L’intervention rapide du CISSSO afin de limiter le foyer d’éclosion de la COVID-19 au Centre d’hébergement et de soins de longue durée de la Petite-Nation est appréciée des proches des quelque 96 résidents des lieux.
L’intervention rapide du CISSSO afin de limiter le foyer d’éclosion de la COVID-19 au Centre d’hébergement et de soins de longue durée de la Petite-Nation est appréciée des proches des quelque 96 résidents des lieux.

Des proches de résidents du CHSLD de la Petite-Nation applaudissent la réaction rapide du CISSSO

L’intervention rapide du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO) afin de limiter le foyer d’éclosion de la COVID-19 au Centre d’hébergement et de soins de longue durée de la Petite-Nation, à Saint-André-Avellin, est appréciée des proches des quelque 96 résidents des lieux qui demeurent malgré tout inquiets pour les jours à venir.

Johanne Lamarre, dont la mère Yolande âgée de 82 ans est atteinte de Parkinson, affirme avoir été informée de la situation dès que les deux premiers cas ont été confirmés, vendredi dernier.

La résidente de Ripon dit ne pas suivre trop l’actualité puisque la situation actuelle entourant la pandémie la rend extrêmement anxieuse. Cependant, les explications qui lui ont été fournies par les employés de l’installation de Saint-André-Avellin ces derniers jours l’ont rassuré quant au bien-être de sa mère.

«J’ai hâte de la revoir et moi j’aurai 62 ans cette année. Je dois aussi faire attention à moi. On m’a rassuré beaucoup au niveau de l’établissement et quand je lui parle, je vois qu’elle est bien. Je l’appelle tous les deux jours, mais c’est sûr que nous sommes nerveux en sachant que les CHSLD sont des nids à feu pour le virus», confie Mme Lamarre.

La mère de Chantal Crête, Rita, est hébergée à ce CHSLD depuis déjà plusieurs années. Atteinte de démence avancée, la résidente est âgée de 87 ans. Mme Crête estime que l’établissement a réagi promptement. Surtout, les proches sont facilement informés de la situation lorsqu’ils appellent au CHSLD, dit-elle.

Chantal Crête (à droite) et son frère Jean-Pierre, aux côtés de leur mère, Rita, au CHSLD de la Petite-Nation, en décembre dernier.

«Les gens atteints ont été diagnostiqués rapidement et confinés sur un étage particulier avec du personnel attitré. Je pense qu’on a eu l’avantage avec le CHSLD de la Petite-Nation d’avoir une éclosion tardive par rapport à ailleurs au Québec. Je suis confiante que les mesures ont été prises à temps», mentionne Mme Crête.

Soulagée que sa mère ait été déclarée non positive au virus, Mme Crête sympathise avec les familles des sept usagers atteints.

«J’avais comme peur de recevoir le résultat du test de maman, mais en même temps, quand je l’ai reçu, je ne sautais pas de joie parce que je pense aux sept autres résidents qui sont atteints de la maladie et aux familles qui vivent l’angoisse», indique Mme Crête.