Close-up of human hand casting and inserting a vote and choosing and making a decision what he wants in polling box with Canada flag blended in background

Coup d’oeil électoral dans Argenteuil-La Petite-Nation

Avec ses 5 412 kilomètres carrés de superficie et sa population de 95 781 habitants répartie entre Lachute et l’est de la Ville de Gatineau, la circonscription d’Argenteuil-La Petite-Nation regroupe 80 125 électeurs inscrits en vue du scrutin du 21 octobre. À quelques jours du vote, Le Droit vous propose un bref portrait des six candidats en lice pour conquérir ce vaste comté chevauchant à la fois des portions de l’Outaouais et des Laurentides.
Stéphane lauzon, PLC

Stéphane Lauzon - Parti libéral du Canada

Député sortant au sein du gouvernement Trudeau, Stéphane Lauzon brigue un deuxième mandat à la Chambre des communes, après avoir aisément remporté son siège en 2015, avec 43% des voix. L’ancien conseiller municipal à la Ville de Gatineau promet qu’il va «mettre de l’avant l’environnement et les infrastructures dans les petites localités», s’il est réélu.

En matière d’infrastructures, le candidat fait référence au déploiement d’Internet haute vitesse dans les MRC de Papineau et d’Argenteuil. Il reconnaît que les délais pour déployer notamment la première phase du projet «Fibre Papineau», qui a reçu une aide de 4 millions de dollars d’Ottawa pour brancher quelque 5000 foyers de la Petite-Nation à Internet haute vitesse, ont été plus longs que prévu.

La subvention pour la MRC de Papineau a été annoncée à la fin 2017 et les premiers branchements devraient finalement être effectués au printemps prochain. M. Lauzon s’engage à ce que la deuxième phase de branchement du projet, qui comprendrait les localités de Bowman et Val-des-Bois, soit démarrée le plus tôt possible.

«J’ai offert à mon bureau qu’il puisse les accompagner dans leurs demandes pour la phase 2 afin de simplifier le processus de demande pour faire en sorte qu’on soit mieux outillé. On a déjà acquis l’expérience. On va préparer la documentation pour faire en sorte d’aller de l’avant le plus rapidement possible afin de déposer les demandes de financement», affirme le député sortant.

Charlotte Boucher-Smoley, NPD

Charlotte Boucher-Smoley - Nouveau parti démocratique du Canada

Organisatrice communautaire originaire de Montréal qui a déménagé à Gatineau il y a trois ans, Charlotte Boucher-Smoley s’est lancée sous les couleurs du Nouveau parti démocratique puisque cette formation cadre avec ses convictions personnelles.

Selon elle, la formulation «un logement abordable pour tous» doit être appliquée à la lettre dans le comté.

«Il y a plusieurs personnes pour qui c’est rendu trop cher de se loger. Si on ne peut pas se permettre de payer un loyer ou que c’est trop cher ou qu’on doit couper dans nos autres budgets, on se sent étouffé. Un logement abordable pour tous, c’est quelque chose qu’on me dit souvent (sur le terrain) et c’est un engagement concret que je prends», note-t-elle. Le fédéral doit aussi épauler les municipalités qui sont affectées par les catastrophes naturelles découlant des changements climatiques, ajoute-t-elle. Les inondations printanières de 2017 et 2019, qui ont touché plusieurs localités de la circonscription, sont un exemple de cas concret. «Il faut assurer du financement à long terme et indexé pour les municipalités. Il faut une aide régulière et c’est un besoin criant», souligne la néo-démocrate.

Yves Destroismaisons, BQ

Yves Destroismaisons - Bloc québécois

Le représentant du Bloc québécois, Yves Destroismaisons, participe à une troisième campagne électorale en trois ans.

Candidat défait à la course à la mairie de Saint-André-Avellin, en novembre 2017, cet ancien travailleur social et organisateur communautaire bien connu dans la Petite-Nation, avait également perdu sa bataille lors des élections provinciales, l’année dernière, alors qu’il défendait la bannière du Parti québécois dans le comté de Papineau. M. Destroismaisons dit cette fois sentir «l’engouement sur le terrain».

