C’est en lisant une revue scientifique que Karen Andrea Martinez Zarate et Zachary Leduc ont eu l’idée de recycler des résidus de café.

Voir grand avec des résidus de café

Karen Andrea Martinez Zarate et Zachary Leduc, deux étudiants de l’école secondaire du Versant à Gatineau, ont bien raison de voir grand avec leur projet visant à utiliser les restes de café pour faire pousser les champignons, et aider à financer des causes humanitaires.

Ce bel exemple a attiré bien des regards lors de l’Expo-sciences québécoise Hydro-Québec, tenue récemment à Shawinigan.

Grâce à leur projet appelé Culture du futur, les deux étudiants de 5e secondaire, âgés respectivement de 17 et 16 ans, ont remporté une participation à l’Expo-sciences pancanadienne qui aura lieu du 12 au 19 mai à l’université Carleton d’Ottawa. Lors de cet autre grand rassemblement scientifique, ils espèrent faire d’autres rencontres de personnes et experts en mesure de les appuyer avec leur expérience de résidus de café et de champignons.

D’autres étudiants de l’Outaouais se sont aussi fait remarquer lors de l’Expo-sciences Hydro-Québec cette année où neuf projets de la région étaient présentés.

Marie-Frédérique Lockman et Jessica Henderson-Tiroch, deux étudiantes de secondaire 3 du Collège St-Joseph de Hull, ont mérité le Prix Énergie Hydro-Québec avec leur projet « Le compost : c’est hot ! » Camille Bordeleau et Claudie Major, également de 3e secondaire au Collège Saint-Joseph de Hull, ont mérité le Prix de la Fondation de Mycologie du Québec doté d’une bourse de 500 $ pour leur projet « La décontamination, en action ! »

Félix Meunier, étudiant de 5e secondaire de l’école Nicolas-Gatineau s’est vu décerner le Prix de l’IEEE Canadien Foundation –Éloi Ngandui – doté d’une bourse de 750 $.


«  Les résidus de café accélèrent la croissance des champignons.  »
Zachary Leduc

Projets humanitaires
C’est en lisant une revue scientifique que les deux étudiants ont pris connaissance de cette idée d’utiliser les résidus de café pour la culture de champignon lancée par une jeune Zimbabwéenne, Chido Govera, pour sa communauté et qui a été imitée par plusieurs autres projets humanitaires lancés par des Belges et des Français.

Partant de cet exemple, les deux étudiants ont voulu vérifier comment le marc de café, résidu de l’infusion de café, accélère la croissance des champignons, en apportant divers nutriments. Ils ont donc poussé leur recherche en tentant l’expérience dans diverses conditions afin d’arriver aux meilleurs résultats.

« Honnêtement, je ne m’y connaissais pas beaucoup au début. Mais en réalisant notre expérience, nous avons appris énormément de choses. Nous aimerions maintenant pousser notre projet à une plus grande échelle. Par exemple, on pourrait prendre les restes de café des restaurants et les utiliser pour faire pousser les champignons pour différentes causes », a expliqué Karen Andrea.

« Les résidus de café accélèrent la croissance des champignons, qui poussent trois fois plus rapidement. Nous avons rencontré plusieurs experts mycologues qui nous ont fait part de leurs idées pour améliorer davantage le processus de croissance. Nous avons eu des discussions très intéressantes, et nous espérons rencontrer à la finale pancanadienne d’autres personnes qui nous aideront à pousser plus loin notre projet », a souligné Zachary.

Les deux étudiants comptent bien sûr poursuivre ce projet après la fin de leur secondaire. Ils souhaitent développer un protocole qui permettrait de répéter l’expérience facilement. Karen Andrea se dit particulièrement intéressée par le volet social et humanitaire qu’un tel projet présente, alors que Zachary veut développer l’aspect technique de la démarche.