Le chef intérimaire Luc Beaudoin et l’inspecteur-chef Éric Dinel, de la police de Gatineau, encadrent les bénévoles Éliza Hupé et Diane Lehnert.

Éliza Hupé et Diane Lehnert, deux grandes bénévoles dans l’âme

Depuis qu’elles ont commencé à faire du bénévolat, Éliza Hupé et Diane Lehnert ont toujours été motivées par la volonté de faire une différence en aidant les autres.

Et c’est avec beaucoup d’humilité qu’elles ont accepté récemment la médaille du Souverain, remise pour leur travail de bénévoles, auprès du service de police de Gatineau.

Lors de la cérémonie tenue à la mi-octobre, le maire de Gatineau a aussi remis, au nom de la gouverneure générale Julie Payette, la médaille du souverain à trois autres Gatinois : Henri Lacroix, qui se rend jouer de la musique depuis plus de 30 ans dans les résidences pour aînés, Maghar Singh Dhaliwal, un membre respecté de la communauté sikhe d’Ottawa-Gatineau, de même que Gérald Vaillancourt, impliqué depuis vingt ans dans diverses organisations communautaires de Gatineau.

Un travail d’équipe 

Le nombre de bénévoles de la police de Gatineau compte présentement 54 personnes. Depuis 1985, Mme Hupé coordonne l’équipe, s’assure qu’il y a des gens disponibles lorsqu’il y a des besoins, et fait rapport des heures et des activités pour les 32 secteurs de la ville.

« Je suis née dans une famille très modeste de la rue Richer à Hull. Nous étions sept filles. Ma mère nous disait toujours qu’il fallait aider les autres. Moi, je peux dire que j’ai reçu beaucoup plus que j’ai donné au fil des ans. Je me compte chanceuse d’avoir pu aider, car je me suis fait beaucoup d’amis pendant toutes ces années », a raconté Mme Hupé, qui célébrait son 74e anniversaire le jour de l’entrevue.

C’est dans le cadre du programme Prévol qu’elle s’est d’abord impliquée comme bénévole au Service de police. « Nous avions une liste de six ou sept personnes à appeler dans le voisinage quand il y avait des vols par effraction ou de voitures. Aujourd’hui, le programme compte 4000 abonnés. C’est là que tout a commencé. De fil en aiguille, je me suis impliquée davantage. Sylvie Mantha, criminologue au Service de police, a été ma mentore dans beaucoup de choses », a ajouté Mme Hupé, qui s’est également impliquée dans diverses organisations communautaires au fil des ans.

Un parcours différent

Depuis 2009, son amie Diane Lehnert, une autre bénévole dans l’âme, est responsable des bénévoles du poste de police communautaire des Promenades de Gatineau, où elle doit assurer une présence pendant les heures d’ouverture du centre commercial. Le bureau est situé près de la foire alimentaire.

« J’ai commencé à faire du bénévolat dans la région de Québec en 1982 avec la fondation Mira qui venait d’être lancée. J’aimais beaucoup les chiens et la cause m’avait touchée. J’ai aussi fait du bénévolat avec la Garde côtière, et j’ai suivi la formation pour la recherche de personnes perdues », a souligné Mme Lehnert, maintenant responsable de la gestion des horaires et que tout fonctionne au poste de police communautaire.

« Les citoyens et les touristes viennent souvent chercher de l’information sur les programmes de prévention, sur la ville, la police, le centre d’achats ou même des informations touristiques », a-t-elle expliqué. L’équipe compte 30 bénévoles, et Mme Lehnert en a profité pour inviter les intéressés à donner leur nom, puisqu’il n’est pas toujours facile de combler tous les besoins.

Chaque semaine, Le Droit rencontre une personne afin de souligner une réalisation exceptionnelle ou une contribution significative à la vie ou au rayonnement de la région. Vous connaissez une personne qui mérite d’être notre tête d’affiche, écrivez-nous à nouvelles@ledroit.com.