Mathieu Tremblay aux côtés de la gatinoise qu'il a sauvée le 17 février 2018.

Mathieu Tremblay: «La dame était couchée et inconsciente»

Chaque semaine, Le Droit rencontre une personne afin de souligner une réalisation exceptionnelle ou une contribution significative à la vie ou au rayonnement de la région. Vous connaissez une personne qui mérite d’être notre tête d’affiche, écrivez-nous à nouvelles@ledroit.com.

Le policier Mathieu Tremblay n’était pas en service le 17 février 2018. Mais, ce jour-là, celui qui œuvre pour le Service de police de la Ville de Gatineau depuis 2005 a réanimé une dame victime d’un grave accident. Il a été honoré par le Sénat, mercredi dernier, grâce à des démarches entamées par la famille de la victime.

Il y a un peu plus d’un an, Mathieu Tremblay circulait sur l’autoroute 50 en revenant de l’entraînement de hockey de son petit garçon. C’est alors qu’il est arrivé sur les lieux d’un accident impliquant une seule voiture. Une dame, Josée Saint-Jean, avait fait une sortie de route et son véhicule avait terminé sa course dans le fossé, après avoir effectué plusieurs tonneaux. 

« Je me suis rangé sur le côté et je suis rapidement allé voir s’il y avait des blessés », raconte celui qui était accompagné de son petit garçon au moment des événements. Il a d’ailleurs demandé à un autre témoin s’il pouvait jeter un œil au petit, qui avait été sommé de rester dans la voiture. 

« En arrivant dans le fossé, j’ai vu la dame qui était couchée dans la neige, sur le ventre et inconsciente. Elle avait encore un pouls, mais en la retournant, ses signes vitaux ont cessé. C’est en faisant les manœuvres de réanimation que son pouls a repris, raconte Mathieu Tremblay, qui a aussi été aidé par un pompier, arrivé sur les lieux au même moment. En fait, ce n’est pas seulement moi qui lui ai sauvé la vie, c’est vraiment grâce à une chaîne d’entraide. Les paramédicaux sont aussi arrivés peu de temps après et j’ai continué les manœuvres pendant qu’ils l’installaient sur la civière », raconte Mathieu Tremblay, qui a reçu une plaque honorifique, mercredi, remise par la sénatrice Chantal Petitclerc.  

C’était la première fois que le policier intervenait sur un accident aussi sérieux pendant qu’il n’était pas en service. C’était aussi la première fois qu’il ramenait quelqu’un à la vie.

Rencontre

Un mois après l’accident, le conjoint de la dame a communiqué avec le policier, car celle-ci désirait le rencontrer. « J’étais vraiment content, car je n’avais pas eu de nouvelles d’elle. Je suis allé la rencontrer à l’hôpital, où elle était encore hospitalisée », explique le policier. En effet, la dame a subi de graves blessures et doit encore se déplacer en fauteuil roulant. Il y a tout de même de l’espoir pour qu’elle retrouve l’usage de ses jambes, selon lui. Au moment de l’accident, la dame se trouvait avec sa fille, une jeune adulte. Celle-ci a été blessée, mais pas aussi grièvement que sa mère. 

C’est d’ailleurs la famille de la victime qui a fait appel au Sénat pour que le geste de Mathieu Tremblay soit souligné officiellement. « Ça m’a vraiment fait plaisir. Ce n’est pas seulement grâce à moi si elle est en vie, mais c’est certain que ça me fait chaud au cœur », a souligné le policier. 

Le petit garçon de Mathieu Tremblay, qui a été un peu témoin de la scène, en attendant sagement dans le véhicule après son entraînement de hockey, est évidemment très fier de son père. Et il n’hésite pas à le dire : « Mon papa a sauvé la vie d’une madame. »