L’organisme Sauvetage bénévole Outaouais – Ottawa Volunteer Search and Rescue a reçu une mention d’honneur dans la catégorie Réponse aux sinistres pour le travail exceptionnel de toute son équipe lors de la tornade qui a frappé la région en 2018.

Tornade de 2018: sauvetage bénévole Outaouais honoré

Chaque semaine, Le Droit rencontre une personne afin de souligner une réalisation exceptionnelle ou une contribution significative à la vie ou au rayonnement de la région. Cette semaine : l’organisme Sauvetage bénévole Outaouais.

Quand une tornade a frappé la région en septembre 2018, l’organisme Sauvetage bénévole Outaouais – Ottawa Volunteer Search and Rescue (SBO-OVSAR) a mis moins de 24 heures pour mobiliser plus d’une centaine de bénévoles, établir un plan d’intervention et intégrer le Centre de coordination des mesures d’urgence.

En plus de continuer de répondre aux demandes d’aide des autorités policières et de collaborer avec les autorités municipales et provinciales, le groupe de bénévoles de SBO-OVSAR a offert plus de 1000 heures de travail en huit jours en réponse aux sinistrés de cette tornade à Gatineau.

Lors du dernier Colloque sur la sécurité civile, tenu à Québec récemment, l’organisme a reçu une mention d’honneur dans la catégorie Réponse aux sinistres pour le travail exceptionnel de toute son équipe lors de la tornade qui a frappé la région en 2018.

« Environ une semaine avant la tornade, nous avions eu une rencontre avec les responsables de la Sécurité civile de Gatineau afin de préparer un plan d’intervention en cas de catastrophe. Lorsque la tornade est survenue peu de temps après, nous étions donc super prêts à répondre », a expliqué Catherine Dumouchel, directrice de gestion des incidents à la SBO-OSVAR depuis maintenant quatre ans. Mme Dumouchel a reçu le prix au nom de l’organisme lors du colloque où elle était elle-même invitée à titre de conférencière.

En plus d’avoir exécuté leur plan d’intervention rapidement, les membres ont pris en charge la coordination des bénévoles spontanés, qui ont distribué les avis d’évacuation, se sont assuré du bien-être des sinistrés, et ont mis sur pied des barrages routiers pour assurer l’intégrité du périmètre de la zone touchée.

Fondé en 1996, l’organisme a comme mission d’intervenir lors d’opération de recherche et de sauvetage au sol. Toutefois, ces dernières années, il a été appelé à intervenir lors des inondations dans la région du Richelieu, en réponse à une demande qui lui avait été faite par le réseau de la Sécurité civile du Québec.

Par la suite, les membres bénévoles ont été appelés à la rescousse tant à Gatineau qu’à Ottawa, lors des inondations survenues en 2017, puis lors de la tornade de septembre 2018. Encore cette année, toute l’équipe est intervenue lors des inondations au printemps dernier.

L’organisme, qui est en grande partie financé par des collectes de fonds et des dons, a d’ailleurs développé des ententes avec les villes de Gatineau et d’Ottawa afin d’offrir un appui lors de catastrophes.

Retraitée de la fonction publique fédérale, Mme Dumouchel avait travaillé dans le domaine de l’éducation, puis comme gestionnaire à Parcs Canada où elle s’occupait des politiques reliées à la sécurité des visiteurs. La force de l’équipe vient de l’expertise de tous ces gens réunis.

« Notre équipe de bénévoles compte sur un beau mélange de gens qui sont formés pour intervenir dans différentes situations de recherche et de sauvetage, lors de catastrophes comme les inondations et les tornades. Nos membres sont indépendants et sécuritaires. Nous aimons dire que nous sommes le «couteau suisse» dans ces situations puisque nous pouvons accomplir beaucoup de choses. Nous avons accès à des ressources incroyables, à de multiples outils comme les communications radio, la cartographie et la géoréférence. Nous pouvons offrir des premiers soins avancés ainsi que divers services d‘aide aux sinistrés lors de ces catastrophes. »

Lors d’un appel des autorités, l’équipe est aussi prête à répondre rapidement. « Nous avons un système d’appels en place qui nous permet de nous mobiliser rapidement. Au total, nous pouvons compter sur environ 200 personnes. Nos membres doivent répondre à de nombreuses exigences, du côté québécois et ontarien, notamment suivre des formations en recherche et sauvetage, en premiers soins, passer la vérification de casier judiciaire. En fin de semaine, une trentaine de personnes vont commencer le processus. »

L’équipe de SBO-OVSAR peut intervenir souvent pendant plusieurs jours. Les membres doivent alors compter sur l’appui de la famille immédiate et de leurs employeurs pour être en mesure de prêter secours.

« Il y a les interventions initiales, puis le rétablissement qui peut s’étendre sur plusieurs jours. Lors des dernières inondations, il a fallu aider les gens d’avril à juin. Lors de la tornade de 2018, 75 membres ont répondu. À Gatineau, il y a eu 1000 heures de travail sur huit jours. Sur les deux rives, il y a eu un total de 21 jours de mobilisation et 2231 heures de travail », a souligné Mme Dumouchel.