Abonnez-vous à nos infolettres. Obtenez en plus et assurez-vous de ne rien manquer directement dans votre boîte courriel.
Fin de semaine achalandée au parc national de Plaisance

Petite-Nation

Fin de semaine achalandée au parc national de Plaisance

Le premier week-end de «réouverture partielle et progressive» du parc national de Plaisance, dans la Petite-Nation, a suscité l’engouement des amateurs de plein air qui se sont déplacés par centaines sur le vaste site naturel géré par la Société des établissements de plein air du Québec.

La directrice du parc national de Plaisance, Isabelle Croteau, s’est dite peu étonnée de la réponse du public pour cette première fin de semaine de réouverture des installations, même s’il n’y avait que les sentiers d’accessibles. Mesures sanitaires obligent, aucun bâtiment de services sur les lieux, ce qui inclut les salles de toilette, n’est ouvert aux visiteurs, rappelons-le.

Résidence Le Monarque: pas de construction à Plaisance cette année

Petite-Nation

Résidence Le Monarque: pas de construction à Plaisance cette année

Sans surprise, la construction de la Résidence Le Monarque, qui devait s’amorcer ce printemps à Plaisance, se retrouve sur la glace à cause de la pandémie de COVID-19. Le conseil d’administration de la maison de soins palliatifs opérant depuis août 2014 dans l’ancien couvent de Montebello a dû se résigner à mettre son projet sur pause en raison de l’incertitude entourant le financement du futur chantier.

En décembre dernier, les administrateurs du Monarque, dans la Petite-Nation, avaient lancé une campagne de financement dans le but de récolter 3,5 millions de dollars pour construire une résidence flambant neuve sur le chemin de la Presqu’île, à Plaisance. Le terrain destiné à accueillir la maison de soins palliatifs est acheté depuis 2012. En conférence de presse, le conseil d’administration de l’organisme avait du même coup annoncé avoir recueilli 1,8 million en don, une somme qui devait lui permettre de débuter les travaux de construction de l’édifice dès le printemps 2020.

Projet commercial de 10 M$ à L’Ange-Gardien

Petite-Nation

Projet commercial de 10 M$ à L’Ange-Gardien

Le visage de la municipalité de L’Ange-Gardien changera considérablement au cours des prochaines années, alors qu’un projet commercial d’envergure chiffré à 10 millions de dollars d’investissements verra le jour à la sortie de l’autoroute 50, à l’intersection des routes 309 et 315, dès le printemps 2021.

Trois hommes d’affaires de la région, Jean-François Guilbault, Claude Montreuil et Alexandre Longpré, ont annoncé jeudi le lancement de leur projet Les Portes de l’Est. Le trio d’associés a fait l’acquisition, il y a quelques semaines, du terrain situé au sud-est du carrefour giratoire des routes 309 et 315. Les premiers travaux de déboisement du site ont débuté dans les derniers jours.

Le vaste emplacement de sept acres, qui se trouve à un jet de pierre de la sortie chemin Doherty de l’autoroute 50, tout juste après avoir franchi le secteur de Buckingham, à Gatineau, offrira plus de 35 000 pieds carrés de bâtiments commerciaux. Les investisseurs confirment avoir déjà amorcé des pourparlers avec différentes bannières. 

Déjà, une station d’essence avec un dépanneur et un «restaurant de style café-beigne» seront parmi les premiers commerces à voir le jour sur la propriété qui servira notamment de halte routière. Ces services ouvriront dès l’an prochain, confirme Jean-François Guilbault qui précise que le besoin est là pour ce type de développement dans cette portion de L’Ange-Gardien. La construction des premiers bâtiments doit commencer au printemps 2021, assure ce dernier.

Montebello perd sa succursale de la Banque nationale du Canada

Petite-Nation

Montebello perd sa succursale de la Banque nationale du Canada

Fermée temporairement depuis le début avril en raison de la pandémie de COVID-19, la succursale de la Banque nationale du Canada située à Montebello fusionnera avec celle de Papineauville d’ici le 23 octobre.

Ce projet de fusion était dans les cartons bien avant la crise du coronavirus, confirme le porte-parole de la Banque nationale du Canada, Jean-François Cadieux. Pour l’instant, impossible de savoir si les usagers de Montebello pourront retourner faire leurs transactions au comptoir de la rue Notre-Dame avant le déménagement de la bannière vers le village voisin.

