Yvonne Dubé faisait face au défi de trouver de nouvelles sources de financement pour les Grands Frères et Grandes Sœurs de l’Outaouais lorsqu’elle est arrivée dans la région.

Yvonne Dubé: un impact auprès de centaines de jeunes

Chaque semaine, Le Droit, rencontre une personne afin de souligner une réalisation exceptionnelle ou une contribution significative à la vie ou au rayonnement de la région. Vous connaissez une personne qui mérite d'être notre tête d'affiche, communiquez avec nous. Écrivez-nous à nouvelles@ledroit.com.

Depuis son arrivée à la tête des Grands Frères et Grandes Sœurs de l’Outaouais, la directrice générale Yvonne Dubé a réussi à redonner un nouveau souffle à l’organisme communautaire, non seulement en l’assurant de revenus plus substantiels, mais en développant rapidement de nouveaux services disponibles à des centaines d’enfants de la région.

Cet engagement a permis à l’organisme d’être l’un des quatre finalistes, parmi plus de 113 candidatures reçues, au Prix d’excellence du réseau de la santé et des services sociaux 2018 dans le domaine Impact sur la communauté. Les prix d’excellence et les mentions d’honneur sont décernés pour reconnaître la pertinence des actions visant le bien-être, les interventions, les améliorations des conditions de vie au bénéfice de la population. La diversité, l’ampleur et la vitesse à laquelle les programmes se sont multipliés sont les éléments mis de l’avant dans la candidature de l’organisme de l’Outaouais. Les gagnants seront annoncés le 31 mai prochain lors d’une cérémonie à Québec.

Après avoir travaillé au sein des Grands Frères et Grandes Sœurs à Montréal, Mme Dubé est venue en Outaouais avec l’objectif de trouver de nouvelles sources de financement pour permettre à l’organisme de répondre aux besoins grandissants de demandes pour des services.

À son arrivée, le programme de mentorat traditionnel permettait à environ 40 enfants d’avoir un grand frère ou une grande sœur, un guide avec qui partager des expériences de vie. Mais avec les changements qu’elle a instaurés depuis 2015, l’organisme a pris un virage majeur grâce aux revenus assurés par le programme de cueillette à domicile et les bacs de recyclage. C’est d’ailleurs ce programme qui a souffert de nombreux épisodes de vols de bacs d’articles usagés, au cours des derniers mois.

Le financement de l’organisme, qui était majoritairement assuré par des subventions, est passé de 200 000 $ à 600 000 $, pour atteindre 800 000 $.


« Dans le système éducatif, certains jeunes ne trouvent pas facilement leur place. Souvent, ils sont des artistes, sont très créatifs ou ont d’autres intérêts. Et nous les aidons à découvrir leurs forces et leurs talents. Nous leur apprenons à se tenir debout  »
Yvonne Dubé

Grâce à ces nouveaux revenus, l’organisme a été en mesure de connaître une croissance exponentielle, alors que la demande pour des services et activités a augmenté de plus de 838 %.

« Cela signifie que le nombre d’enfants à qui nous pouvons offrir des services, avec plusieurs nouveaux programmes, est passé en deux ans de 40 à plus de 560 enfants », explique Mme Dubé. En même temps, l’organisme a fait des embauches et compte désormais une équipe composée de plus de 150 bénévoles et employés.

En plus du programme de mentorat traditionnel, il offre désormais divers programmes de soutien à des clientèles spécifiques. Par exemple, Jeunesse envol aide des jeunes pour lesquels le système éducatif ne colle pas nécessairement à leurs attentes ou besoins.

« Dans le système éducatif, certains jeunes ne trouvent pas facilement leur place. Souvent, ils sont des artistes, sont très créatifs ou ont d’autres intérêts. Et nous les aidons à découvrir leurs forces et leurs talents. Nous leur apprenons à se tenir debout », explique Mme Dubé.

Le programme Entre générations avec les bénévoles aînés, les programmes Go les filles et À vos marques en partenariat avec les écoles, de même que le programme Lire et grandir avec les nouveaux arrivants à l’école permettent aussi différentes approches avec les jeunes.

« Il faut voir le visage des enfants. Ils adorent. Et les parents aussi. Ils nous envoient souvent des courriels pour nous dire que leur enfant a changé, que ce n’est plus la même personne. C’est le plus beau cadeau pour nous », souligne Mme Dubé, très heureuse de voir tout le travail de l’équipe ainsi reconnu.