La municipalité de Papineauville a donné le feu vert à l'élevage des poules «urbaines» sur son territoire.

Des «poules urbaines» à Papineauville

L'engouement pour l'agriculture urbaine gagne du terrain en Outaouais. Après Gatineau en février dernier, c'est maintenant au tour de la municipalité de Papineauville, dans la MRC de Papineau, de donner le feu vert à un projet pilote visant l'élevage de poules à l'intérieur de son périmètre urbain.
La nouvelle réglementation adoptée plus tôt cette semaine prévoit qu'il sera possible pour les citoyens désireux de le faire de garder un maximum de trois poules sur un terrain d'une superficie d'au moins 600 mètres carrés. Les coqs seront interdits, alors qu'un poulailler et un enclos fermé devront être construits pour accueillir les volailles. Plusieurs autres critères devront être respectés par les éleveurs.
Pour cette première année du projet pilote qui s'étendra sur 36 mois, 20 permis au coût de 25 $ chacun seront émis par la municipalité. Dix permis supplémentaires pourront ensuite être octroyés annuellement à partir de l'an deux de la mise en vigueur du règlement. 
Le maire de Papineauville, Christian Beauchamp, mentionne que la municipalité a entrepris il y a deux ans une refonte de sa politique sur la gestion des animaux domestiques. Des citoyens avaient alors évoqué lors de consultations publiques le souhait de pouvoir élever des poules en zone urbaine. 
Le maire Beauchamp affirme que l'initiative s'inscrit en lien avec la flambée de popularité de l'agriculture urbaine, mais que la volonté du conseil est surtout de mettre des balises puisque des propriétaires gardaient déjà des volailles à leur domicile même si cela n'était pas permis par la réglementation. « On ne se le cachera pas, nous avons un noyau urbain mais nous sommes quand même en campagne. Nous avons la chance d'avoir des plus grands terrains par exemple qu'à Gatineau. On veut surtout encadrer et mettre des règles pour contrôler la pratique », explique le premier magistrat.
Plusieurs villes et municipalités au Québec ont emboîté le pas vers ce type d'élevage depuis quelques années. Cowansville et Granby, entre autres, ont annoncé la semaine dernière le déploiement d'un projet pilote du même genre que celui de Papineauville.