Un plan d’affaires pour le Parc régional de la forêt de Bowman

Petite-Nation

Un plan d’affaires pour le Parc régional de la forêt de Bowman

La MRC de Papineau financera la moitié des frais reliés à l’élaboration du plan d’affaires du Parc régional de la forêt de Bowman, ce projet visant le développement d’activités de plein air sur un site d’environ 700 hectares localisé sur des terres publiques intramunicipales situées dans la municipalité de Bowman, dans le secteur de la rivière du Lièvre.

Les maires de la MRC de Papineau ont donné le feu vert, mercredi soir, à une dépense de 6000$ pour la confection d’un plan d’affaires qui accompagnera le plan d’aménagement et de gestion du Parc régional de la forêt de Bowman et qui servira de complément aux projections financières du projet.

La plateforme agricole de l'Ange-Gardien «plus actuelle que jamais»

Alimentation

La plateforme agricole de l'Ange-Gardien «plus actuelle que jamais»

La pandémie de COVID-19 qui frappe la planète tout entière et le Québec depuis les derniers mois donne encore plus de pertinence à la mission de la Plateforme agricole de L’Ange-Gardien qui lance cette année sa 11e saison, estime son coordonnateur, Rudi Markgraf.

« Notre projet de la Plateforme agricole demeure plus actuel que jamais surtout que ça permet à la relève non apparentée qui n’a pas accès à la terre de s’installer et de démarrer à faible coût rapidement. Il y a un engouement actuel pour les produits locaux. On reconnaît un engouement pour la production depuis la crise. On voit une plus grande demande. Les fermes, en tout cas les petites fermes, reçoivent plus de demandes de la part des consommateurs », affirme sans détour M. Markgraf, qui en est à sa sixième année comme coordonnateur de l’incubateur, situé sur le chemin River à L’Ange-Gardien.

Le Marché public «nouveau genre» de Ripon est prêt à ouvrir

Petite-Nation

Le Marché public «nouveau genre» de Ripon est prêt à ouvrir

La pandémie de COVID-19 n’empêchera pas la tenue de la 10e saison du Marché public de Ripon, alors que la Coopérative Place du Marché de la Petite-Nation lancera ses activités le 23 mai avec comme toile de fond une série de mesures sanitaires qui permettra aux habitués du site de venir faire leurs achats de produits locaux en toute sécurité, promettent les administrateurs de l’endroit.

«Le pari qu’on prend à la coopérative, c’est qu’on sera encore plus en sécurité que dans n’importe quel lieu où on peut faire notre épicerie généralement», affirme le coordonnateur de la Coopérative Place du Marché de la Petite-Nation, Vincent Ouellette-Destroismaisons.

Douze producteurs ont répondu à l’appel pour cette saison plutôt hors du commun qui s’annonce. Ils étaient censés être 15 pour cette mouture 2020, mais trois d’entre eux ont dû décliner leur participation pour diverses raisons. Le Marché public «nouveau genre» de Ripon sera donc accessible tous les samedis, de 9h à 14h, jusqu’en octobre.

Dans le contexte de la crise actuelle, les clients devront faire la file, en respectant la distanciation sociale de deux mètres entre chaque personne, avant de se rendre à l’état du producteur de leur choix. Un panneau de protection en plexiglas servira d’écran entre le consommateur et son agriculteur. Des stations de désinfectant seront installées devant chaque étal. Le client devra choisir ce qu’il souhaite acheter et ensuite donner sa commande à son producteur qui lui confectionnera son panier.

«Ce sera plus sécuritaire que dans une épicerie pour la simple et bonne raison que les marchands seront à l’intérieur, mais les gens vont demeurer à l’extérieur. On sait que ce qui est le plus dangereux, au niveau de la contamination, c’est quand on se retrouve dans les mêmes espaces, c’est de toucher aux mêmes choses. Toucher à trois ou quatre tomates avant d’acheter, ce ne sera pas possible cette année au marché», explique M. Ouellette-Destroismaisons.

Le comité de parents de la CSCV dénonce la réouverture des écoles

Petite-Nation

Le comité de parents de la CSCV dénonce la réouverture des écoles

La réouverture des écoles primaires par le gouvernement du Québec est loin de faire l’unanimité parmi les parents des élèves fréquentant les établissements de la Commission scolaire au Coeur-des-Vallées (CSCV).

