CLSC: la grogne se fait sentir à Val-des-Bois

La réforme amorcée il y a plusieurs mois dans le système de santé québécois continue de faire des remous. Des résidents de Val-des-Bois, au nord de Buckingham, déplorent le nouveau fonctionnement de leur point de service du CLSC Vallée-de-la-Lièvre.
Le conseiller municipal qui agissait jusqu'à tout récemment comme maire par intérim de Val-des-Bois, Roger Laurent, a fait une sortie publique, la semaine dernière, lors de la rencontre de la MRC Papineau, afin de sonner l'alarme.
Celui-ci soutient que la municipalité a reçu plusieurs témoignages concernant des «pertes de services» au sein de l'établissement. Une infirmière a quitté pour la retraite à la mi-octobre et on ne l'a pas remplacé, affirme entre autres M. Laurent.
«Si quelqu'un veut aller voir une infirmière pour une raison ou une autre, il n'y en a plus durant la semaine. La porte est toujours barrée. Ils ont tellement coupé qu'on ne sait même plus qu'est-ce qu'on a comme services», déplore l'échevin.
«Ici, nous sommes trois petits villages éloignés avec Val-des-Bois, Bowman Notre-Dame-de-la-Salette. On compte peut-être 2500 de population à ce temps de l'année et on est quasiment laissés à l'abandon», ajoute M. Laurent.
Au Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais, on indique que les services offerts à Val-des-Bois sont demeurés les même depuis la réorganisation effectuée plus tôt cet automne.
On confirme que le poste de réceptionniste a été aboli au début septembre puisque l'achalandage ne nécessitait pas une présence permanente sur les lieux.
Le bâtiment est maintenant ouvert en fonction des rendez-vous seulement, alors que le jeudi est réservé aux prises de sang.