Le Dr Richard Waldolf dirige le programme d’apprentissage par simulation de l’Institut du Savoir Montfort.

Apprendre à faire face aux urgences

Innovateur réputé en éducation médicale, le Dr Richard Waldolf d’Ottawa, vient d’être honoré par ses pairs en étant nommé récipiendaire du Prix d’excellence de 2019 du Collège des médecins de famille du Canada.

Natif d’Orléans, le Dr Waldolf, âgé de 39 ans, est un médecin de famille spécialisé en anesthésiologie et un boursier de recherche en simulation au Département d’innovation en éducation médicale de l’Université d’Ottawa.

Il a reçu son prix national lors d’une cérémonie de remise de prix qui avait lieu vendredi dernier à l’Assemblée des médecins de famille d’Ontario à Toronto.

« C’est très valorisant de recevoir un tel prix, un grand honneur pour moi, surtout qu’il s’agit d’une reconnaissance faite par mes pairs. Comme médecin, nous avons souvent de bons commentaires des patients, mais rarement nous avons de tels renforcements positifs », a souligné le Dr Waldolf, lors d’une entrevue qu’il nous a accordée de Toronto, quelques heures avant de recevoir son prix.

Tout en exerçant l’anesthésiologie en pratique générale dans des communautés rurales de l’est de l’Ontario, Dr Waldolf s’est surspécialisé à l’Université d’Ottawa dans le domaine de la simulation, qui permet de recréer des situations d’urgence dans le but de permettre au personnel médical de développer des compétences pour faire face à de tels événements stressants.

Il dirige maintenant le programme d’apprentissage par simulation de l’Institut du Savoir Montfort, où il a créé plusieurs ateliers novateurs, comme le « 9-1-1 au bureau », une activité de simulation de situation d’urgence courante en clinique, de même que l’atelier « Accouchement inopiné », sur les accouchements hors d’un centre hospitalier. Les ateliers sont accrédités par le Collège des médecins de famille.

« Le but de ces ateliers est de recréer un événement, une situation de stress, dans le but de développer des stratégies pour offrir les meilleurs soins. »

« Ce qui est intéressant, c’est que nous pouvons tout simuler, dans un environnement sécuritaire. Par exemple, on peut recréer un scénario où les ressources sont limitées comme dans une petite clinique où il peut y avoir seulement un employé et un médecin. Qu’est-ce qu’on fait lorsqu’il y a un cas d’urgence avec un patient ? Parfois, ce sont des choses de base, comme appeler les services d’urgence, pratiquer le RCR le plus vite possible. Souvent, les gens hésitent. Tout se passe vite », souligne le Dr Waldolf.

L’expertise qui est développée à l’Institut du Savoir Montfort dépasse largement les frontières de l’Ontario, et est maintenant reconnue à travers le pays dans les communautés francophones.

« Nous développons ces ateliers à l’Institut en priorisant les ressources éducationnelles francophones. On veut être un leader dans ce domaine. Souvent, les communautés francophones sont isolées et les ressources en soins médicaux sont plus limitées. Toutefois, tous nos formateurs sont bilingues, alors il est aussi possible pour nous d’offrir les ateliers aux anglophones », a-t-il mentionné.

Toujours aussi passionné par la pratique de la médecine, il souligne que l’enseignement occupera toujours une place importante pour lui, tout comme son intérêt pour l’administration.

« Avant d’étudier la médecine, j’ai fait un bac en commerce, a-t-il souligné. Après ma médecine, j’ai fait une spécialisation d’une année en anesthésiologie, puis j’ai eu la chance de faire une surspécialisation en simulation et pédagogie. Alors, je peux dire qu’en plus de la médecine, les volets administration et enseignement font également partie de ce qui m’intéresse. »