Le comité de parents de la CSCV, qui est composé d’un représentant-parent de chacune des 19 écoles du territoire, a publié mardi un communiqué de presse dans lequel il dénonce la décision du gouvernement Legault d’avoir procédé lundi à la réouverture des établissements primaires dans la Belle Province. Le groupe de travail demande au ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, de «reconsidérer la pertinence de sa décision d’ouvrir les écoles de façon si hâtive».

«Le comité de parents juge cette décision gouvernementale incohérente. En effet, comment concilier l’idée de rassembler 15 enfants et un enseignant, dans un même local, alors qu’en parallèle, ce même gouvernement interdit tout rassemblement», peut-on lire dans le communiqué de presse.

Joint par Le Droit, le président du comité de parents de la CSCV, Daniel Cooke, a indiqué qu’à peine 39% des élèves du primaire du territoire sont de retour sur les bancs d’école depuis lundi. La forte majorité des parents des élèves du primaire de la CSCV sont en désaccord avec la réouverture des écoles, selon M. Cooke.

Pas d’argent du fédéral pour les camps de jour dans Argenteuil-La Petite-Nation

Petite-Nation

Pas d’argent du fédéral pour les camps de jour dans Argenteuil-La Petite-Nation

Les camps de jours municipaux de la MRC de Papineau ne pourront pas compter sur l’aide financière d’Ottawa cet été, alors que le député fédéral d’Argenteuil-La Petite-Nation, Stéphane Lauzon, a décidé de transférer le budget généralement alloué aux emplois d’été en camps de jours de son comté vers des initiatives communautaires, a appris Le Droit.

À l’instar des autres députés fédéraux, M. Lauzon dispose chaque année d’un budget lui permettant de subventionner des emplois d’été dans sa circonscription. L’initiative s’inscrit dans le cadre du programme Emplois d’été Canada. Dans le cas de M. Lauzon, le montant qu’il peut distribuer se chiffre à environ 680 000$. La somme attribuée est basée sur des critères précis, notamment en fonction du bassin démographique des comtés, par exemple.

Pas d’insecticide Bti à Montebello cet été

Petite-Nation

Pas d’insecticide Bti à Montebello cet été

Montebello n’ira pas de l’avant avec l’épandage de l’insecticide Bti sur son territoire en 2020, a tranché à la majorité le conseil municipal lors d’une réunion extraordinaire tenue jeudi dernier en visioconférence.

À quatre contre deux, les échevins du pôle touristique de la MRC de Papineau ont refusé d’accorder un contrat de 3500$, taxes exclues, à G.D.G. Environnement, afin qu’elle procède à l’épandage de Bacillus thuringiensis israelensis (Bti) dans le but de contrôler les populations de moustiques cet été à Montebello.

Ce larvicide largement utilisé depuis 40 ans au Canada commence à susciter des inquiétudes sur ses possibles impacts sur les écosystèmes. À Montebello, l’entreprise G.D.G. Environnement se charge depuis une dizaine d’années de l’épandage de l’insecticide dans la localité. Initialement, un contrat de cinq ans avait été signé entre la Municipalité et l’entreprise, mais depuis les cinq dernières années, le mandat était renouvelé à la pièce annuellement.

G.D.G. Environnement concentrait essentiellement ses opérations d’épandage dans la montagne, à un jet de pierre du golf du Château Montebello, sur le bord de la voie ferrée de la municipalité, où il y a de l’eau, ainsi qu’à proximité du petit ruisseau longeant une partie de la voie ferrée, à l’est du village. 

Croquer les confinés de Duhamel

Petite-Nation

Croquer les confinés de Duhamel

S’inspirant de ce qui se fait ailleurs au Canada, notamment en Gaspésie, une citoyenne de Duhamel, dans la Petite-Nation, a décidé d’immortaliser la période historique de confinement que nous vivons depuis déjà plus d’un mois en photographiant, avec son appareil photo doté d’un zoom puissant, les villageois de la municipalité.

Depuis vendredi dernier, Elsa Dussault sillonne la localité de Duhamel en quête de sourires en ces temps d’incertitude. Dans le contexte où les gens sont confinés à leur domicile et que les sorties demeurent limitées, cette dernière circule à Duhamel pour croquer les citoyens dans leur plus bel habit, du haut de leur balcon ou près de leur porte de résidence.

