élève de sixième année à l’école Monseigneur-Charbonneau de Buckingham, qui a été retenue par le conseil des commissaires.

« Le terrain qui a été choisi pour l’école est justement un terrain qui possède de grands pins blancs très matures donc ça boucle la boucle », a souligné M. Antoine, hier.

Rappelons que la CSCV réclame à Québec une nouvelle école primaire de 300 élèves à L’Ange-Gardien, un projet estimé à 13 millions de dollars, alors que les établissements desservant les secteurs Buckingham et Masson-Angers et les municipalités avoisinantes sont actuellement au maximum de leur capacité. Les prévisions démographiques indiquent que plus de 400 nouveaux élèves arriveront dans les écoles du territoire de la CSCV au cours des cinq prochaines années.