Étant lui-même un vétéran des Forces canadiennes, le professeur Dave Blackburn est bien placé pour comprendre les défis psychologiques que vivent les miliaires et leurs familles.

Dave Blackburn: guider les vétérans vers de l'aide psychologique

Le professeur Dave Blackburn, du Département de travail social de l’Université du Québec en Outaouais (UQO), vient de se voir confier un important projet de recherche visant à répertorier les services et les programmes en santé mentale disponibles au Québec pour les familles de militaires et les vétérans des Forces canadiennes.

« Nous avons répondu à un appel d’offres le printemps dernier, et notre proposition a été retenue. L’enquête vise à répertorier les services offerts en santé mentale aux vétérans, militaires et leurs familles au Québec, et est axée sur la population francophone », a expliqué le professeur Blackburn.

Natif du Saguenay, Dave Blackburn est lui-même un ancien militaire. Après avoir fait ses études de baccalauréat et de maîtrise à l’Université d’Ottawa, entre 1996 et 2001, il a ensuite été affecté en Allemagne entre 2007 et 2011, et a complété un doctorat au Luxembourg. Après sa libération des Forces en 2014, il s’est joint l’UQO à titre de professeur. Il est désormais reconnu comme un leader provincial et national dans le domaine de la recherche en santé mentale des militaires, des vétérans et leur famille.

« Les enjeux en santé mentale sont restés longtemps secrets dans l’armée, qui renvoie à l’image de guerrier, basée sur des valeurs très masculines et machos. La santé mentale a été longtemps perçue comme une faiblesse », a expliqué le professeur Blackburn.

« Pour moi, l’élément déclencheur aura été de voir la situation du lieutenant général Roméo Dallaire, assis sur un banc de parc, suicidaire et intoxiqué. C’est une image très concrète de la problématique et des situations vécues par de nombreux militaires. Cela m’a ouvert les yeux, et m’a permis de prendre conscience des réalités vécues par nos militaires, les vétérans et leurs familles. Si les militaires en service ont besoin d’aide, ils peuvent obtenir des services en santé mentale qui sont offerts par les Forces. Mais la situation est plus difficile pour les vétérans et les familles de militaires qui doivent passer par les réseaux publics. »

« Ces professionnels ne sont pas nécessairement formés pour faire face aux blessures de guerre des vétérans qui souffrent avant d’avoir accès à des services ou programmes. L’étude va permettre d’orienter les familles vers les services disponibles et va permettre d’identifier où on doit investir dans chaque région du Québec », explique le professeur Blackburn.

Mieux orienter les subventions

Le projet est réalisé pour la Fondation La Patrie gravée sur le cœur, en partenariat avec l’Institut canadien de recherche sur la santé des militaires et des vétérans. Les résultats de cette recherche permettront à La Fondation de mieux orienter ses subventions au Québec dans le domaine de la santé mentale.

Le professeur Blackburn et son équipe, qui est composée de deux cochercheurs – les professeurs Fanny Robichaud de l’UQO et Jean-Martin Deslauriers de l’Université d’Ottawa – ainsi que de deux assistantes de recherche, tenteront de mieux cerner les besoins en santé mentale.

Le répertoire identifiera les services et programmes en santé mentale fédéraux, provinciaux, communautaires et privés offerts. Un guide de tous les services et programmes répertoriés sera également produit par région du Québec. Le rapport d’analyse devrait être produit avant l’été 2019.