Le Festival western de Saint-André-Avellin devra célébrer son 20e anniversaire un an plus tard que prévu

Petite-Nation

Le Festival western de Saint-André-Avellin devra célébrer son 20e anniversaire un an plus tard que prévu

Les organisateurs assurent que le Festival western de Saint-André-Avellin sera de retour en force l’an prochain, malgré l’annulation de la 20e édition qui devait se tenir du 16 au 26 juillet prochain.

Le président du comité organisateur du Festival western de Saint-André-Avellin, Sylvain Maheux, se dit déçu de la tournure de la situation. 

La conférence de presse visant à dévoiler la programmation 2020 du festival devait avoir lieu mercredi. Cependant, il était devenu de plus en plus évident au cours des dernières semaines que l’événement culturel phare de la Petite-Nation allait devoir être annulé cet été. 

Quelques minutes après que Québec ait annoncé l’annulation de tous les festivals et événements publics estivaux en raison de la pandémie de la COVID-19, vendredi dernier, un message a été mis en ligne sur le site Web du Festival western de Saint-André-Avellin pour informer le public que le 20e anniversaire de l’événement n’aurait finalement lieu qu’en 2021.

«Nous le savions depuis un bon moment que ça s’en venait. On avait préparé notre communiqué. Nous attendions uniquement l’annonce du gouvernement», indique M. Maheux.

Le festival, qui attire chaque année des dizaines de milliers de visiteurs à Saint-André-Avellin et dans les villages avoisinants, engrange 60% de ses revenus grâce à la vente de bracelets-passeports, alors qu’un autre 20% des recettes de fonctionnement est assuré par les commandites. L’autre tranche restante de revenus de l’événement provient de sources diverses.

L’organisation a déposé à la fin novembre 2019 une demande d’aide aux festivals et événements touristiques auprès du ministère du Tourisme du Québec, dans le but d’obtenir 120 000$ par année pour trois ans. Le festival recevait depuis trois ans une subvention du provincial de 42 000$.

«Comme c’était la 20e édition, on amenait beaucoup de neuf au festival. On passait d’un budget d’environ 600 000$ à un budget de plus d’un million de dollars», précise M. Maheux.

Le comité organisateur attend encore une réponse du Québec à savoir si sa requête a été acceptée. Si c’est le cas, 80% de la valeur de la demande lui sera octroyée malgré l’annulation.

«Le ministère avait pris la décision de geler 80% de la somme qui est habituellement attribuée avant le festival. Que le festival ait lieu ou non, ce montant nous serait donné sans restriction. Dans notre cas, ça sécuriserait tout, si notre demande est acceptée», explique M. Maheux.

Une édition garantie pour 2021

Quoi qu’il en soit, ce dernier assure que l’événement aura lieu du 15 au 25 juillet 2021 afin de célébrer une année plus tard que prévu le 20e anniversaire du festival. 

Un plan B pour tenir la programmation en octobre avait été étudié par les organisateurs. Les compétitions de rodéos avaient même été fixées, mais cette option a finalement été reléguée aux oubliettes en raison de l’incertitude entourant la pandémie et les prochains mois.

«Le fonds de roulement que nous avons nous permet de passer à travers de cette situation. On a plus de 100 000$ en ententes qui ont déjà été donnés. Ce que nous essayons de faire, pour être solidaires avec nos gens, c’est de faire du copier-coller entre 2020 et 2021 dans la mesure du possible. Pour le moment, la grande majorité des artistes qui étaient programmés cet été vont revenir l’an prochain.»

Les détenteurs de bracelets pour la mouture 2020 seront entièrement remboursés, a assuré M. Maheux.

Inondations: rien d’inquiétant à Saint-André-Avellin, malgré la rivière Petite-Nation qui est sortie de son lit

Petite-Nation

Inondations: rien d’inquiétant à Saint-André-Avellin, malgré la rivière Petite-Nation qui est sortie de son lit

Malgré le fait que la rivière Petite-Nation est sortie de son lit ces derniers jours à Saint-André-Avellin, rien ne laisse présager que la municipalité revivra les épisodes d’inondations de 2019 et 2017, a tenu à rassurer le maire, Jean-René Carrière, mardi.

Les pluies diluviennes de lundi ont fait déborder la rivière Petite-Nation, si bien que la rue du Ruisseau a dû être fermée à la circulation. L’intersection des rues Calvé et Lanthier, située à la hauteur du quai public, a été fermée aux automobilistes durant le week-end.

