Sur la photo, de gauche à droite : Marco Veilleux, vice-président au développement des affaires et projets stratégiques chez Fortress, Stéphane Lauzon, député fédéral d’Argenteuil-La Petite-Nation, Giovani Iadeluca, président de Fortress Cellulose Spécialisée, et Alexandre Iracà, député provincial de Papineau.

17,4 millions $ pour Fortress Global

Fortress Global pourra mettre sur pied une usine de démonstration de fabrication de xylitol à Thurso, alors qu’Ottawa et Québec injecteront conjointement une somme d’un peu plus de 17 millions de dollars pour la réalisation du projet.

Le député fédéral d’Argenteuil-La Petite-Nation, Stéphane Lauzon, et son homologue provincial pour la circonscription de Papineau, Alexandre Iracà, ont annoncé mercredi des aides financières respectives de 10,4 millions $ et 7 millions $ pour la construction de cette nouvelle infrastructure aux abords de la papetière de Thurso, un projet total chiffré à 33 millions de dollars qui permettra la création à court terme de huit nouveaux emplois.

Fortress Global avait déjà annoncé en mars son intention de percer le marché du xylitol en faisant l’acquisition des technologies, procédés et brevets développés par la société britanno-colombienne S2G Biochemicals, en collaboration avec la multinationale américaine Mondelez International.

Le xylitol est un édulcorant qui s’apparente à la canne à sucre et qui dispose d’une valeur calorique 40 % moins élevée que le sucre classique. Ce substitut de sucre alimentaire, qui est utilisé dans la confection de confiseries comme la gomme à mâcher et les bonbons, notamment, est produit à partir des hémicelluloses générées par Fortress lors du processus de fabrication de la pâte dissolvante.

L’usine pilote, dont la mise en service est prévue pour la première moitié de 2020, servira à tester les procédés de conception du produit pour les faire passer d’un rythme de production de kilogrammes à tonnes. Une fois la phase d’essai terminée, Fortress Xylitol, filiale de Fortress Global, projette d’investir 150 millions de dollars pour la mise en place d’une usine commerciale qui pourrait employer plus de 35 personnes additionnelles à Thurso et produire 20 000 tonnes de xylitol par année. Le sucre pourra ensuite être vendu à des fabricants d’aliments à l’échelle mondiale. L’entreprise confirme avoir déjà conclu des ententes préliminaires de distribution.

« On a encore beaucoup de travail à faire pour établir de façon commerciale cette production. Par contre, ce matin, on franchit un jalon significatif avec le soutien officiel de ces deux partenaires importants », a déclaré le vice-président au développement des affaires et projets stratégiques pour Fortress Global, Marco Veilleux, lors de l’annonce.

Un procédé vert
M. Veilleux indique que la majorité du xylitol vendue à l’échelle mondiale est fabriquée en Chine par le biais de méthodes polluantes. Le procédé à l’étude à Thurso sera entièrement vert. « Ce qu’on propose ici, c’est un procédé qui n’a pas d’impact environnemental et qui a juste des bénéfices », a-t-il mentionné.

De son côté, Alexandre Iracà a salué le côté innovant du projet, lui dont le gouvernement consent 2 millions $ au projet par le biais du programme ESSOR, alors que l’autre tranche de 5 millions $ se compose d’une prise de participation au capital-actions.

« Vous vous souvenez il y a quelques années, Fortress se retrouvait dans une situation difficile [...] où on avait même fermé pour un certain temps. Nous ne sommes plus du tout au même niveau. On parle de consolidation d’emplois et de création d’emplois. Nous sommes rentrés dans une nouvelle ère ici chez Fortress », a affirmé le député de Papineau.

Selon l’entreprise, la demande mondiale actuelle pour le xylitol se chiffre à 150 000 tonnes par année. Une prévision de croissance annuelle de 7 % pour les quatre prochaines années est anticipée pour ce marché.

PAS DE BONBON ÉLECTORAL
Par ailleurs, questionné par les journalistes à savoir s’il s’agissait d’une annonce à saveur « électorale » en vue du scrutin d’octobre, le député de Papineau, qui multiplie les conférences de presse depuis déjà quelques semaines, s’est défendu, hier. Il a confirmé que le financement pour le projet de Fortress était déjà bouclé et que l’enveloppe distribuée à Fortress n’avait pas de lien avec les prochaines élections au Québec.

« Vous savez, moi, j’ai le pied dans le fond depuis 2012. Ça fait six ans que je suis député. J’ai toujours fait des annonces et je vais continuer à en faire d’ici les élections », a-t-il dit.