Véronique Lapierre s’implique dans son école secondaire afin d’y rendre la vie étudiante plus intéressante.

Véronique Lapierre: s’impliquer pour faire bouger les choses

S’il y a une réalité que Véronique Lapierre a comprise très tôt dans la vie, c’est qu’il faut s’impliquer pour faire bouger les choses.

Au cours des trois dernières années, Véronique a d’ailleurs été très active dans la réalisation de divers projets au sein de son école, notamment avec le concours Lip Sync Battle et Une minute pour gagner, et plusieurs activités du dîner incluant La Voix, Jokes de papa et autres afin de rendre la vie étudiante plus intéressante, explique-t-elle.

Dès son arrivée à l’école secondaire de l’Érablière de Gatineau, l’étudiante de 16 ans a voulu contribuer à sa manière en participant au conseil des élèves qui venait tout juste d’être créé.

Depuis, elle a accepté diverses responsabilités en siégeant au conseil d’établissement où elle représente les élèves, de même qu’à la commission jeunesse de la ville de Gatineau.

Son implication dans la vie scolaire de son école a été soulignée récemment à l’Université du Québec en Outaouais lors d’une cérémonie où elle a reçu une médaille du lieutenant-gouverneur du Québec.

« J’ai toujours aimé aider les autres. Au primaire, j’étais impliquée avec les brigadiers et l’aide aux devoirs. Lorsque je suis arrivée à l’Érablière, il n’y avait que deux ou trois élèves au sein du conseil des élèves qui venait tout juste d’être créé. Je suis arrivée au bon moment. J’ai décidé de donner mon nom et j’ai pu réaliser que m’impliquer pouvait avoir un impact », explique Véronique, qui complète sa 4e secondaire cette année.

Comme représentante des élèves au conseil d’établissement, elle affirme avoir appris beaucoup.

« Au conseil d’établissement, c’est assez intimidant. Mais j’ai compris mon rôle. Je suis là pour représenter les élèves et je dois faire passer leur point de vue. Les adultes sont contents de voir et d’entendre ce que nous avons à dire. C’est important de le faire. Trop souvent, on entend dire que les jeunes chialent, mais ne font rien. C’est donc important d’être là pour se faire entendre », explique l’étudiante.

Au cours de la dernière année, Véronique a aussi travaillé au Gala Méritas de son école où elle a été coanimatrice, tout en s’occupant des décors. Elle a aussi été impliquée activement dans le projet de simulation des élections municipales dans le cadre du programme Électeurs en herbe.

« J’ai appris beaucoup sur les élections avec ce projet, au niveau du déroulement et des règles. J’ai été surprise de voir qu’il y avait des gens qui tentaient de voter plusieurs fois et que des votes pouvaient être annulés. Je suis certaine que beaucoup d’étudiants comme moi vont vouloir voter dès qu’ils le pourront lors des prochaines élections. »

Véronique a aussi travaillé activement avec différents partenaires comme la police de Gatineau dans le cadre de l’élaboration du programme de prévention Garde ça pour toi.

Pour cette étudiante, ces expériences lui permettent d’apprendre en vue de réaliser son objectif qu’elle a déjà établi depuis un bon moment. Elle souhaite devenir médecin.

Après ses études secondaires à l’Érablière, elle souhaite se diriger vers des études en médecine à l’Université d’Ottawa.

« Je ne suis pas encore là, mais j’ai déjà un objectif depuis longtemps, celui de devenir médecin. Et toute cette expérience des dernières années m’a permis de grandir vers l’atteinte de cet objectif. »