Des proches de résidents du CHSLD de la Petite-Nation applaudissent la réaction rapide du CISSSO

COVID-19

Des proches de résidents du CHSLD de la Petite-Nation applaudissent la réaction rapide du CISSSO

L’intervention rapide du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO) afin de limiter le foyer d’éclosion de la COVID-19 au Centre d’hébergement et de soins de longue durée de la Petite-Nation, à Saint-André-Avellin, est appréciée des proches des quelque 96 résidents des lieux qui demeurent malgré tout inquiets pour les jours à venir.

Johanne Lamarre, dont la mère Yolande âgée de 82 ans est atteinte de Parkinson, affirme avoir été informée de la situation dès que les deux premiers cas ont été confirmés, vendredi dernier.

Sept usagers et deux employés atteints de la COVID-19 au CHSLD de la Petite-Nation

Petite-Nation

Sept usagers et deux employés atteints de la COVID-19 au CHSLD de la Petite-Nation

Au total, sept usagers et deux membres du personnel du Centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) de la Petite-Nation, à Saint-André-Avellin, ont finalement été testés positifs à la COVID-19 dans les derniers jours.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSSO) avait annoncé vendredi dernier son intention de réaliser des tests de dépistage sur l’ensemble des usagers et des employés de l’établissement après que deux résidents aient été déclarés positifs au virus.

Caisse Desjardins: la fermeture de comptoirs de services provoque des irritants

Petite-Nation

Caisse Desjardins: la fermeture de comptoirs de services provoque des irritants

La fermeture depuis le 18 mars dernier de la majorité des comptoirs de services Desjardins, en raison de la pandémie de la COVID-19, cause des ennuis aux aînés non détenteurs de cartes de guichet qui habitent en milieu rural et qui doivent maintenant se déplacer en ville pour effectuer leurs transactions bancaires.

Des membres de la Caisse Desjardins du Coeur-des-vallées, dans la Basse-Lièvre, déplorent que la succursale de Val-des-Bois, qui comprend un comptoir et un guichet automatique, soit fermée depuis le début de la crise sanitaire. Les usagers de la coopérative sont désormais invités à se déplacer au centre de services situé sur la rue Maclaren Est, dans le secteur Buckingham, à Gatineau.

Le maire de Papineauville versera une partie de son salaire d’élu à la Banque alimentaire de la Petite-Nation

Actualités

Le maire de Papineauville versera une partie de son salaire d’élu à la Banque alimentaire de la Petite-Nation

Le maire de Papineauville, Christian Beauchamp, versera à la Banque alimentaire de la Petite-Nation le salaire qui lui est octroyé à titre d’élu siégeant à la table du conseil de la MRC de Papineau pour les mois d’avril, mai et juin.

M. Beauchamp en a fait l’annonce tard dimanche soir, sur sa page Facebook. Celui qui est aussi chef aux opérations à la Coopérative des paramédics de l’Outaouais offrira l’équivalent d’environ 2000$ à l’organisme qui dessert l’ensemble du territoire de la Petite-Nation.

Les policiers de la SQ doivent être plus sévères, affirme Benoît Lauzon

COVID-19

Les policiers de la SQ doivent être plus sévères, affirme Benoît Lauzon

Le maire de Thurso et préfet de la MRC de Papineau, Benoît Lauzon, demande à la Sûreté du Québec de serrer la vis aux citoyens de son territoire qui ne respectent pas les mesures gouvernementales visant à lutter contre la pandémie de la COVID-19.

M. Lauzon affirme qu’au moins deux rassemblements d’importance ont été tenus à deux adresses, à Thurso, samedi. Malgré une visite des policiers en journée, les personnes en cause, de jeunes adultes, se sont réunies de nouveau en soirée, selon le maire qui dit avoir également été témoin, pendant le week-end, de matches de hockey dans la rue entre enfants de différentes familles.

Élan de générosité à l’endroit de la Banque alimentaire de la Petite-Nation

Covid-19

Élan de générosité à l’endroit de la Banque alimentaire de la Petite-Nation

La direction du Château Montebello, dont les portes sont fermées depuis dimanche en raison de la pandémie de la COVID-19, a décidé d’offrir la nourriture périssable qu’elle avait en stock à la Banque alimentaire de la Petite-Nation (BAPN). Un don qui a permis à l’organisme de renflouer ses coffres de denrées alors que la demande pour les dépannages alimentaires, sur le territoire, a considérablement augmenté depuis quelques jours.