«Quand le Bloc québécois était fort à Ottawa, il s’est conclu 16 traités internationaux sans jamais que le Canada cède sur la gestion de l’offre. Le Bloc est plus faible à Ottawa, le Canada a cédé des parts de marchés dans la gestion de l’offre lors des trois derniers traités internationaux qui ont été signés, ce qui fait que nos agriculteurs se retrouvent pénalisés aujourd’hui et qu’ils ne reçoivent pas leur juste part», plaide M. Destroismaisons, ajoutant qu’il s’opposera à «tout projet de pipeline qui pourrait passer au Québec», s’il est élu.

Marie Louis-Seize, PC

Marie Louis-Seize - Parti conservateur du Canada

Ancienne présidente syndicale et gestionnaire de projet d’ingénierie chez Bell Canada, Marie Louis-Seize est revenue habiter dans son patelin natal il y a six ans, à Montpellier. Approchée par la formation politique d’Andrew Sheer «pour faire un lien entre le syndicat et le Parti conservateur», dit-elle, Mme Louis-Seize s’est lancée dans cette campagne dans le but avoué de «garder les personnes aînées chez elle le plus longtemps possible» et d’attirer de nouvelles PME dans la région pour stopper l’exode des jeunes vers les grands centres urbains.

«C’est primordial pour que nos jeunes aient une belle qualité de vie et qu’ils aient envie de rester ici. On va avoir des incitatifs pour les PME et les industries vertes avec notre programme, ce qui va aider, mais d’avoir quelqu’un qui pousse, et comme ancienne syndicaliste, je suis une ‘’pousseuse’’, on va aller les chercher les entreprises», lance-t-elle.

Marjorie Valiquette, Parti vert

Marjorie Valiquette - Parti vert du Canada

Résidante de Morin-Heights, dans la MRC des Pays-d’en-Haut, Marjorie Valiquette est diplômée en design de l’environnement et travaille à son compte dans cette branche professionnelle, en plus de faire de la suppléance dans une douzaine d’écoles de la Commission scolaire des Laurentides.

L’offre d’Internet haute vitesse et du réseau cellulaire et la pénurie de main-d’oeuvre sont de grands défis dans la région, reconnaît Mme Valiquette, mais Argenteuil-La Petite-Nation doit également compter sur un réseau de transport en commun «efficace».

Elle a déposé un mémoire, dans le cadre de la Commission parlementaire provinciale sur l’électrification des transports, portant sur un projet intitulé Réseau de transport en commun intelligent du Québec qui permettrait de relier Gatineau à la Gaspésie, peu importe la taille des localités intégrées.

Mme Valiquette table sur cette proposition pour séduire l’électorat. «Le transport en commun manque d’efficacité et n’est pas convivial. On parle d’intégrer tous les réseaux de transport avec une application intelligente qui est en temps réel qui va gérer le réseau, autant pour les usagers que pour les gestionnaires. On parle de 4 à 8 milliards d’investissements. C’est un gros projet qui va apporter beaucoup à toutes les problématiques qu’on connaît aujourd’hui en matière de transport en commun», expose-t-elle.

Sherwin Edwards, PPC

Sherwin Edwards - Parti populaire du Canada

Homme d’affaires qui habite Brownsburg-Chatham, Sherwin Edwards est un autre aspirant député qui avait tenté sa chance aux élections provinciales de 2018, sous les couleurs du Parti conservateur du Québec, dans Argenteuil.

«Le gouvernement n’est pas à l’écoute des citoyens en général. Les gens veulent quelque chose de différent», plaide d’emblée le candidat de la formation dirigée par Maxime Bernier.

Un gouvernement du Parti populaire du Canada permettrait à ses candidats d’apporter des motions à la Chambre des communes, souligne M. Edwards, qui a promis durant sa campagne d’améliorer la qualité de vie des aînés, un enjeu qu’il dit avoir entendu à maintes reprises en cognant aux portes des électeurs.

«Je veux qu’on augmente les fonds de pension de nos gens et qu’on prenne plus soin de nos aînés. Nos aînés ont contribué toute leur vie à notre société et la plupart ont de la misère à vivre. Ils sont en mode survie et ça, ce n’est pas normal.»