Pascal Morel, directeur général de l’AAP, et Alexandre Iracà, député de Papineau.

De la réinsertion sociale en cuisine

L’Alliance alimentaire Papineau (AAP) pourra mettre sur pied des plateaux de travail destinés à la réinsertion sociale.

L’organisme, qui a pour mission de favoriser l’autonomie alimentaire sur le territoire de la Petite-Nation, a reçu lundi, des mains du député de Papineau, Alexandre Iracà, une aide financière de 65 000 $ pour démarrer son projet baptisé Produire et partager l’abondance. La subvention provient du Fonds conjoncturel de développement du ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire.

Le projet de l’AAP, dont la facture totale s’élève à plus 120 000 $, permettra la mise sur pied d’ateliers de formation et d’activités de cuisines collectives afin de fournir de la nourriture aux clientèles défavorisées de 18 municipalités de la MRC de Papineau, par le biais notamment du Frigo Quiroule, ce service de repas lancé en 2015 et qui vise prioritairement le maintien à domicile des aînés.

L’argent servira également à l’achat d’équipements de cuisine et à payer le salaire de ressources humaines pour encadrer des personnes en difficulté qui pourront venir parfaire leurs connaissances et développer leurs capacités à travailler en équipe dans la cuisine de l’AAP.

Des élèves en difficulté de la Commission scolaire au Coeur-des-Vallées (CSCV) de même que des clients du Carrefour jeunesse emploi de Papineau seront parmi les candidats qui pourront intégrer le programme.

Des adultes en démarche de réinsertion sociale pourront aussi prendre part aux ateliers.

«On va avoir des plateaux de travail de toute sorte, autant en production agricole, qu’en transformation alimentaire et en service à la clientèle. Le but est de motiver ces personnes pour qu’elles retournent à l’école ou au moins pour qu’elles acquièrent les habiletés pour être sur le marché du travail. On espère avec ça aller éventuellement chercher une reconnaissance au niveau de la formation avec Emploi Québec ou la commission scolaire. Ce qu’on aimerait, c’est que nos jeunes sortent d’ici avec une qualification, par exemple comme aide-cuisinier ou aide horticole», explique le directeur général de l’AAP, Pascal Morel.

Un autre volet du projet sera destiné à la production en serre. Un protocole d’entente entre l’AAP et la CSCV a été conclu à cet égard afin l’organisme puisse utiliser les serres de la CSCV situées à Papineauville.