«Avec ce qu’ils nous ont donné, on a des denrées pour préparer plein de paniers pour environ deux semaines. C’est beaucoup. Des poches de patates, des poches de carottes, des oranges, des pamplemousses, des carottes, des caisses de melons d’eau et de cantaloups. Ça nous permet d’offrir de très bons dépannages», affirme la directrice générale de la BAPN, Julie Mercier.

Les villégiateurs ontariens invités à rester chez eux

Petite-Nation

Les villégiateurs ontariens invités à rester chez eux

À l’instar des maires de Gatineau et Ottawa, des préfets des MRC de l’Outaouais réclament également des citoyens des deux côtés de la rive qu’ils évitent le va-et-vient inutile entre les frontières, même si c’est pour se rendre à leur chalet ou leur résidence secondaire.

La préfète de la MRC de la Vallée-de-la-Gatineau, Chantal Lamarche, croit qu’une demande officielle pour fermer «partiellement» la frontière Ontario-Québec aurait dû être logée il y a de ça plusieurs jours.

La MRC de Papineau offre de l’aide pour les entreprises de son territoire

COVID-19

La MRC de Papineau offre de l’aide pour les entreprises de son territoire

La Municipalité régionale de comté de Papineau a annoncé vendredi qu’elle mettait son Service de développement économique à la disposition des entreprises du territoire qui subissent les contrecoups de la pandémie de la COVID-19.

En collaboration avec la Chambre de commerce Vallée de la Petite-Nation (CCVPN) et Services Québec, la MRC de Papineau invite les entreprises de son territoire qui éprouvent des difficultés, qui ont besoin d’accompagnement ou qui ont besoin d’informations sur les mesures gouvernementales et les différents programmes d’aide existants à communiquer avec le Service de développement économique de la MRC en composant le 819-427-6243 (poste 1328) ou en écrivant à m.carriere@mrc-papineau.com.

Un conseiller municipal se transforme en livreur d’épicerie

Petite-Nation

Un conseiller municipal se transforme en livreur d’épicerie

Un conseiller municipal de Ripon, dans la Petite-Nation, offre de faire l’épicerie des personnes âgées de son district si elles le souhaitent, alors que les mesures de confinement afin d’éviter la propagation de la COVID-19 se resserrent au Québec.

L’échevin du district 5, Benoît Huberdeau, a lancé une invitation en ligne à toutes personnes âgées de 70 ans et plus de son quartier de faire appel à ses services si elles n’ont pas de famille à proximité pour les épauler ou si elles n’ont pas de véhicules.

COVID-19: Thurso et Papineauville ferment leurs installations

COVID-19

COVID-19: Thurso et Papineauville ferment leurs installations

Les Villes de Thurso et Papineauville ont annoncé vendredi la fermeture de leurs infrastructures publiques.

D’abord, à Thurso, le centre communautaire de la rue Bourget, de même que la bibliothèque municipale et l’aréna Guy-Lafleur sont désormais fermés jusqu’à nouvel ordre. 

Toutes les activités qui devaient se dérouler dans ces établissements sont annulées, y compris les activités régulières des organismes communautaires. 

«Ces actions sont des mesures préventives pour le coronavirus et sont en vigueur jusqu’à avis contraire», a fait savoir la Ville de Thurso, dans une communication écrite publiée sur Facebook et en ligne sur son site Internet. 

Du côté de Papineauville, la piscine, le centre communautaire, le gymnase LJP, l’édifice Jeanne-d’Arc, la bibliothèque, l’ancienne mairie et les bureaux administratifs sont maintenant fermés, a fait savoir la municipalité, par voie d’un communiqué de presse. 

Le service téléphonique de la municipalité est pour sa part maintenu.

Infrastructures municipales: Namur et Lochaber-Canton obtiennent l’aide de Québec

Petite-nation

Infrastructures municipales: Namur et Lochaber-Canton obtiennent l’aide de Québec

Les municipalités de Namur et Lochaber-Canton, dans la MRC de Papineau, ont pu compter sur un important coup de pouce de Québec pour la réalisation de deux projets d’infrastructures d’envergure.

