Petite-Nation

Beaucoup d’optimisme dans Papineau suite au passage du ministre des Transports

Même si le ministre des Transports n’a pas pris d’engagement ferme concernant l’élargissement de l’autoroute 50 et qu’aucun échéancier précis n’est encore sur la table, le préfet de la MRC de Papineau, Benoît Lauzon, se dit satisfait de la rencontre qui s’est déroulée vendredi matin entre les maires de la Municipalité régionale de comté et François Bonnardel, à Papineauville.

Au total, 21 des 24 maires de la MRC de Papineau se sont entretenus pendant un peu plus d’une heure avec le ministre des Transports qui était de passage dans la région. Le ministre responsable de l’Outaouais, ministre de la Famille et député de Papineau, Mathieu Lacombe, était également présent à la réunion.

Petite-Nation

Hausse de taxes à L’Ange-Gardien

Pour la première fois en dix ans, les contribuables de L’Ange-Gardien verront leur compte de taxes foncières augmenter au-dessus de la barre des 2 % en 2019.

Le conseil municipal a adopté, jeudi soir, un budget de fonctionnement chiffré à 7 649 670 $ auquel se greffe une hausse du taux de taxation foncière de l’ordre de 2,5 %. Le budget d’investissement de L’Ange-Gardien s’établira pour sa part à 1 873 725 $.

Petite-Nation

Hausse de taxes de 1,68% à Thurso

Le conseil municipal de la Ville de Thurso a adopté plus tôt cette semaine un budget 2019 de 4,6 millions de dollars qui prévoit une légère hausse du compte de taxes résidentielles de 1,68% pour les contribuables.

Le taux de taxation résidentiel et agricole passe donc de 0,9636$ à 0,9798$ par tranche de 100$ d’évaluation. Cette augmentation entrainera une hausse de la facture de 25$ pour le propriétaire d’une maison moyenne évaluée à 154 885$. La taxe d’eau et la taxe des ordures demeurent inchangées à 250$ et 170$ par logement. Le taux de taxation commercial passe pour sa part de 1,85$ à 1,8812$, alors que le taux de taxation industriel grimpe de 2,3944$ à 2,5073$, toujours en se basant sur des tranches de 100$ d’évaluation.

Petite-Nation

La CPTAQ refuse le projet d'halte routière sur la 50

Le promoteur privé GAB Construction, qui souhaite développer une halte routière sur une parcelle de terrain de quatre hectares se trouvant en bordure de la route 317 et de l’autoroute 50, sur le site du Parc industriel régional vert de Papineau (PIRVP), à Thurso, vient d’essuyer un important revers devant la Commission de la protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ).

Dans une décision rendue le 6 décembre, la CPTAQ réitère la position qu’elle avait prise dans son orientation préliminaire énoncée en 2017 et refuse le dézonage de la parcelle de terrain ciblée par l’entrepreneur, laquelle est propriété de la MRC de Papineau et située en zone agricole. La CPTAQ vient du même coup mettre un frein au projet commercial chiffré à plus de six millions de dollars sur lequel planchait le promoteur.

Petite-Nation

De nouveaux outils de prévention contre les inondations dans la MRC de Papineau

Les municipalités de Duhamel, Lac-Simon, Ripon, Saint-André-Avellin, Papineauville et Plaisance, dans la MRC de Papineau, seront bientôt mieux outillées pour faire face aux débordements de la rivière de la Petite-Nation. Un vaste projet chapeauté par le professeur Karem Chokmani de l’Institut national de la recherche scientifique (INRS) est actuellement en branle dans le but de réduire la vulnérabilité aux inondations de ces six localités riveraines.

Les municipalités de Duhamel, Lac-Simon, Ripon, Saint-André-Avellin, Papineauville et Plaisance, dans la MRC de Papineau, seront bientôt mieux outillées pour faire face aux débordements de la rivière de la Petite-Nation. Un vaste projet chapeauté par le professeur Karem Chokmani de l’Institut national de la recherche scientifique (INRS) est actuellement en branle dans le but de réduire la vulnérabilité aux inondations de ces six localités riveraines.

Le projet, initié à la suite des inondations du printemps 2017, a démarré en mai dernier, mais l’Organisme de bassin versant des rivières Rouge, Petite Nation et Saumon (OBVRPNS), qui assure le suivi de la mise en œuvre du Plan directeur de l’eau des bassins versants de ces dernières, devait attendre la confirmation des subventions accordées avant d’en faire l’annonce.

La Fédération canadienne des municipalités injectera ainsi 250 000 $ dans le projet, alors que la contribution de l’INRS se chiffrera à 56 000 $. Les municipalités partenaires débourseront environ 1000 $ pour sa mise en œuvre. 

Concrètement, le chantier scientifique, qui doit s’étaler sur trois années, permettra d’abord d’améliorer la cartographie des zones inondables le long de la rivière de la Petite-Nation en fonction de différents scénarios d’inondations.

Gabriel Chiasson-Poirier, agent de projets pour l’OBVRPNS, parle d’une approche novatrice qui permettra de « prévenir plutôt que guérir ».

« On pourra avoir une délimitation des zones inondables par rapport à différents débits de la rivière Petite-Nation. L’outil permettra par exemple d’identifier quels bâtiments seront inondés et quelle sera la hauteur d’eau affectant ces bâtiments de même que l’identité des routes qui seront coupées par le débordement », explique M. Chiasson-Poirier.

Prédire les inondations

Des modèles de prévisions hydrométéorologiques visant à prédire des jours à l’avance de possibles débordements seront aussi élaborés et mis à la disposition des municipalités. 

