L'ancienne ministre Lucienne Robillard préside la commission ayant remis un premier rapport sur sur la révision permanente des programmes.

Au tour de l'UPA de dénoncer le rapport Robillard

L'Union des producteurs agricoles (UPA) Outaouais-Laurentides se dit préoccupée par le climat d'incertitude créé par le gouvernement Couillard et craint que les mesures préconisées dans le rapport Robillard soient entérinées, ce qui aurait comme conséquence l'abolition du régime d'Assurance stabilisation du revenu agricole.
L'UPA Outaouais-Laurentides, qui regroupe 2600 entreprises agricoles au sein des régions administratives de Montréal, Laval, de l'Outaouais et des Laurentides, a réagi mardi matin, par voie de communiqué, au dépôt du rapport Robillard.
«Même si Québec tente d'être rassurant pour le secteur agroalimentaire, nous espérons que le ministre de l'Agriculture pourra influencer son gouvernement afin qu'il préserve le support indispensable de l'État envers nos producteurs. L'insécurité qui plane sur le monde agricole pourrait avoir des impacts désastreux sur les décisions d'investissement des entreprises agricoles. Il serait irresponsable de jouer ainsi avec l'économie de nos régions», fait valoir le président de l'UPA Outaouais-Laurentides, Richard Maheu, dans le communiqué.
Le syndicat rappelle par ailleurs que ce secteur fait déjà face à la volatilité des marchés, aux risques climatiques ainsi qu'aux maladies associées à l'agriculture.
Le soutien aux agriculteurs québécois est plus bas que celui des pays de l'OCDE, malgré ce qu'en dit le rapport, soutient également l'UPA Outaouais-Laurentides.