Au nom de la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, le ministre responsable de l’Outaouais et député de Papineau, Mathieu Lacombe, a annoncé vendredi une aide financière totalisant plus de 856 000 $ destinée à ces deux localités.

Usage de Champboisé: l’Ange-Gardien détermine les règles

Petite-nation

Usage de Champboisé: l’Ange-Gardien détermine les règles

En attendant d’observer les premiers résultats concrets qui découleront de son plan directeur adopté en 2018 visant à faire de Champboisé une future destination récréotouristique et culturelle de choix en Outaouais, la Municipalité de L’Ange-Gardien vient de se doter d’une politique d’utilisation du vaste site localisé à un jet de pierre de Buckingham, entre la route 309 et la rivière du Lièvre.

La politique entérinée plus tôt cette semaine par les élus prévoit les modalités d’utilisation de la propriété de 165 acres acquise par la Municipalité au coût d’un million de dollars auprès des Œuvres eudistes.

Le document vise notamment à « rendre l’ancien site de Champboisé accessible à certaines activités organisées par des tiers sans restreindre l’accès au site par les citoyens de la Municipalité », peut-on y lire.

Selon des conditions strictes, « certains groupes organisés » peuvent faire la location des lieux qui abritent 15 maisonnettes et deux studios qui servaient autrefois pour des retraites fermées. 

Le maire de L’Ange-Gardien, Marc Louis-Seize, souligne que l’objectif avec cette politique est simplement d’assurer un « bon voisinage » entre la population et les organismes et groupes qui loueront désormais l’endroit. « On veut être clair sur le fait que des organismes peuvent louer les maisonnettes, mais le site appartient aux citoyens de L’Ange-Gardien. Les citoyens ont le droit d’aller marcher et de profiter de la place », affirme M. Louis-Seize.

Plusieurs plans d’aménagement sont sur la table à dessin afin de développer la propriété de Champboisé dont l’acquisition a été officialisée le 31 octobre 2019. L’Ange-Gardien projette d’aménager sur place un réseau de sentiers lumineux en forêt, un jardin botanique, une aire de restauration et possiblement une scène extérieure aux abords de la rivière du Lièvre. Plus de détails seront dévoilés au fil des prochains mois, mentionne le maire Louis-Seize. 

Par ailleurs, un concours visant à renommer l’emplacement vient d’être lancé par la Municipalité. C’est que les Œuvres eudistes ont demandé à conserver les droits sur le nom Champboisé, lors de la transaction, l’automne dernier. Les Angelois ont jusqu’au 30 mars pour soumettre leurs propositions, en ligne. « La Municipalité souhaite que la population fasse preuve d’originalité dans ses suggestions de noms pour ce site enchanteur », peut-on lire sur la page Web de L’Ange-Gardien où le formulaire du concours est disponible.

Une sortie éducative qui dérange à l'école Louis-Joseph-Papineau

Petite-nation

Une sortie éducative qui dérange à l'école Louis-Joseph-Papineau

La pertinence d’une sortie pédagogique pour les élèves de première secondaire inscrits au Programme d’éducation internationale (PÉI) à l’école Louis-Joseph-Papineau (LJP), à Papineauville, est remise en question après qu’un volet à saveur « partisane » aurait été intégré à l’activité à la toute dernière minute.

Deux groupes d’élèves du PÉI de l’école LJP se sont rendus, le 14 février, au Centre des sciences de Montréal. Moyennant un tarif de 28 $ par enfant, l’escapade vers la métropole, présentée comme une « sortie éducative » selon une lettre envoyée le 14 janvier aux parents par la direction de l’école et dont Le Droit a obtenu copie, prévoyait que les participants allaient visiter la nouvelle exposition permanente Explore. Les élèves devaient également prendre part à une activité scientifique encadrée et assister au visionnement d’un film IMAX, durant la journée.

La haute vitesse s’améliore dans Papineau

Petite-Nation

La haute vitesse s’améliore dans Papineau

Le réseau Internet s’améliore dans la Petite-Nation.

Le fournisseur Internet Papineau, qui a pour mission d’offrir un accès à Internet à haut débit à faible coût aux citoyens et entreprises de son territoire, confirme avoir amélioré son réseau depuis janvier, principalement pour les secteurs de Lochaber-Ouest, Boileau, Notre-Dame-de-la-Paix et Ripon.

