C’est en grande partie grâce aux efforts et à l’acharnement de Lise Toupin que la construction du Chalet de tennis du parc de l’île a pu se concrétiser.

Mission accomplie pour Lise Toupin

Chaque semaine, Le Droit rencontre une personne afin de souligner une réalisation exceptionnelle ou une contribution significative à la vie ou au rayonnement de la région. Vous connaissez une personne qui mérite d’être notre tête d’affiche, écrivez-nous à nouvelles@ledroit.com.

Après plusieurs années de bénévolat, Lise Toupin a décidé de prendre « une retraite de sa retraite ». Et le moins que l’on puisse dire, c’est « mission accomplie » pour cette bénévole hors de l’ordinaire puisqu’elle aura été une des grandes responsables des succès récents du Club de tennis de Hull, en plus de mener à bien le projet de construction du Chalet de tennis du parc de l’Île, un « legs pour la communauté ».

Dans le cadre du 20e anniversaire du Club de tennis de Hull, Lise Toupin a été honorée pour son dévouement et son implication pour le repositionnement de l’organisation. C’était aussi l’occasion de souligner le 5e anniversaire du Chalet de tennis et le 5e du tournoi Challenger et des Futures auxquels elle a contribué notamment comme coordonnatrice des bénévoles.

« Tous les chiffres étaient alignés pour que j’annonce définitivement ma retraite », explique Mme Toupin. En 2012, elle avait déjà été honorée par le gouvernement du Québec lors de la remise des Prix hommage Bénévolat Québec.

De la culture au sport
Native de Montréal, cette ex-enseignante, devenue consultante en sciences et mathématiques pour des manuels scolaires, est allée vivre à Vancouver avec ses enfants pour vivre une nouvelle expérience de vie. Et c’est là qu’elle s’est impliquée au sein d’organismes communautaires francophones, notamment pour la construction d’une première école française dans le nord de Vancouver, l’école André-Piolat.

« Nos enfants n’avaient pas accès à une école française et je présidais le comité de parents qui a permis de construire cette école pour 69 jeunes francophones. C’est devenu un magnifique centre scolaire francophone », explique Lise Toupin, avec grande fierté.

À son retour au Québec, lorsqu’on lui a demandé de s’impliquer il y a un peu plus de dix ans dans le Club de tennis de Hull, Lise Toupin n’a pas hésité à se lancer dans cette nouvelle aventure et ce, même si elle n’y connaissait rien dans le milieu du sport.

Mais c’est en grande partie grâce à ses efforts et son acharnement que la construction du Chalet de tennis du parc de l’île a pu se concrétiser, en créant un lieu d’excellence pour le milieu du tennis et pour toute la communauté. Récemment, elle a été honorée pour son implication de responsable des bénévoles lors du Challenge de tennis.

« Le club n’avait que 15 000 $ dans les coffres par an lorsque nous nous sommes lancés dans ce projet de 1 million $. Il a donc fallu travailler très fort pour convaincre les autorités et de nombreux partenaires. Mais avec le travail d’équipe du conseil d’administration, le club a réussi. Nous avons créé un comité ad hoc, fait une étude de marché, un plan d’affaires. Et nous voulions que l’accès au Chalet soit pour tous, que ce soit un legs à la communauté, pas juste un club de tennis. Au début, la Ville n’y croyait pas. Mais nous avons eu par la suite une excellente collaboration », poursuit Mme Toupin.

Le défi qui se présentait devant elle, celui de construire un chalet pour le tennis sur l’île de Hull, était à la mesure de son expertise à mener des négociations avec divers partenaires dans des situations difficiles au sein du ministère fédéral du Patrimoine canadien où elle a été gestionnaire aux langues officielles pour les provinces de l’Ouest canadien.

« J’avais acquis beaucoup d’expérience dans mon travail pour travailler avec des fonctionnaires et les politiciens. J’ai toujours insisté dans le milieu culturel à l’importance de travailler avec les partenaires du milieu. Et c’est le même principe que j’ai suivi dans les négociations pour le chalet de tennis. Je veux passer plus de temps avec mes enfants et petits-enfants, mais je vais continuer à aller jouer au tennis comme je l’ai fait hier en me disant que j’ai fait ma part. »