En attente de savoir si Notre-Dame-de-la-Salette pourra quitter la MRC des Collines-de-l’Outaouais pour se joindre à la MRC de Papineau, des élus locaux pressent Québec de rendre une réponse rapidement dans ce dossier, à l’aube de la période de préparation des budgets municipaux qui doit débuter prochainement.

Changement de MRC: Notre-Dame-de-la-Salette s’impatiente

En attente de savoir si Notre-Dame-de-la-Salette pourra quitter la MRC des Collines-de-l’Outaouais pour se joindre à la MRC de Papineau, des élus locaux pressent Québec de rendre une réponse rapidement dans ce dossier, à l’aube de la période de préparation des budgets municipaux qui doit débuter prochainement.

Appuyée par les deux MRC concernées, Notre-Dame-de-la-Salette avait demandé en décembre 2018 que Québec étudie la possibilité d’une annexion avec la MRC de Papineau qui compte déjà 24 municipalités dans ses rangs. Les élus salettois estiment que leur localité aurait un meilleur potentiel de développement en se joignant à la MRC de Papineau.


« Les deux MRC et la municipalité, nous avons fait notre job. Eux au ministère, ils étudient et on ne sait pas trop ce qu’ils étudient. Tout était censé être terminé au mois d’août, mais on n’a pas de nouvelles. »
Denis Légaré, maire de Notre-Dame-de-la-Salette

Or, les résultats de l’étude d’opportunité lancée plus tôt cette année par le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation (MAMH) afin d’analyser ce scénario d’annexion, se font toujours attendre, confirme le maire de Notre-Dame-de-la-Salette, Denis Légaré.

« Les deux MRC et la municipalité, nous avons fait notre job. Eux au ministère, ils étudient et on ne sait pas trop ce qu’ils étudient. Tout était censé être terminé au mois d’août, mais on n’a pas de nouvelles », a indiqué M. Légaré au Droit.

Le premier magistrat espère que la ministre du MAMH, Andrée Laforest, tranchera bientôt. C’est cette dernière qui doit donner le feu vert ou refuser le transfert de MRC, par voie de décret ministériel.

« C’est impensable qu’une municipalité quitte en plein milieu d’une année. On ne peut pas changer de MRC en plein milieu d’un budget. Il faudrait réajuster les quotes-parts pour les services », fait valoir M. Légaré.

Le préfet de la MRC de Papineau et maire de Thurso, Benoît Lauzon, affirme aussi que le temps presse dans le dossier.

« Tout a été déposé au bureau de la ministre des Affaires municipales. Nous sommes en attente de la réponse de la ministre pour savoir si Notre-Dame-de-la-Salette peut être transféré dans notre MRC. Comme la période des budgets approche, j’ai demandé à ce que nous ayons la réponse le plus rapidement possible parce qu’il peut y avoir un impact budgétaire, autant pour notre MRC que pour celle des Collines et que pour Notre-Dame-de-la-Salette », a mentionné M. Lauzon.

Une municipalité dévitalisée dans une MRC riche

Le Classement des MRC dressé en 2014 par l’Institut de la statistique du Québec plaçait la MRC de Papineau au 84e rang sur 104 avec un indice de vitalité économique -6,4. De son côté, la MRC des Collines-de-l’Outaouais, qui regroupe Cantley, Chelsea, L’Ange-Gardien, La Pêche, Pontiac, Val-des-Monts et Notre-Dame-de-la-Salette, se hissait au 4e rang dans la province, avec une cote de 18,4.

« Les programmes mis en place dans la MRC de Papineau sont des programmes qui répondent à des enjeux que nous vivons à Notre-Dame-de-la-Salette. Sur 24 municipalités, 19 sont en dévitalisation. C’est une MRC qui cherche à trouver des solutions pour revitaliser ses municipalités. L’indice de vitalité économique des autres municipalités de la MRC des Collines-de-l’Outaouais est très élevé. [...] On ne partage juste pas les mêmes défis », affirme le maire Légaré.