Papineauville se dote d’une planification stratégique  

Petite-Nation

Papineauville se dote d’une planification stratégique  

Renforcer son statut de pôle régional de services et d’emplois, instaurer des « pratiques de gestion plus efficientes » et déployer des mesures pour faire de la municipalité « un milieu de vie sain, sécuritaire, dynamique et durable ». Voilà les trois grandes orientations qui guideront Papineauville au cours des prochaines années.

La municipalité de quelque 2150 habitants, troisième en importance au niveau démographique dans la MRC de Papineau, vient de dévoiler sa Planification stratégique 2019-2024 dont le contenu a été élaboré conjointement avec la Société d’aide au développement de la collectivité (SADC) Papineau-Collines. Le document de planification est le résultat de deux années de coups de sonde auprès de la population, de travailleurs, de gens d’affaires et de représentants des milieux communautaires de Papineauville.

« On a beaucoup de défis et on souhaitait bien planifier nos choses et avoir une vision à long terme. Tout ce qui se trouve dans cette Planification, ça vient de nos consultations avec la population et nos commerçants. Même s’il ne reste que deux ans au mandat du conseil actuel, ce sera un bon document de travail pour l’avenir », indique le maire de Papineauville, Christian Beauchamp, à propos de la démarche, une première dans l’histoire moderne de la Municipalité.

Pour « renforcer le positionnement stratégique de Papineauville comme pôle régional de services et d’emplois », le document propose notamment le développement d’une stratégie d’attractivité qui devra inclure « un plan de promotion des attraits et activités, pour les nouveaux résidents et les commerces ».

Début des interventions  

Au niveau de l’attractivité, des actions ont déjà été posées par le conseil municipal, souligne M. Beauchamp. 

« On a investi 75 000 $ dans la technique de l’auditorium de l’école Louis-Joseph-Papineau pour en faire un pôle culturel et un plateau de diffusion modernisé. On travaille sur un projet de développement résidentiel de 250 à 300 portes qui est en marche sur les terrains de l’ancienne usine de feux d’artifice, à l’entrée de la municipalité, sur la route 321. Au niveau des infrastructures, on a déjà déposé une demande d’aide financière pour un projet de parc municipal d’envergure avec jeux d’eau et patinoire extérieure. Ce sont tous des dossiers prioritaires qu’on veut mener à court terme », affirme M. Beauchamp.

Une demande de financement pour l’agrandissement pour l’école primaire St-Pie-X, qui a été déposée à l’automne 2019 par l’ancienne Commission scolaire au Coeur-des-Vallées, se trouve également sur le bureau du ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, ajoute le premier magistrat. En plus d’être saturé en matière d’espaces disponibles, cette école est dans la plus piètre condition du territoire de la commission scolaire en termes d’indice de vétusté, selon les données du ministère de l’Éducation.

Quant au volet des pratiques de gestion plus efficientes, la Planification stratégique 2019-2024 fait état que Papineauville devra « définir et mettre en œuvre des mesures de fidélisation du personnel afin d’assurer la stabilité de l’équipe municipale ».

Le conseil a donné le feu vert, lors de l’assemblée de février, à l’embauche d’une firme pour revoir la structure de la Municipalité en lien avec les ressources humaines, souligne à cet égard le maire Beauchamp.

En ce qui concerne l’orientation portant sur les mesures visant à rendre Papineauville comme « un milieu de vie sain, sécuritaire, dynamique et durable », la planification prévoit qu’une revitalisation du noyau villageois et des infrastructures municipales devra être effectuée. La Municipalité devra prioritairement « valoriser ses berges et profiter de l’avantage stratégique que lui confère la bande riveraine », peut-on lire dans le document.

Un plan d’action annuel relié à cette planification stratégique sera bientôt présenté par l’administration, confirme M. Beauchamp.

Organismes de bassins versants: une enveloppe de 351 000$ pour développer un plan d’action

Environnement

Organismes de bassins versants: une enveloppe de 351 000$ pour développer un plan d’action

Sept organismes de bassins versants (OBV) se partageront une somme de 351 304 $ sur trois ans afin de développer un plan régional de gestion intégrée de l’eau sur la portion québécoise de la rivière des Outaouais.

Le ministre responsable de l’Outaouais et député de Papineau, Mathieu Lacombe, en a fait l’annonce vendredi matin, à Montebello, au nom du ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Benoit Charette.