Benoit Delage, directeur général du CREDDO, David Pharand, maire de Duhamel, Benoît Lauzon, préfet de la MRC de Papineau, et Louis St-Hilaire, porte-parole du Regroupement de protection des lacs de la Petite-Nation, ont participé au point de presse qui s’est tenu mercredi.

Développement minier : importante mobilisation en Outaouais

Des élus, citoyens et militants pour l’environnement de l’Outaouais font front commun dans le but que leurs revendications face au possible boom minier à venir en lien avec l’électrification des transports soient entendues par le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles du Québec (MERN), Jonatan Julien.

Réunis en conférence de presse mercredi au Château Montebello, des représentants de la MRC de Papineau, du Conseil régional de l’environnement et du développement durable de l’Outaouais (CREDDO) et du Regroupement de protection des lacs de la Petite-Nation (RPLPN) ont dévoilé le contenu respectif des trois mémoires qu’ils ont déposé plus tôt ce mois-ci auprès du gouvernement dans le cadre de la Réflexion sur la mise en valeur des minéraux critiques et stratégiques lancée en novembre par le ministre Julien.

Devant le potentiel élevé d’exploitation de graphite qui plane sur l’Outaouais, mais aussi sur les Laurentides et la région de Lanaudière, les trois organisations demandent essentiellement au ministre de prendre en considération les préoccupations des communautés.

La notion de potentiel minier ne cadre pas avec l’identité de la MRC de Papineau, a affirmé le préfet de la Municipalité régionale de comté, Benoît Lauzon. Ce dernier a rappelé que la MRC regroupant 24 municipalités est visée par plusieurs titres miniers.

Dans cette liste, on retrouve notamment le projet de mine La Loutre, piloté par l’entreprise Lomiko Metals et projeté près du lac Gagnon, entre Duhamel et Lac-des-Plages, lequel est au stade exploratoire depuis déjà quelques années.

«Le secteur minier peut ou pourrait devenir un complément, mais il ne doit pas affecter notre identité économique. Nous avons une richesse touristique, forestière, économique et culturelle exceptionnelle dans la MRC de Papineau et ne nous souhaitons pas qu’elle se détériore à la suite de l’établissement de mines sur notre territoire», a déclaré M. Lauzon.

«Les gens qui partent de la région de Montréal, de Gatineau et qui viennent dans Papineau, ils ne viennent pas pour visiter une mine. Ils viennent pour la qualité de vie et on veut maintenir ça chez nous», a-t-il ajouté.

Le schéma d’aménagement doit avoir autorité

Le mémoire présenté par la MRC de Papineau réclame auprès du MERN un plus grand pouvoir pour les gouvernements régionaux dans la gestion des usages des territoires. Selon M. Lauzon, les critères pour protéger les milieux urbains sont bien définis par la loi, mais ceux pour préserver les milieux de villégiatures sont inexistants. Le schéma d’aménagement de la MRC de Papineau doit avoir prédominance sur la Loi sur les mines, selon lui. L’objectif n’est pas de s’opposer à tout projet minier, mais de permettre l’exploitation de minéraux dans des secteurs précis tout en se basant sur une conception «de développement intelligent et durable».

«Le schéma d’aménagement, c’est une compétence qui appartient à la MRC de Papineau et qui nous a été donnée par le gouvernement du Québec. Quand on parle de l’Abibiti, de la Côte-Nord, du Lac-Saint-Jean et de l’Outaouais, les enjeux et les défis sont différents. D’avoir les mêmes critères au niveau des territoires incompatibles avec l’activité minière, c’est inacceptable. Je pense que nous sommes les mieux placés et nous sommes les personnes qui connaissent le mieux notre territoire.»

De son côté, le RPLPN, qui représente quelque 1000 propriétaires riverains de la région et qui a obtenu l’appui de 10 municipalités de la Petite-Nation, réclame l’interdiction pour les minières d’opérer dans des zones désignées comme étant réservées à la villégiature, le récréotourisme, l’écotourisme et la foresterie.

Prioriser une économie circulaire

Par ailleurs, le CREDDO suggère à Québec d’envisager une économie circulaire, par exemple pour le cas des batteries de véhicules électriques, pour le bien de sa stratégie de mise en valeur des minéraux critiques et stratégiques.

«Si nous sommes pour exploiter ici dans la région, c’est que collectivement au Québec, nous avons assuré un développement de différentes filières pour la réutilisation, la réduction à la source et éventuellement le recyclage. Nous avons beaucoup de devoirs à faire, parce que les besoins en graphite et lithium vont être très grands dans le futur. Si nous sommes pour utiliser la même méthode avec laquelle nous avons toujours développé notre économie, très vite nous allons arriver au fond du baril», a souligné le directeur général du CREDDO, Benoit Delage.

La prochaine étape des intervenants derrière cette mobilisation régionale sera maintenant de rencontrer le ministre du MERN, a fait savoir le maire de Duhamel et représentant de la MRC de Papineau dans le dossier minier, David Pharand.

«Ce qu’on demande, parce que nous sommes une région particulière dans ce dossier, c’est une rencontre avec le ministre Julien pour approfondir ce dossier et savoir comment on peut intégrer notre réflexion dans son plan», a indiqué ce dernier.