La municipalité de L’Ange-Gardien vient de commander une opinion juridique afin de vérifier si d’éventuels recours peuvent être entrepris contre l’ancienne entreprise Équipements Girard Inc. dont les installations situées sur la route 315 ne font pas l’unanimité dans le voisinage.

Atelier de débosselage: L’Ange-Gardien étudie ses recours

La municipalité de L’Ange-Gardien vient de commander une opinion juridique afin de vérifier si d’éventuels recours peuvent être entrepris contre l’ancienne entreprise Équipements Girard Inc. dont les installations situées sur la route 315 ne font pas l’unanimité dans le voisinage.

Dans une résolution adoptée lors de la séance du conseil de janvier, les élus angelois allèguent que « les usages et les constructions présentes sur la propriété située sur le lot 3 301 240 sur la route 315 sont sources, depuis nombre d’années, de nuisances visuelles et olfactives et potentiellement de contamination du sol ».

Le maire de L’Ange-Gardien, Marc Louis-Seize, précise que le 730, route 315, qui se trouve à un jet de pierre de la frontière avec Buckingham, a suscité de nombreuses plaintes de voisins ces dernières années. Plusieurs véhicules et des amas de pneus sont notamment entreposés sur le terrain en question localisé en zone industrielle. 

« On a eu à un certain moment plusieurs plaintes parce que la fumée qui sortait de la cheminée était jaune et que ça sentait pas bon. On veut avoir le cœur net afin de voir s’il y a des infractions par exemple au niveau environnemental et si on peut avoir des recours pour mettre fin aux nuisances », affirme le premier magistrat.

L’administration municipale confirme avoir informé de la situation le propriétaire du lot à quelques occasions, par voie de correspondance.

Selon le Registre des entreprises du Québec, Équipements Girard Inc. a été radiée d’office en juin 2016 suite à la non-production de deux déclarations de mise à jour annuelles consécutives. Le champ d’activité de la compagnie était consacré à un atelier de peinture et de carrosserie, plus précisément à des opérations de débosselage. D’ailleurs, le numéro de téléphone de l’entreprise n’est plus en service, selon ce que Le Droit a pu constater hier.