Le ministre des Aîné(e)s et de l’Accessibilité, Raymond Cho, et la lieutenante-gouverneure de l’Ontario, Elizabeth Dowdeswell, remettent le Prix d’excellence de l’Ontario pour les personnes âgées à Trèva Cousineau.

Le dévouement indéfectible de Trèva Cousineau

Au cours des dernières décennies, Trèva Cousineau, d’Orléans, a été à la tête de nombreux conseils et comités pour faire avancer la cause des francophones de l’Ontario. Son engagement indéfectible vient d’être reconnu par le gouvernement ontarien qui l’a honorée récemment en lui décernant le Prix d’excellence de l’Ontario pour les personnes âgées. La distinction lui a été remise par la lieutenante-gouverneure de l’Ontario, Elizabeth Dowdeswell, et du ministre des Aîné(e)s et de l’Accessibilité, Raymond Cho.

Enseignante et diététiste au début de sa carrière, elle est retournée au travail après avoir élevé sa famille de six enfants.

À Timmins, elle a siégé comme conseillère scolaire et s’est impliquée dans les services sociaux en étant fondatrice d’un centre pour alcooliques et narcomanes, puis coordonnatrice des services en français pour le ministère des Services sociaux et communautaires de Sudbury et Algoma.

« Le déclic s’est fait lorsque j’ai commencé à siéger comme conseillère scolaire. Nous étions huit conseillers au conseil scolaire de Timmins. Un seul conseiller était anglophone et tout se passait en anglais. Je ne trouvais pas que c’était acceptable. J’ai commencé à comprendre qu’il fallait se tenir debout pour se faire respecter », se souvient Mme Cousineau, qui nous a accordé une entrevue alors qu’elle était en convalescence à la suite d’une chirurgie subie avant la période des Fêtes.

À son arrivée à Ottawa, elle devient directrice générale du Conseil d’éducation catholique pour les francophones de l’Ontario, puis présidente et directrice générale par intérim de l’ACFO provinciale, et directrice générale de la Fédération nationale des conseils scolaires de langue française, tout en siégeant à de nombreux autres comités et conseils dont le Conseil des affaires franco-ontariennes.

Son expérience de plus de 25 ans comme conseillère scolaire à Timmins l’a ensuite menée à la tête du Groupe consultatif sur la gestion de l’éducation en langue française, la commission Cousineau, qui a mené à la création de 12 conseils scolaires de langue française de l’Ontario.

Présidente du Mouvement d’implication francophone d’Orléans, Mme Cousineau travaille toujours activement sur le projet visant de nouvelles installations. « Nous occupons 14 000 pieds carrés, et notre projet vise à faire passer les installations à 45 000 pieds carrés. Ce qui nous retarde actuellement, c’est la portion promise par le gouvernement provincial. Le gouvernement libéral nous avait promis 4,2 millions $ au budget. C’est toujours dans les livres, car nous n’avons pas eu d’indication contraire. Nous espérons que la première pelletée de terre aura lieu en 2020 », a expliqué Mme Cousineau.

Dialogue Canada

À titre de présidente de Dialogue Canada, un comité créé il y a deux ans, Mme Cousineau a multiplié les rencontres avec les élus pour faire reconnaître l’importance du caractère bilingue d’Ottawa.

« Tout n’est pas parfait. Le comité pour l’égalité des deux langues officielles pour la capitale a travaillé très fort, en multipliant les rencontres, les conférences de presse. Ça se poursuit », a souligné Mme Cousineau.

Parmi ses autres occupations, Mme Cousineau est également membre à vie du Richelieu International dont elle est l’une des vice-présidentes et administratrice du District des Fondateurs pendant cinq ans. En 2010, elle avait aussi été élue représentante de l’Ontario au Centre de la francophonie des Amériques, et est membre de la Compagnie des Cent-Associés francophones et membre d’honneur de l’AFO.