« En se basant sur ces prévisions, on va être capable de déterminer les zones qui seront inondées, de trois à six jours d’avance. Depuis la conscientisation des inondations à partir des années 1970, nous étions toujours en mode réactif, c’est-à-dire que nous étions capables de prédire les zones qui seraient inondées pour un débit X, mais nous ne pouvions pas le faire à l’avance. On utilisait ces cartes pour prévenir l’aménagement des bâtiments, mais pas pour les plans d’intervention réactionnels quand il y a la crue », indique le chargé de projet.

Une familiarisation avec ce nouvel outil sera nécessaire croit M. Chiasson-Poirier, mais ce système de prévision qui sera disponible dans les prochains mois devrait s’intégrer dans les habitudes des municipalités au fil des prochaines années.

« On pourra évacuer les gens ou installer les sacs de sable avant l’arrivée de l’inondation. Une des choses vraiment intéressantes que l’outil nous propose, c’est qu’il va nous montrer les zones où il faudra mettre des sacs de sable et combien de sacs de sable qui seront nécessaires pour empêcher l’inondation d’une maison X. C’est à ce point précis », note ce dernier.

En plus de ces différentes mesures mises en place, des règles limnimétriques seront aménagées à différents endroits sur la rivière dans le but de mieux documenter les variations des niveaux d’eau.

Finalement, l’équipe de recherche se penchera sur les conséquences possibles des changements climatiques sur l’augmentation de la fréquence des inondations. 

Des plans de gestion durable des eaux pluviales pour les municipalités partenaires seront aussi réalisés. Ces plans serviront à prévenir certains problèmes causés notamment par l’érosion. 

Petite-Nation

Bientôt l’interdiction pour la MRC de Papineau

L’interdiction de consommer du cannabis dans les lieux publics de la MRC de Papineau entrera en vigueur au plus tard en janvier 2019.

Les 24 élus de la MRC de Papineau ont entériné, mercredi soir, une modification au règlement appliqué par la Sûreté du Québec, dans le but de proscrire la consommation de marijuana des endroits publics du territoire.

Petite-Nation

L’opération de surveillance des cerfs est prolongée pour un mois

L’opération visant à limiter les risques de propagation de la maladie débilitante chronique (MDC) des cervidés en nature sauvage se poursuivra jusqu’au milieu de décembre.

Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) a indiqué par voie de communiqué, mardi, que les opérations de surveillance et de contrôle de la MDC dans la zone d’intervention contrôlée seraient prolongées d’un mois.

Petite-Nation

Thurso veut des réponses d’Hydro-Québec

La Ville de Thurso demande une rencontre urgente avec Hydro-Québec afin de régler les problèmes de tension qui plombent le réseau électrique de la municipalité depuis déjà plusieurs mois.

Selon le maire Benoît Lauzon, les baisses et hausses de tension de même que les interruptions de courant ont été fréquentes sur le territoire de la municipalité lors de la dernière période estivale.

Petite-Nation

Lajeunesse fait le point sur le projet de deux glaces à Buckingham

Le projet de deux glaces aux abords de l’école secondaire Hormisdas-Gamelin que caresse Martin Lajeunesse reste pour le moment un « souhait » et rien n’a encore été décidé, clame l’échevin du secteur Buckingham.

Invité par Le Droit à réagir à la sortie publique faite la veille par le vice-président de la Commission scolaire au Coeur-des-Vallées, Sylvain Tremblay, M. Lajeunesse s’est défendu jeudi d’avoir moussé publiquement un projet de futur aréna à proximité de bâtiment d’Hormisdas-Gamelin.

Petite-Nation

Notre-Dame-de-la-Salette doit se trouver un autre DG

La municipalité de Notre-Dame-de-la-Salette, dans la MRC des Collines-de-l’Outaouais, vient de perdre un troisième directeur général en six mois.

Frédérick Lee, qui tenait les rênes de la petite localité de quelque 750 âmes depuis le 17 septembre, a quitté son poste de directeur général par intérim à la fin de la semaine dernière après avoir accepté un emploi à la municipalité de Baie-Trinité, dans la région de la Côte-Nord.

M. Lee avait été embauché pour diriger Notre-Dame-de-la-Salette en vertu d’un contrat d’une durée prévue de six mois, après le départ de René Tousignant qui avait lui-même succédé en juin à la directrice générale Mylène Groulx, laquelle avait quitté dans la tourmente un mois plus tôt, justifiant son départ par les sautes d’humeur répétées et le caractère bouillant du maire Denis Légaré. 

« Je quitte parce que je suis tannée de la chicane avec monsieur le maire. C’est la raison de mon départ », avait confié Mme Groulx au Droit, en mai dernier.

Depuis la démission de cette dernière, Notre-Dame-de-la-Salette avait fait appel à la Fédération québécoise des municipalités afin de lui dénicher un directeur général spécialisé en développement économique.

Afin de pallier à court terme au départ de M. Lee, un employé sera embauché à raison d’une journée par semaine afin de soutenir l’administration salettoise au niveau de la reddition de comptes, a indiqué lundi le maire Légaré, affirmant au passage que la démission de M. Lee n’avait aucun lien avec les tensions qui persistent à l’hôtel de ville de Notre-Dame-de-la-Salette depuis l’élection du conseil actuel en novembre 2017.

« Il a eu une opportunité d’emploi ailleurs où on lui offrait de nouveaux défis et il a accepté. M. Lee a fait un excellent travail pour nous pendant deux mois, entre autres pour départager les tâches de travail et pour améliorer l’organisation du travail », a mentionné M. Légaré.

Les élus de la municipalité devraient maintenant embaucher un nouveau gestionnaire d’ici les 30 prochains jours, selon M. Légaré qui précise que la situation actuelle n’engendrera pas de problématique même si le budget de la municipalité doit être adopté le mois prochain.