Alice Chatelain a reçu la Médaille du souverain pour les bénévoles. La femme de 82 ans apporte du réconfort aux résidents du centre d’accueil Champlain, à Ottawa.

Alice Chatelain: la bénévole irremplaçable

Depuis plus de 40 ans, Alice Chatelain ne compte pas les heures qu’elle passe à faire du bénévolat.

Cette femme de Vanier, maintenant âgée de 82 ans, a toujours été prête à aider les autres, sans attendre rien en retour.

Sa grande générosité a été reconnue récemment, alors qu’elle a reçu la Médaille du souverain pour les bénévoles, une nouvelle distinction nationale remise depuis 2016 par le gouverneur général du Canada. La décoration lui a été remise lors d’une cérémonie à l’hôtel de ville d’Ottawa, où une vingtaine d’autres gens d’exception comme elle étaient honorés.

« Alice est toujours présente, toujours avec le sourire. C’est une personne généreuse et extraordinaire. Elle est irremplaçable, raconte Joël Clément, gestionnaire des bénévoles et des loisirs au centre d’accueil Champlain. Depuis 2010, nous avons commencé à faire une capture des heures de bénévolat. Et en huit ans, elle a cumulé plus de 11 443 heures, ce qui représente une moyenne de 27,5 heures par semaine, ou 5,5 heures par jour depuis huit ans ! »

Un sourire, une main tendue, une caresse ou un signe de la tête lui démontrent que sa présence apporte du réconfort aux résidents du centre d’accueil Champlain, à Ottawa, où elle passe plusieurs heures par jour à faire du bien depuis de nombreuses années.

« Des amis de la paroisse m’avaient demandé si je pouvais aider au centre d’accueil Champlain. Il y avait un petit dépanneur pour les résidents, et c’est là, en 1977, que j’ai commencé à donner de mon temps. Ensuite, la travailleuse sociale m’a demandé d’aider au programme de jour pour animer la journée. J’ai toujours continué », raconte Mme Chatelain.

D’où viennent cette grande générosité et ce don pour l’entraide ? « De ma mère, dit-elle. Même si elle était veuve avec cinq enfants, elle aidait beaucoup notre voisine qui était paralysée. Cette dernière ne savait dire que oui, oui, oui et son mari ne la comprenait pas toujours. Ma mère réussissait toujours à savoir ce qu’elle voulait. »

Les derniers moments
Elle-même mère de six enfants, dont trois sont aujourd’hui décédés, Mme Chatelain n’a jamais arrêté, en acceptant notamment d’accompagner les résidents en soins palliatifs. L’inévitable de la mort qui approche lui donne le sentiment qu’elle fait grand bien. Jour et nuit, elle est toujours disponible pour à être juste à côté, pour assurer une présence, pour échanger, pour être là, dans les derniers moments.

« J’en ai accompagné plusieurs qui n’avaient pas de famille. Vous ne pouvez pas savoir ce qu’on ressent. Moi, je remercie le Bon Dieu de pouvoir être là, de pouvoir accompagner quelqu’un dans ses derniers moments. Pour moi, c’est un cadeau du ciel, c’est réconfortant », explique Mme Chatelain, qui accepte même de loger des membres des familles chez elles lorsqu’il y a un besoin.

« Parfois, les familles viennent de l’extérieur et n’ont pas les moyens, raconte-t-elle. Alors, c’est une autre occasion d’aider. »

L’an dernier, elle a accepté la présidence du comité des auxiliaires. Les fonds recueillis par le comité servent à acheter des articles qui améliorent la qualité de vie au Centre. À la demande générale, c’est aussi elle qui appelle les numéros au bingo des résidents, nous a-t-elle raconté en riant. Elle est aussi impliquée avec le club Optimiste, où elle aide lors du concours d’art oratoire et de la journée cycliste.