Charles-Antoine Hallé a développé du matériel pédagogique pour enseigner l'entrepreneuriat dans les écoles secondaires.

Charles-Antoine Hallé : enseigner l’entrepreneuriat à l’école

Chaque semaine, Le Droit rencontre une personne afin de souligner une réalisation exceptionnelle ou une contribution significative à la vie ou au rayonnement de la région. Cette semaine : Charles-Antoine Hallé.

Charles-Antoine Hallé, un jeune entrepreneur de Gatineau, vient de remporter la Bourse d’honneur du ministère de l’Économie et de l’Innovation, dotée d’un prix de 25 000 $. 

Dirigeant de l’entreprise Apprends & Entreprends, il est l’un des quatre récipiendaires de cette bourse en Outaouais, et le plus jeune lauréat du Québec.

Apprends & Entreprends est la seule entreprise au Québec à avoir développé du matériel pédagogique uniquement destiné à l’enseignement entrepreneurial dans les écoles secondaires. 

Elle s’assure de l’enseignement et de la mise en œuvre en fournissant une structure complète et des plans de cours clés en main. 

Ses bureaux sont situés dans les locaux de l’incubateur d’Innovation Gatineau au 455, boulevard de la Gappe, à Gatineau. 

Elle compte trois employés à temps complet, de même que sur un réseau de huit sous-traitants.

« Lorsque j’ai eu l’idée de développer le programme d’enseignement en entrepreneuriat, je n’avais que 13 ans. Je n’ai pas eu vraiment de support parce que les gens me disaient que j’étais trop jeune pour me lancer dans un tel projet, que je devrais attendre l’université pour me lancer dans une telle entreprise », explique Charles-Antoine Hallé, un ancien étudiant du collège Saint-Alexandre.

Pendant ses études au niveau collégial, Charles-Antoine était footballeur avec les Griffons du Collège de l’Outaouais. 

Grand sportif, il envisageait même de faire carrière comme joueur de football. 

Mais une sérieuse blessure à l’épaule l’a obligé à changer ses plans d’avenir.

« À 18 ans, je me suis retrouvé à avoir beaucoup de temps libre à cause de ma blessure. J’ai décidé de me lancer dans le projet de créer une entreprise pour développer un programme d’enseignement en entrepreneuriat. Étape par étape, j’ai développé du matériel. Un ancien prof du secondaire m’a aidé au niveau de la structure pédagogique du programme », raconte-t-il.

Aujourd’hui, à 20 ans, il peut déjà affirmer qu’il a relevé son défi avec brio. Et l’honneur que vient de lui décerner le ministère de l’Économie et de l’Innovation en fait foi.

Son entreprise Apprends & Entreprends fait la promotion et le développement du mouvement entrepreneurial chez les enfants et les adolescents. 

Le programme spécialisé, reconnu par le ministère de l’Éducation, est déjà offert dans plusieurs écoles secondaires de l’Outaouais. 

Parmi les établissements qui l’offrent, on compte le collège Saint-Alexandre, les écoles du Versant, l’Érablière, Saint-Joseph et le séminaire Sacré-Cœur. 

Le collège Nouvelles Frontières devrait l’offrir l’an prochain.

La première cohorte, composée de plus de 140 élèves, a permis la mise sur pied de plus de 75 microentreprises étudiantes. Le nombre d’élèves dépasse désormais les 200, qui ont créé 85 projets.

Le nombre d’écoles passera à 15 dès la prochaine année scolaire alors que des écoles de Montréal et des Laurentides l’adopteront.

« L’objectif est d’offrir le programme qui est accrédité par le ministère de l’Éducation à toutes les 440 écoles secondaires de la province. C’est ambitieux, mais nous faisons les démarches nécessaires auprès du Ministère pour y arriver. Nous sommes enregistrés comme lobbyistes pour faire ces démarches. Nous voulons aussi offrir le programme à travers le Canada, dans les écoles secondaires francophones, puis d’autres pays. Nous avons décroché un contrat avec la République démocratique du Congo et nous espérons en décrocher ailleurs, notamment dans les Antilles », rêve-t-il.

Cet été, l’entreprise offrira au mois d’août un boot camp en entrepreneuriat pour les jeunes de 12 à 17 ans au collège Saint-Alexandre, et prévoit organiser d’autres activités diverses pour susciter l’intérêt des jeunes à l’entrepreneuriat. 

« Comme entreprise, nous voulons avoir un impact positif sur la société et les jeunes afin qu’ils s’intéressent davantage à l’innovation et l’entrepreneuriat », insiste Charles-Antoine Hallé.

Vous connaissez une personne qui mérite d’être notre tête d’affiche, écrivez-nous à nouvelles@ledroit.com.